background preloader

Loi formation 2014

Facebook Twitter

DOSSIER DOCUMENTAIRE - Réforme de la formation professionnelle, loi du 5 (...) Une formation pour tous, tous pour la formation. Mon compte formation. Compte personnel de formation.

Référentiels compétences formation

Réforme de la formation pour les OF Boumendil. Loi-formation.fr. Entretien professionnel. CPF. Code du travail. La formation professionnelle tout au long de la vie constitue une obligation nationale.

Code du travail

Elle vise à permettre à chaque personne, indépendamment de son statut, d'acquérir et d'actualiser des connaissances et des compétences favorisant son évolution professionnelle, ainsi que de progresser d'au moins un niveau de qualification au cours de sa vie professionnelle. Elle constitue un élément déterminant de sécurisation des parcours professionnels et de la promotion des salariés. Une stratégie nationale coordonnée est définie et mise en œuvre par l'Etat, les régions et les partenaires sociaux, dans les conditions prévues au 2° de l'article L. 6123-1.

Décrets formation : ce qu'il faut retenir d'essentiel pour les entreprises - épisode 1. Les projets de décret sortent progressivement.

Décrets formation : ce qu'il faut retenir d'essentiel pour les entreprises - épisode 1

Emmanuelle Wargon, DGEFP, a indiqué à L’actualité de la formation que les décrets seront publiés en trois temps : mi juillet, fin juillet et début octobre. Bref, nous devrions avoir l’architecture réglementaire finalisée avant la fin de l’année. En attendant, voici les premiers points clés à retenir de ces projets de décret. Période de professionnalisation : on reste à 70 heures ! « La durée minimale est fixée, sur douze mois calendaires et pour chaque salarié en bénéficiant, à 70 heures.Cette durée minimale est de 5 heures pour les actions de VAECette durée minimale ne s’applique aux actions financées dans le cadre de l’abondement CPF » Commentaires.

Veille emploi-formation. Formation professionnelle, emploi et démocratie sociale : la loi est publiée !

Veille emploi-formation

La loi n°2014-288 du 5 mars 2014 relative à la formation professionnelle, à l’emploi et à la démocratie sociale a été publiée au Journal officiel du 6 mars. Si certaines de ses dispositions sont d’application immédiate (à partir du 7 mars), la plupart nécessitent d’être complétées par des dispositions réglementaires ou entreront en vigueur à une date ultérieure fixée par la loi. Deux autres titres (Démocratie sociale / Inspection et contrôle) concernent quant à eux la représentativité patronale, la représentativité syndicale, le financement du paritarisme, la transparence des comptes des comités d’entreprise et le contrôle de la formation professionnelle et de l’apprentissage.

Les rapports sur la FPC se suivent… Le « Think Tank » Terra Nova vient de publier un rapport sur la formation professionnelle (« Entrer et rester dans l’emploi : Un levier de compétitivité, un enjeu citoyen » – Juin 2014).

Les rapports sur la FPC se suivent…

Lien : A l’instar de nombreuses études antérieures, le rapport établit un énième constat sur les limites et les défauts de notre système de formation continue. Mais les liens entre ce constat (connu) et les préconisations du rapport s’avèrent peu convaincants. Ainsi, et avec juste raison, le rapport souligne que « dans un contexte où le chômage reste durablement à un niveau élevé, la tentation est forte de faire de la formation professionnelle, non pas un instrument actif de réduction des inégalités, mais la « voiture-balai » du modèle social français. ». Compétences « transversales » ne prennent sens qu’en lien avec des contextes techniques et organisationnels précis mais cette articulation tient d’abord aux ingénieries et à l’expertise/métiers des organismes de formation professionnelle. Canal Actu. Les effets de la réforme – épisode 3 : les organismes de formation au pied du mur ! Fin de l’obligation fiscale : diminution de l’effort de formation ?

Les effets de la réforme – épisode 3 : les organismes de formation au pied du mur !

Négociateurs et Gouvernement jurent l’inverse, mais nous sommes prêts à prendre le pari que la fin de l’obligation ouvre la voie à une diminution sensible de la demande de formation. Les mentalités vont changer autour de la formation. "Formation comme taxe obligatoire", c’est terminé. Comment les responsables de formation vont-ils résister à leur direction financière ? Jusqu’à présent, ils pouvaient invoquer l’obligation légale, les cofinancements OPCA, le DIF. L’orientation qualification Les plus optimistes estiment qu’ils s’adapteront et feront du CPF au lieu du DIF et du plan. Tout cela ne va pas se faire en claquant des doigts. Critères de qualité Et ce n’est pas fini. Il faut supprimer les formateurs… Par Nicolas Hernandez. Ses raisons ?

Il faut supprimer les formateurs… Par Nicolas Hernandez

Son entreprise avait opté pour une approche e-learning qui permettrait, affirmait-il, de "mettre des chiffres sur les compétences des salariés", ou, de façon plus imagée, "de mettre les collaborateurs dans des cases qu'il suffirait ensuite de faire avancer". Et de conclure : "Intégrer les formateurs dans pareil dispositif serait un contre-sens". Pas très encourageant. Précisions : le DRH de cette entreprise de 800 salariés venait d'être nommé après avoir fait toute sa carrière dans les systèmes d'information. J'avais 27 ans ; Guillaume, mon associé, et moi, nous démarrions ce qui deviendrait le projet 360Learning : il en faut moins pour être déstabilisé ! Les temps ont bien changé. Alors que 360Learning commence à se vendre un peu partout en Europe - pays nordiques, anglo-saxons, Europe du Sud - on observe que les mêmes questions se posent partout.

Les économies, on les connaît. Les effets de la réforme de la formation – épisode 4 – les formateurs vont changer de métier. Moins de formateurs externes, plus de formateurs internes L’effet premier de la réforme est d’amener les entreprises à sortir de la logique de la formation conventionnée.

Les effets de la réforme de la formation – épisode 4 – les formateurs vont changer de métier

La formation externe prise en charge par les fonds mutualisés des OPCA va sensiblement diminuer. Libéré de la contrainte fiscale, les entreprises vont revenir aux modalités pédagogiques qui prévalaient au cours des “Trente glorieuses“ : Formation au poste de travail ou O.J.T, démultiplication interne, école interne… Conséquence : elles vont ré-internaliser la fonction formation. Nous sommes prêts à prendre le pari que le formateur des années 2025 sera un formateur interne, salarié ou travaillant en priorité pour une entreprise donnée. Du formateur au E-Formateur Le formateur sera donc interne.

Le métier classique de formateur est sans nul doute en danger. Marc Dennery. Ce que la loi sur la formation professionnelle va changer pour l'entreprise. Mission accomplie pour le ministre du Travail, Michel Sapin.

Ce que la loi sur la formation professionnelle va changer pour l'entreprise

La réforme de la formation professionnelle a été menée tambour-battant. Issue de l'accord national interprofessionnel (ANI) du 14 décembre 2013, le projet de loi sur la formation professionnelle, l'emploi et la démocratie sociale a été adopté par l'Assemblée nationale hier et le Sénat ce jeudi 27 février 2014 (188 voix pour, 133 voix contre). Principal point d'achoppement: la réforme de l'inspection du travail a été retirée du projet de loi. Elle n'est pour autant pas enterrée a souligné Michel Sapin, qui a annoncé qu'il présentera des propositions sous peu. Formation professionnelle: la mutualisation des fonds reste très relative. Et si, rétrospectivement, sans le vouloir, les services du ministère du Travail donnaient raison au Medef dans la bataille qui l'a opposée à la CGPME lors de la négociation sur la réforme de la formation professionnelle ?

Formation professionnelle: la mutualisation des fonds reste très relative

On se souvient que la CGPME n'avait pas voulu signer l'accord du 14 décembre 2013, en raison de la décision du Medef de supprimer la cotisation de "0,9% " servant à financer le plan de formation. Pour la CGPME, cette cotisation, dont une bonne partie du produit était mutualisée, entrainait une sorte de solidarité "descendante" des grandes entreprises vers les plus petites.. En d'autres termes, l'argent des "grandes" permettait aux "petites" de former leurs salariés. Faux rétorquait le Medef, très peu des sommes, au titre du 0,9%, étaient mutualisées, les grandes entreprises préférant consommer les fonds. C'est ce que semble confirmer, un récente étude de la Dares, le service statistiques du ministère du Travail.