background preloader

Féminisme

Facebook Twitter

E. Badinter - Le conflit. FEMINISME. Un universalisme si particulier - Les mots sont importants (lmsi. […] Au fil des ans, beaucoup de mes écrits ont été centrés sur la résistance particulière, particulièrement âpre, particulièrement têtue, de la société française et de sa classe politique, tous gouvernements confondus, aux thèses et aux revendications féministes ; une résistance à laquelle l’université et la recherche, ont pris une part active, sous la forme d’un refus goguenard et arrogant des études féministes et sur les femmes. Ainsi il s’est manifesté et il se manifeste encore aujourd’hui une double exception française : un refus du féminisme beaucoup plus accentué qu’ailleurs, qui se traduit par un « retard » par rapport aux autres pays occidentaux ; et surtout une justification de cette résistance précisément en termes d’exception, exception revendiquée, exception vantée (alors que ce qu’on appelle à l’étranger l’exceptionnalisme français n’est pas un compliment), et finalement d’identité nationale.

Etre français, ou française, c’était refuser le féminisme. "Les femmes sont souvent leurs propres ennemies" Quel bilan tirez-vous de l'année écoulée ? Il s'est passé beaucoup de choses. En France, le vote de la loi sur les quotas dans les conseils d'administration (40 % de femmes d'ici à six ans) va transformer le paysage économique. En préalable, nous sommes déjà passés de 7,5 % à 15,3 % ! Au Brésil, l'élection de Dilma Rousseff était inimaginable jusqu'à il y a peu... Et la libération d'Aung San Suu Kyi a valeur d'exemple pour la démocratie mondiale. Dans les pays émergents, la montée en puissance des femmes est frappante : elle donne un "coup de vieux" aux pays occidentaux, incapables d'offrir aux femmes la place qu'elles méritent.

Regardez la faible proportion de femmes dans les comités exécutifs... Vous allez souvent en Chine. Il y a davantage de femmes à la tête de grandes entreprises là-bas, en effet. Pourquoi les femmes ne parviennent-elles que rarement au sommet des entreprises? La première raison, c'est que les hommes se cooptent entre eux au niveau des directions générales. Le plafond émotionnel, l'inégalité homme-femme | slate. Jusqu'au bac, les filles sont meilleures que les garçons. Non seulement 58% des diplômés sont des filles, mais en plus, 84,6% des filles inscrites obtiennent le bac contre seulement 82,1% des garçons. Ce chiffre sanctionne leur bon parcours scolaire avant l'examen et marque la fin de leur présence dans les filières d'excellence, toujours massivement squattées par les garçons.

A qui ou à quoi la faute? Ce ne serait pas une question d'intellect, mais d'émotion. Les chercheurs désignent ce qui fait battre nos cœurs, trembler nos mains, pleurer nos yeux: nos émotions. «Pendant longtemps, on a considéré que la performance dépendait du savoir et du savoir-faire, souligne Bénédicte Gendron, professeur des universités et chercheuse. Publicité Poupée rose contre GI Joe Ces compétences ne sont pas innées. Les parents, notamment, développent malgré eux des compétences émotionnelles différentes chez leur fille ou chez leur garçon. Estime de soi et filières sélectives Flore Thomasset Notes. Femmes&féminisme. La connerie féminine, un problème récurrent. Une bonne partie des femmes sont des connes c'est un fait ; ou soyons corrects, elles ont parfaitement intégré les processus de domination. Jugez plutôt avec cette étude anglaise, (twittée par Le monolecte et article de Maïa).

J'imagine un noir venant m'expliquer que le lynchage qu'il a subi - enfin s'il y avait survécu - était en partie de sa faute ; il n'avait pas su cacher sa couleur de peau. J'imagine un juif venant me dire qu'au fond, il aurait du cacher son étoile de David, ca lui aurait évité le tabassage. Et en fait non je n'imagine pas; car pas une seule minorité n'a si bien intériorisé les processus de dominations que l'ont fait les femmes.

C'est même mieux ; aucun autre groupe ne prendra autant de plaisir à dénigrer une partie du groupe. Qui n'a jamais entendu une femme dire d'une autre "qu'elle se comporte comme une pute" ? Qui n'a jamais parcouru - on en avait déjà parlé - un article écrit par une femme dénigrant le groupe social auquel elle appartient ? "Le masculin l'emporte sur le féminin" : et si les féministes arrêtaient la grammaire. Nous sommes en 2012, dans le pays des droits de l’homme et de la femme. L’égalité entre les sexes étant enfin acquise, les féministes s’ennuient ferme. L’une d’entre elles a alors l’idée de sortir un vieux dossier (je pèse mes mots) appelé "règle de proximité". Et d’ajouter, devant l’assistance médusée : "désormais l’adjectif s’accordera avec le nom le plus proche" ! Ironie mise à part, cette scène est bien réelle. Des associations féministes ont décidé de faire de ce point de grammaire leur nouvelle croisade égalitaire-à-terre.

Au point de faire circuler une pétition et d’aller manifester le 6 mars prochain. Micro-trottoir sur la disparition de la case "Mademoiselle" des formulaires administratifs (France Soir) Une nouvelle contradiction Ce n’est pas la première fois que les féministes se mêlent de la langue, qu’elles ont déjà bien pendue. Or, en la matière, le mieux est souvent l’ennemi du bien.

Une règle source de confusion Venons-en au fait. Une grave erreur d’interprétation. J.F., 40 ans, célib ch. Prince charmant - Les Entrailles de Made. IVG « de confort » : les arroseurs arrosés. Tout d’abord, félicitations : vous avez survécu à la journée de Lafâme. Normalement, vous n’avez qu’une envie : passer à autre chose. Dommage, car il nous faut revenir au 8 mars 2009, la journée de Lafâme d’il y a trois ans.

À cette occasion, vous aviez pu lire sur ce site un article consacré à l’expression « IVG de confort », expression qui était alors passée complètement inaperçue ou presque. Continuer la lecture 8 mars : Lafâme t’emmerde Comme vous avez pu le remarquer, le site est suspendu depuis quelques mois… mais il va redémarrer. Continuer la lecture Violences masculines envers les femmes : entretien avec Christine DELPHY et Patrizia ROMITO Living with the Enemy, Donna Ferrato, introduction Ann Jones, Aperture. Le 30 octobre dernier, vous avez pu lire sur ce site l’histoire de Caroline, une jeune femme victime de violences conjugales.

Continuer la lecture Les socialistes geignent, les femmes trinquent. Et toujours pas un mot pour les femmes. Les Etats généraux de la femme : L'OREAL applique la loi - Olymp. Mme Valérie Aveline DRH de l'OReal a présenté les actions mises en place par le groupe pour favoriser l'égalité hommes/femmes. Une attention particulière est portée aux parents (et pas seulement aux mères elle a insisté là dessus) pour qu'ils puissent concilier vie familiale et vie privée selon leurs désirs. L'Oréal fait partie des entreprises qui ont signé la charte de la parentalité. Et tout est fait pour que le congé maternité ne contribue pas à accentuer les inégalités . La dernière mesure a déclenché les applaudissements de la salle et a ensuite été largement encensée par la représentante de ELLE qui l'a qualifiée de vertueuse.

L'Oréal garantit aux femmes, l'année de leur congé maternité une progression de rémunération automatiquement égale à la moyenne des augmentations individuelles de leurs collègues. Ce qui n'exclut pas une augmentation individuelle en fonction de leurs performance. Sauf que c'est juste que l'Oréal applique la loi et l'article L1225-26 du Code du travail. Les Français et la théorie des genres. Education non genrée. Dés sa naissance, on se comporte différemment selon le sexe de l'enfant.

On attend d'un petit garçon qu'il soit vif, actif ; plus tard on le punira pour cette vivacité. Le nombre de garçons qu'on traite pour de l'hyperactivité aux USA est effrayant. En France on punit beaucoup plus les garçons que les filles à l'école. D'aucuns évoqueront la fameuse testostérone ; parlons plutôt d'une société qui exalte les comportements violents chez les garçons et s'empressent ensuite de les punir. Des études montrent que les parents ont beaucoup de mal à laisser leur fils jouer avec des "jouets de fille" (l'inverse n'est pas vrai). A travers les deux derniers articles, nous nous sommes posés différentes questions. - comment apprendre à une jeune fille qu'il y a des dangers bien réels sans pour autant l'élever dans la peur ?

Je commencerais par un préalable important. 1. Il me parait utile de comprendre qu'il y a des risques pour toutes et tous. La tenue des jeunes filles. La construction du masculin, Entretien avec Daniel Welzer Lang. Pour Daniel Welzer Lang, l’apprentissage de la virilité a longtemps été le produit d’une socia- lisation bien spécifique pour les garçons. Aujourd’hui, la domination masculine perd de sa force, et les nouveaux modèles masculins restent à définir. Sociologue, maître de conférences à l’université Toulouse-Le-Mirail auteur notamment de Nouvelles approches des hommes et du masculin, Presses universitaires du M i rail, 2000 ; Les hommes aussi changent. Que pensent les hommes des femmes ? , Payot, à paraître en février 2004 ; avec Gérard Ignasse, Genre et sexualité, L’Harmattan, 2003.

Sciences Humaines : Vous êtes l’auteur de nombreuses recherches sur les rapports entre les sexes. Et particulièrement l’un des rares chercheurs à travailler sur le masculin et la virilité. Daniel Welzer Lang : Pour parodier Simone de Beauvoir, on pourrait dire en effet que « l’on ne nail pas homme, on le devient ». Mais l’injonction à la virilité est aussi génératrice de souffrance pour les hommes. Tu seras violée ma fille. 8 mars ; journée internationale des droits des femmes. Fleurissent les communiqués de presse débiles pour nous honorer, nous la femme, et les réflexions de type "trop débile cette journée, c'est tous les jours les droits de femmes" (sorties de la bouche de celles et ceux qui n'en parlent évidemment jamais). Quand on naît avec un vagin, très vite on t'explique comment les choses vont se passer.

Si tu sors tard/avec ces mecs/en boite, il va t'arriver "quelque chose". (et tu l'auras un peu cherché puisqu'on t'avait prévenu). Ce quelque chose est assez simple ; un inconnu va violemment t'écarter les cuisses et te rentrer son pénis dans le vagin. C'est compliqué de faire comprendre ca. Dans l'espace public, un homme a beaucoup plus de risques d'être tué qu'une femme ; pourtant on ne va jamais lui souligner que s'il sort de chez lui, il risque de finir avec un couteau planté dans la plèvre. Le pire est que les femmes ont intériorisé cela. Beauté fatale : Les nouveaux visages d'une aliénation féminine. Interview de Mona Chollet au sujet de son dernier livre Beauté fatale : Les nouveaux visages d’une aliénation féminine. Interview recueillie par Giancarlo Rossi, correspondant des Amis du Monde diplomatique en Italie. Entretien de Mona Chollet Présentation de l’éditeur La « tyrannie du look » affirme aujourd’hui son emprise pour imposer la féminité la plus stéréotypée.

Décortiquant presse féminine, discours publicitaires, blogs, séries télévisées, témoignages de mannequins et enquêtes sociologiques, Mona Chollet montre dans ce livre comment les industries du « complexe mode-beauté » travaillent à entretenir, sur un mode insidieux et séduisant, la logique sexiste au coeur de la sphère culturelle. Le corps féminin est sommé de devenir un produit, de se perfectionner pour mieux se vendre. Beauté fatale : Les nouveaux visages d’une aliénation féminine, par Mona Chollet, aux éditions Zones, Paris, février 2012, 237 pages, 18 euros. Les clichés sexistes, ça se combat dès le CP. "Est-ce que les filles qui n'aiment pas le rose sont quand même des filles ?

Et les garçons qui n'aiment pas le foot, sont-ils vraiment des garçons ? " Ces questions posées en page 2 du petit livret distribué mardi dans 1.400 écoles parisiennes sont censées faire réfléchir les enfants sur les clichés sexistes, tenaces dès le plus jeune âge. Dans les pages suivantes, les enfants sont invités à dire si les différentes activités que font les ours dessinés doivent être effectuées par "Madame Ourse" ou "Monsieur Ours", ou les deux. Les dessins représentent des activités du quotidien : repassage, lecture, peinture, cuisine, vélo, ordinateur… Les réponses des enfants confirment le besoin de distribuer ce fascicule. "Les madames attendent à la maison" Même pour l'ours en vélo, les réponses sont claires.

Un combat quotidien avec les enfants "Très régulièrement il faut remontrer aux enfants qu'il y a des papas qui viennent chercher les enfants à l'école, que des dames conduisent des bus. Hypersexualisation des petites filles : tous un peu cons, un peu complices ? Chantal Jouanno a rendu le 5 mars son rapport sur l’hypersexualisation des fillettes. Une question délicate, quand on considère qu’une société équilibrée se construit dès l’enfance de ses membres. Et que l’égalité hommes-femmes en est une composante essentielle. Et que pour couronner le tout, on a une fille de sept ans.

Un phénomène dérangeant En effet, ce rapport fait froid dans le dos. L’hypersexualisation des petites filles, c’est le fait qu’elles s’habillent de façon sexy et provocante, maquillage, string et talons à l’appui, dès huit ou neuf ans. Si certains parlent pour cette tranche d’âge de « préadolescence », d’autres, comme Catherine Monnot, n’hésitent pas à considérer cette classification supplémentaire comme une pure stratégie marketing. Parents impuissants ou complices ? Mais il suffit de compter les strings et les tubes de rouge à lèvres dans les cours des écoles primaires pour constater que les parents, s’ils n’encouragent pas forcément, restent souvent passifs.

Tu seras fort mon fils. Préambule ; la sociologie aide à dessiner à grands traits une société ; ne pas vous reconnaître dans ce portrait ne veut pas dire qu'il n'existe pas. Constater quelque chose ne veut pas dire que je l'approuve. Très tôt, avant même leur naissance, garçons et filles sont conditionnés à leur futur rôle. Des études montrent que devant un bébé qu'on suppose garçon, on loue sa vivacité et son caractère colérique. L'on exalte chez le petit garçon des valeurs dites viriles comme la compétitivité ou l'agressivité.

Une étude menée par Fisher Price révélait que les parents répugnent à ce qu'un petit garçon joue à des "jeux de fille". Même si les modèles parentaux ont beaucoup évolué, et que les pères souhaitent s'occuper de leurs enfants, on voit encore des poupons à destination unique des petites filles. Si l'agressivité et la compétitivité sont beaucoup encouragées chez les petits garçons, elles sont aussi durement réprimées. l'enfant se retrouve ainsi dans un système de double bind. Les bons conseils (sexistes) de Ouest-France et Okapi aux adolescentes « Jeudi soir. Des conseils à une jeune fille mal dans sa peau qui se transforment en étalage de clichés sexistes : c’est ce qu’on pouvait lire mercredi dans la rubrique "Ados" de Ouest-France. Le quotidien régional y reproduit le courrier de "Margot, 12 ans", une adolescente qui "ressemble à un garçon", suivi de la réponse d’Okapi (qui s’offre du même coup deux colonnes de pub déguisée).

Crédit photo : Causette Margot, donc, a un souci : "Au collège, on se moque de moi, car je ressemble à un garçon! J’ai essayé (…) de changer de look, mais rien n’y fait et je veux rester moi-même. " Notez cette phrase, elle est importante pour bien saisir la suite. Devant une telle injustice, le sang d’Okapi ne pouvait faire qu’un tour : "Mépriser quelqu’un à cause de son physique, c’est minable, et encore, je suis polie. " Je vous l’avoue sans honte : je me suis surpris à rêver d’Okapi lançant un mouvement genre "Occupy Wall Street", version cour de récré, distribuant des copies d’Indignez-vous! Prends ça! Pardon? Le crime d’honneur ou le musulman, ce barbare. Gang bang. Enquête sur la pornographie de la démolition - Prostitution et Société. La pornographie, une question démocratique - La vie des idées. Maman travaille: Micro-trottoir aux Etats généraux de la femme. En entreprise, la "paternité est dissuadée, la maternité sanctionnée"

News Réfléchir » La journée des mères actives. Augmentations pendant le congé de maternité : c’est la loi ! Femmes au foyer désespérantes. Les mères allemandes plus heureuses quand elles travaillent. Haro sur les stéréotypes sexistes dans les médias. Bruxelles: «Les femmes ne sont jamais contentes»: vraiment? Le Complexe de Cendrillon. - NO LOVE LOST. Sur Twitter : les femmes et Twitter. Sexism-all. Parité à la télévision : les chaînes en mal d'"expertes" NKM et Belkacem au Grand Journal : l'interview machiste d'Ariane Massenet. Césars, Oscars, hasta la vista et Elles : des clichés au cinéma. Le test de Bechdel. Pour en finir avec les faux exemples sur le féminisme aux Etats-Unis. Être mère ou ne pas l'être : là n'est pas du tout la question. Dans Newsweek : "Pourquoi les mères doivent mettre la barre plus. La maternité reste au coeur de l'inégalité hommes-femmes. Mères porteuses : désaccord au sein du PS. "Un enfant ? Cela va poser un problème..."

Qui va garder les enfants ? Le mixisme, pour dépasser féminismes et masculinismes.