background preloader

Imagerie du service de virologie Inst.Pasteur

Facebook Twitter

Jean-Claude Manuguerra inst.Pasteur. Jean-Claude MANUGUERRA Laboratory for urgent response to biological threats [CIBU] Institut Pasteur 25-28 rue du docteur Roux, 75015 Paris Research area of the Unit The Laboratory for urgent response to biological threats (CIBU) was created in 2002, under the impulse of the Ministry of Health and Institut Pasteur (IP) to respond to "specialised biological urgencies".

These urgencies are dealt with in the event of epidemics, accidents or bioterrorist attacks using biological weapons which can endanger Public Health. Since its creation, CIBU has been directly involved a number of major health crises, all of them from natural events Contribution to the programme - In field outbreak investigation - In site sample preparation and transport - Infectious risk management and sample handling - Wide spectrum screening for major known pathogens (virus/bacteria culture, detection by molecular biology tools, serology) - Serosurveys References over the past 5 years 1. 2. 3. 4. 5. 6. 7.

2012 J-C. MANUGUERRA intervention sénat prospective. 2014 disparition virus sras inst.Pasteur. Tous Contre Ebola 2014 Inst.Pasteur/facebook. Christophe Batejat sur le vilain virus EBOLA 2014. Ce qu'en pense le Prof. Bruno Marchou de Toulouse. «Je n'ai pas peur du virus Ebola, j'ai peur de la panique qu'il va provoquer en France», assure le professeur Bruno Marchou, chef de service des maladies infectieuses et tropicales de l'hôpital de Purpan à Toulouse. C'est dans son service qu'a été admis, mardi soir, un trentenaire rentrant de Guinée. Sans pour autant être atteint du virus Ebola, qui sévit actuellement en Afrique de l'Ouest, il souffrait de forte fièvre et de troubles digestifs. Comment contracte-t-on ce virus ? Il faut un contact direct avec un liquide biologique comme le sang, les selles, les vomissures.

Il n'y a aucune transmission par voie aérienne C'est-à-dire que, lorsqu'une personne parle ou tousse, elle ne répand pas le virus Ebola dans l'air ambiant. De plus, un questionnaire, transmis par l'agence régionale de soin permet de définir si une personne a des chances d'être infectée ou non. Et si un patient est atteint du virus. Pourtant, il s'agit d'un virus très dangereux… Quelles sont ces mesures d'hygiène ? 2010 Pr. Marchou critique la gestion de crise sanitaire. Maladie à virus Ebola Ce qu'en dit l'OMS.

2014 NIAID/GSK cobail humain vaccin Ebola. Août 2014 Essai clinique vaccin contre EBOLA. Human safety study of Ebola vaccine candidate. ​Initial human testing of an investigational vaccine to prevent Ebola virus disease will begin next week by the National Institute of Allergy and Infectious Diseases (NIAID), part of the National Institutes of Health. The early-stage trial will begin initial human testing of a vaccine co-developed by NIAID and GlaxoSmithKline (GSK) and will evaluate the experimental vaccine’s safety and ability to generate an immune system response in healthy adults. Testing will take place at the NIH Clinical Center in Bethesda, Maryland. The study is the first of several Phase 1 clinical trials that will examine the investigational NIAID/GSK Ebola vaccine and an experimental Ebola vaccine developed by the Public Health Agency of Canada and licensed to NewLink Genetics Corp.

The others are to launch in the fall. These trials are conducted in healthy adults who are not infected with Ebola virus to determine if the vaccine is safe and induces an adequate immune response. Additionally, the U.S. National Institute of Allergy & Infectious Diseases NIAID. 2006 Partenariat Université de Bamako MALI NIH/NIAID. Ethique - tableau comparatif déclaration d'Helsinki & ses révisions. La piste du mycoplasme comme arme bactériologique. Par Donald W. Scott Des agents pathogènes appelés mycoplasmes sont le produit de laboratoires de recherche dans le domaine de la guerre bactériologique et biologique. Plusieurs souches de mycoplasmes ont été développées dans l’optique de les rendre plus dangereuses.

Elles sont aujourd’hui accusées d’être à l’origine du SIDA, du cancer, du syndrome de fatigue chronique, de la sclérose en plaques, de la maladie de Kroesfeld-Jacob et d’autres maladies du système nerveux. I. Le mycoplasme Un banal agent pathogène transformé en arme biologique Il existe 200 espèces différentes de mycoplasmes. L’agent pathogène qui constitue le mycoplasme était auparavant anodin, mais les recherches dans le domaine de la guerre bactériologique conduites depuis 1942 ont abouti à la création de formes plus infectieuses et plus mortelles. Le docteur Shyh-Ching Lo est diplômé de grade supérieur à l’Institut de pathologie des forces armées et est un chercheur de pointe dans le domaine des mycoplasmes en Amérique.