background preloader

Exposé Moderne

Facebook Twitter

La naissance aux siècles classiques. [Pratique des accouchements et attitudes collectives en France aux XVIIe et XVIIIe siècles] Accouchement « naturel » et accouchement à « haut risque ». Deux aspects de la mortalité maternelle et infantile (Châtellenie de Thoissey-en-Dombes - 1660-1814) Par Alain BIDEAU.

Accouchement « naturel » et accouchement à « haut risque ». Deux aspects de la mortalité maternelle et infantile (Châtellenie de Thoissey-en-Dombes - 1660-1814)

La mortalité maternelle autrefois : une étude comparée (de la France de l'ouest à l'Utah) Par J.

La mortalité maternelle autrefois : une étude comparée (de la France de l'ouest à l'Utah)

-P. BARDET, K. -A. LYNCH, La mortalité maternelle en France au XVIIIe siècle. Dans les dernières décennies, la baisse de la mortalité maternelle a été spectaculaire en France.

La mortalité maternelle en France au XVIIIe siècle

Les taux ont été les suivants : En allait-il de même sous l'Ancien Régime ? L'évaluation directe de l'incidence de la mortalité par suite de couches, indépendamment des épidémies qui affectaient aussi les mères dans les mois suivant l'accouchement, est pratiquement impossible pour le passé, en l'absence des statistiques des causes médicales de décès. « Pour le passé, la succession rapide des grossesses implique une mortalité accrue durant la période féconde, mais la mesure de la part réelle des décès par suite de l'accouchement, de celle qui résulte de maladies infectieuses, reste problématique. En effet, les deux événements peuvent être concomitants, mais sans liens réels.

Accouchements et mortalité maternelle à ? Hôtel-Dieu de Marseille au milieu du XIXe siècle. Introduction La mortalité maternelle succédant à l'accouchement a été un phénomène qui a fortement marqué la vie des femmes de l'Europe occidentale jusqu'au début du XXe siècle.

Accouchements et mortalité maternelle à ? Hôtel-Dieu de Marseille au milieu du XIXe siècle

Le décès des mères ayant donné naissance à un enfant, posait à la société le problème de la succession entre vie et mort. Cette mort a affecté à la fois les processus reproductifs des populations et les conceptions du cycle vital. Les réponses culturelles furent d'abord des rituels spécifiques mis en place pour préserver la vie de la mère après la naissance (Van Gennep, 1937-58, 1(1) : 114-121) puis la mise en place de l'hygiène obstétrical. L'intérêt d'études sur la fièvre puerpérale est double : La fièvre puerpérale fut une grande tueuse de femmes, et à partir du XVIIe siècle, le développement des maternités publiques va provoquer de véritables épidémies.

Sages-femmes et accoucheurs : l'obstétrique populaire aux XVIIe et XVIIIe siècles. Des sages-femmes qui sauvent les mères ? La dépopulation continue et menaçante de la France1 constitue un leitmotiv au Siècle des Lumières.

Des sages-femmes qui sauvent les mères ?

Cette fausse rumeur explique sans doute, ou contribue à expliquer l'intérêt pour la médecine et en particulier pour la formation des accoucheuses. L'inquiétude des contemporains les a même conduits à tenter d'évaluer la mortalité maternelle : (ainsi Icart, dans un rapport daté des années 1781, avance la proportion de 1 décès de mère pour 1 000 naissances par an, ce qui porterait à 30 000 le nombre de femmes décédées des suites des couches2), et à faire de la formation des sages- femmes un objectif prioritaire. Jacques Gélis a étudié la naissance d'une nouvelle «profession», celle de sage- femme, et il invoque leur concurrence, parfois conflictuelle avec les matrones formées sur le tas3. De leur côté, les démographes ont mesuré la mortalité maternelle et montré qu'elle n'était pas aussi tragique que l'avaient dit, sans preuve, un certain nombre d'historiens des mentalités4. Rouen aux XVIIe et XVIIIe siècles. A propos de l'ouvrage de J.-P. Bardet.

ROUEN AUX XVIIe ET XVIIIe SIÈCLES A propos de l'ouvrage de J.

Rouen aux XVIIe et XVIIIe siècles. A propos de l'ouvrage de J.-P. Bardet

-P. Bardet (1) Si la démographie de la France rurale du xvine siècle est maintenant connue, peu d'études se sont encore attaquées à la démographie urbaine. La quantité des données à exploiter, la difficulté de saisir une population beaucoup plus mobile que celle des campagnes font, en effet, obstacle à ces études. Quelques-unes désormais classiques <2) ont commencé à mieux faire connaître cette démographie urbaine, mais aucune n'avait tenté de la saisir avec autant de précision que celle de J. Elle dépasse largement le cadre démographique, mais nous nous bornons dans cette note, à présenter l'essentiel des résultats démographiques et à les comparer à ceux de la France.

Jacques Tenon (1724-1816) Globes oculaires et instruments (©BIU Santé), extraits deMémoires et observations sur l'anatomie, la pathologie et la chirurgie (1806) Jacques René Tenon (1724-1816) n’est pas devenu médecin par hasard.

Jacques Tenon (1724-1816)

Né à Sépeaux (Yonne) dans une famille de chirurgiens (ses deux grands-pères et son père le sont), il suit la tradition familiale et, en 1741, part faire ses études de médecine à Paris, où il fréquente notamment l’Hôtel-Dieu. Au Jardin du Roi (aujourd’hui Jardin des Plantes), il suit les cours du chirurgien Jacques-Bénigne Winslow, qui l’accueille dans son laboratoire et l’initie à l’anatomie. Tenon s’est intéressé à beaucoup de domaines de la médecine. Après une pratique de la chirurgie militaire sur le terrain, durant la campagne de l’armée de Flandres en 1744, il exerce pendant six ans à la Salpêtrière. Cependant, si un hôpital parisien porte aujourd’hui son nom, c’est peut-être parce que Tenon fit beaucoup pour la réforme des hôpitaux à la fin du XVIIIe siècle. Mémoires sur les hôpitaux de Paris - Jacques René Tenon.