background preloader

Panama Papers

Facebook Twitter

Nouvelle affaire, avril 2016, comme quoi rien n'a changé depuis les grandes promesses et les maigres tentatives de régulation.

L’enquête sur les « Panama Papers » récompensée par le prix Pulitzer. Le Consortium international des journalistes d’investigation, « McClatchy » et le « Miami Herald » ont remporté le prix Pulitzer du « reportage explicatif ».

L’enquête sur les « Panama Papers » récompensée par le prix Pulitzer

Les prestigieux prix Pulitzer du journalisme américain, qui ont été remis lundi 10 avril, ont récompensé cette année plusieurs titres pour leurs articles sur l’élection présidentielle américaine. Aux côtés du New York Times, du Washington Post, du Wall Street Journal, du New York Daily News ou de ProPublica, le Consortium international des journalistes d’investigation (ICIJ), McClatchy et le Miami Herald ont remporté le prix Pulitzer du reportage explicatif pour l’enquête dite des « Panama papers ». Le 3 avril 2016 l’ICIJ et un consortium de plus de 100 rédactions, dont Le Monde, dans 76 pays, révélait l’existence de 212 000 sociétés-écrans, immatriculées dans différents paradis fiscaux, par Mossack Fonseca, un cabinet d’avocats panaméen méconnu jusqu’alors.

Cash impact en replay. « Bahamas Leaks » : l’ex-commissaire européenne à la concurrence avait une société offshore cachée. Neelie Kroes a été directrice, entre 2000 et 2009, d’une société enregistrée aux Bahamas, dont l’existence n’a jamais été révélée aux autorités bruxelloises, selon nos informations.

« Bahamas Leaks » : l’ex-commissaire européenne à la concurrence avait une société offshore cachée

Le Monde et les médias partenaires du Consortium international des journalistes d’investigation (ICIJ) ont eu accès à de nouveaux documents confidentiels, les « Bahamas Leaks », portant sur l’équivalent d’un « registre du commerce » bahamien. Parmi les plus de 175 000 structures offshore enregistrées dans ce paradis fiscal depuis 1990, certaines sont liées à des personnalités politiques de premier plan. Neelie Kroes, ancienne commissaire européenne à la concurrence, détentrice d’une société offshore non déclarée Classée cinq années de suite parmi les femmes les plus puissantes du monde par le magazine Forbes, Neelie Kroes, ex-commissaire européenne à la concurrence (2004-2009) de la Commission Barroso, a été directrice, entre 2000 et 2009, de Mint Holdings Limited, une société enregistrée aux Bahamas.

Panama Papers: le bureau du Sénat blanchit Oudéa en toute opacité. "Au vu des nouvelles auditions organisées par MM.

Panama Papers: le bureau du Sénat blanchit Oudéa en toute opacité

Philippe Dominati et Éric Bocquet, respectivement président et rapporteur de l'ancienne commission d'enquête, le Bureau a estimé que si les propos en cause ont pu comporter une part d'ambiguïté, ils n'étaient pas susceptibles d'être qualifiés de faux témoignage au sens du droit pénal", a indiqué dans un communique l'instance sénatoriale. Par conséquence, le bureau a "décidé qu'il n'y avait pas lieu de saisir la justice de cette affaire". Pourtant, les faits sont têtus. Le patron de la Société Générale doit faire face à la justice. Un vrai scandale !

Le patron de la Société Générale doit faire face à la justice

Grâce aux récentes révélations des PanamaPapers nous savons maintenant que le directeur général de la Société Générale a menti au Sénat lorsqu'il déclarait sous serment en mai 2012 que sa banque n'exerçait plus d'activité au Panama. En réalité il y avait à cette date encore 415 sociétés offshores créées par la Société Générale en activité dans ce paradis fiscal !

Un tel parjure est passible de cinq ans d'emprisonnement et de 75000 euros d'amende. Info exclusive : Attac révèle que BNP Paribas va fermer ses filiales aux îles Caïmans. À la veille de l’audition de Jacques d’Estais, directeur général adjoint de BNP Paribas par la commission des Finances du Sénat au sujet des Panama Papers, Attac dévoile ce mardi 24 mai le compte-rendu de la réunion de la commission financière du Comité central d’entreprise (CCE) de BNP Paribas qui s’est tenue le 3 mai dernier dans lequel les responsables de la banque annoncent leur intention de fermer leurs « dernières branches encore actives dans les Îles Caïmans ».

Info exclusive : Attac révèle que BNP Paribas va fermer ses filiales aux îles Caïmans

Dans son rapport financier 2015, BNP Paribas déclarait posséder 6 filiales aux Îles Caïmans pour un produit net bancaire de 39 millions d’euros et un résultat net de 134 millions d’euros sans aucun salarié sur place. Cette victoire est le résultat de plusieurs mois de mobilisation intense d’Attac et de ses partenaires notamment les « faucheuses et faucheurs de chaises » qui ont ciblé la BNP Paribas avec des actions de réquisitions citoyennes sur tout le territoire tout au long de l’année 2015. Pour aller plus loin. Pas vu à la télé (4) - Panama papers et Société Générale - Invité : Jérôme Kerviel.

Le pro­cès des lan­ceurs d’alerte a com­mencé.

Pas vu à la télé (4) - Panama papers et Société Générale - Invité : Jérôme Kerviel

Ces trois-là qui per­mirent de faire connaître le scan­dale des arran­ge­ments fis­caux au Luxem­bourg pour les grandes firmes qui y étaient domi­ci­liées. Je n’y reviens que pour vous appe­ler à vous y inté­res­ser. N’ou­bliez pas de mettre un com­men­taire après chaque lec­ture. Com­ment Fran­çois Hol­lande a-t-il pu res­ter silen­cieux face au coup de force de Barack Obama et Angela Mer­kel sur le pro­jet de traité de libre-échange entre l’Union euro­péenne et les États-Unis ? Une fois de plus il a accepté l’abais­se­ment de notre pays ! Notre soutien à Antoine Deltour – la mobilisation continue. Mise à jour sur la pétition 22 avr. 2016 — Bonjour à toutes et tous, Avant de revenir sur votre formidable mobilisation, je voudrais vous inviter à signer et partager une autre pétition, lancée voilà plus d’un an pour soutenir Antoine Deltour.

Notre soutien à Antoine Deltour – la mobilisation continue

Antoine est le lanceur d’alerte à l’origine des révélations dites du Luxleaks. Son acte totalement désintéressé a permis de faire la lumière, avec une précision sans précédent, sur toute une série de mécanismes permettant l’évitement fiscale massif des multinationales en Europe. Le tout, grâce à la bonne volonté de plusieurs États-membres de l’Union Européenne et sans que les pays qui se disent floués ne réagissent vraiment. [Direct] Les locaux de BNP Paribas occupés à Toulouse ! Depuis quelques semaines, les actions se multiplient à Toulouse.

[Direct] Les locaux de BNP Paribas occupés à Toulouse !

Après les blocages d’axes routiers, les péages gratuits ou encore l’occupation de la présidence à l’université du Mirail, c’est au tour des locaux de BNP Paribas d’être occupés, en ce moment même, par une centaine de personne ! Correspondants C’est à l’initiative du DAL, d’ATTAC, des intermittents et de Nuit Debout qu’une centaine de personnes, en lutte contre la loi travail, ont investit les locaux de BNP Paribas à Toulouse, dans le quartier de François Verdier. Outre les militants de ces organisations, des étudiants et des lycéens mobilisés - malgré la période de vacance - de l’Université du Mirail ont rejoint l’appel. Les « Panama papers » auraient-ils été possibles avec la directive sur le secret des affaires ? C’est une coïncidence des plus malheureuses : à peine deux semaines après la sortie des « Panama papers », ces révélations mondiales sur les sociétés « offshore » créées par le cabinet panaméen Mossack Fonseca dans les paradis fiscaux, une directive protégeant le « secret des affaires » a été adoptée, jeudi 13 avril, par le Parlement européen.

Les « Panama papers » auraient-ils été possibles avec la directive sur le secret des affaires ?

Lire : Le Parlement européen adopte la directive sur le secret des affaires Ce texte contraint désormais les vingt-huit Etats européens à prendre des dispositions dans les deux ans pour traduire la directive dans leur législation nationale, et à instaurer des amendes pour ceux qui enfreignent le secret des affaires. La journaliste de France 2, Elise Lucet, qui avait lancé une pétition en juin dernier, s’était inquiétée du « danger sur le journalisme d’investigation économique ».

VIDÉO - Intervention de Jean-Luc Mélenchon au Parlement européen contre la fraude et l'évasion fiscales. C’est peu dire que les évé­ne­ments cris­tal­lisent par­tout autour de nous.

VIDÉO - Intervention de Jean-Luc Mélenchon au Parlement européen contre la fraude et l'évasion fiscales

La lutte contre la loi El Khomri a engen­dré le mou­ve­ment « La Nuit Debout » qui gagne de ville en ville et foca­lise l’en­vie de prise de parole poli­tique des citoyens. Lais­sons tom­ber le raco­lage média­tique sur la récu­pé­ra­tion ou non du mou­ve­ment. Ce qui compte c’est l’état d’es­prit que cet évè­ne­ment déclenche par­tout et chez tous. Il est clair que la pre­mière conquête idéo­lo­gique de ces assem­blées est l’im­mense avan­cée du dis­cré­dit des ins­ti­tu­tions et de ceux qui les repré­sentent. Si l’idée de la Consti­tuante gagne autant de ter­rain par la base après que tant ait été dit contre cette idée par les par­tis tra­di­tion­nels et jusque dans notre gauche, c’est une très bonne nou­velle. Les « Panama papers » deviennent « l'affaire Société Générale. En visite au siège de l’ONU à New-York, le président de l’Équateur Rafael Correa propose une campagne mondiale pour la divulgation complète de la liste des noms des « Panama papers ».

J’y souscris totalement. Le cas de l’Équateur montre bien les conséquences d’une diffusion restreinte à quelques organes de presse. Dans ce pays, par exemple, les journalistes à qui ont été remises ces données sont au nombre de trois. Ils travaillent pour El Universo et El Comercio. Ce sont là deux journaux de l’opposition. Panama papers: Attac bloque une agence Société Générale. « Panama papers » : 100 000 signatures pour poursuivre les responsables d’évasion fiscale. L’ancienne juge du pôle financier Eva Joly a lancé une pétition pour poursuivre les banques impliquées dans le scandale des « Panamas papers » qui met en cause un grand nombre d’acteurs économiques et de dirigeants politiques dans des affaires d’évasion fiscale. La pétition « #PanamaPapers : En finir avec le secret, sanctionnons les banques !

», lancée sur le site Change.org, a dépassé les 100 000 signatures jeudi 7 avril au soir : « Nous demandons que les gouvernements européens poursuivent en justice les banques et les intermédiaires qui laissent leurs clients cacher leurs actifs dans des paradis fiscaux sans informer les administrations fiscales des agissements suspects de citoyens européens. » Si la pétition, soutenue par d’autres eurodéputés écologistes, atteint ses objectifs, le site s’engage à transmettre son message à au président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, et au ministre des finances français, Michel Sapin. #PanamaPapers: En finir avec le secret, sanctionnez les banques. Les Panama Papers ont révélé la façon dont certaines élites utilisent le secret pour cacher leurs activités financières. Ce secret permet à de riches individus de ne pas payer leur part normale d’impôts, mais il permet également à la grande criminalité de se financer, de l’esclavage humain à la vente d’armes illégales en passant par le financement du terrorisme.

Quand de riches individus ou des criminels cachent leur argent des services fiscaux, cela ne les rend pas plus riches, cela rend les autres plus pauvres. Ce qui n’est pas collecté pour l’impôt manque aux budgets publics pour financer des services essentiels tels que la santé, l’éducation ou la protection de l’environnement. Les révélations montrent comment de très grandes banques ont organisé la création de sociétés écrans dans les paradis fiscaux. 365 banques, parmi lesquelles la Société générale, HSBC, UBS ou encore la Deutsche Bank ont créé plus de 15 000 sociétés offshores pour des clients fortunés. « Panama Papers » : des militant⋅e⋅s d'Attac bloquent l'accès à l'agence de banque privée Société générale Paris Bourse. Une nouvelle fois, il a fallu un lanceur d’alerte pour prouver ce que chacun sait et que l’État laisse faire : les banques françaises organisent industriellement l’évasion fiscale. Après BNP Paribas et le Crédit agricole en 2013 dans le scandale « Offshore Leaks », la Société générale est prise la main dans le sac avec ses 979 société offshore des « Panama Papers ».

Comme à chaque fois, « la Société générale s’engage à la transparence » (dixit Michel Sapin !) Et jure d’arrêter toute activité au Panama. Allons-nous supporter encore longtemps cette mascarade ? « Panama papers » : le siège du cabinet Mossack Fonseca perquisitionné. La police panaméenne s’est rendue mardi 12 avril dans les locaux du cabinet d’avocats Mossack Fonseca, au cœur du scandale d’évasion fiscale dit des « Panama papers ». « En ce moment sont menées une perquisition, une inspection visuelle et une fouille au siège de la société » dans la capitale du pays, a détaillé dans un communiqué le ministère public, précisant que des opérations semblables étaient en cours « dans des filiales du groupe ».

Dans un communiqué, la police a précisé qu’elle recherchait des documents « susceptibles d’établir l’utilisation éventuelle de la société pour des activités illicites ». Lire aussi : L’affaire des « Panama papers » en 7 chiffres Durant plusieurs heures, l’immeuble principal du cabinet a été cerné par la police, devant lequel des dizaines de journalistes attendaient des déclarations. Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot : « Les plus riches veulent détruire la solidarité. « Panama papers » : le business offshore de LSK, l’ex-fonds d’investissement de Strauss-Kahn.

C’est un ancien directeur général du Fonds monétaire international (FMI), lucide quant aux abus de la finance internationale, qui témoigne en ce mercredi de juin 2013 sur les bancs feutrés du Sénat. Auditionné par la commission d’enquête sur le rôle des banques et des acteurs financiers dans l’évasion fiscale, Dominique Strauss-Kahn ne mâche pas ses mots contre les « conséquences injustes » des paradis fiscaux, qui « privent des Etats de recettes fiscales », et contre les « instruments financiers fondés sur l’opacité ». « C’est cette opacité-là, renforcée par les territoires offshore, qui est très déstabilisante », explique aux sénateurs l’ancien ministre de l’économie.

C’est pourtant le même Dominique Strauss-Kahn qui prendra six mois plus tard les rênes de Leyne, Strauss-Kahn & Partners (LSK), un fonds d’investissement luxembourgeois créé par son associé Thierry Leyne. Comptes en banque et coffres-forts. Ces Français moyens qui ont un pied dans les paradis fiscaux. Panama Papers : l’UE doit agir immédiatement !

À: M. Jean-Claude Juncker, Président de la commission européenne et Mmes et MM. les responsables européens. "Panama Papers" : faut-il rémunérer les informateurs fiscaux ? « Panama papers » : le parti pirate islandais veut « réformer en profondeur le régime » Evasion fiscale : si vous n’avez rien suivi des « Panama papers » Balkany, Cahuzac, Guérini : les « affaires » françaises passent par le Panama. « Panama papers » : le cabinet Mossack Fonseca assure avoir été piraté et a porté plainte. Mossack Fonseca, spécialiste de la domiciliation de sociétés offshore, au cœur du scandale des « Panama papers », a annoncé mardi 5 avril avoir été victime d’un piratage informatique opéré à partir de serveurs étrangers. « Panama papers » : le contrat douteux signé par Gianni Infantino, le nouveau patron de la FIFA.

LE MONDE | • Mis à jour le | Par Rémi Dupré et Adrien Pécout Le 26 février, dans son discours de candidat à la présidence de la Fédération internationale de football (FIFA), Gianni Infantino avait promis de restaurer la réputation de l’instance planétaire, minée par des scandales de corruption. Six semaines après l’élection du Suisse à la tête de l’organisation faîtière du ballon rond, son nom apparaît dans les « Panama papers ». Selon les informations du quotidien allemand Süddeutsche Zeitung, le Suisse a signé en 2006 et 2007 des contrats commerciaux, au nom de l’Union des associations européennes de football (UEFA), avec une entreprise offshore détenue par des hommes d’affaires, actuellement mis en examen par la justice américaine dans le cadre de l’enquête sur le scandale de la FIFA.

En septembre 2006, la société Cross Trading a ainsi acheté à l’UEFA les droits télévisés de la Ligue des champions pour la période 2006-2009 pour 111 000 dollars. 311 170 dollars de droits télévisés. The Panama Papers: leaktivism's coming of age. Avec le Secret des affaires, pas de « Panama Papers » ? Iceland’s Prime Minister Steps Down After Panama Papers Leaks - HuffingtonPost. « Panama papers » : manifestation monstre en Islande contre le premier ministre. La justice panaméenne ouvre une enquête sur les révélations des « Panama papers » « Panama papers » : comment les chefs d’Etat mis en cause ont réagi (ou pas) « Panama papers » : Stairway to tax heaven, le jeu. « Panama papers », le récap, épisode 2 : chefs d’Etat, Mossack Fonseca et un jeu.

Panama Papers - All articles by Süddeutsche Zeitung. Les « Panama papers » touchent la France : ce qui vous attend mardi 5 avril. Cash investigation du 05-04-2016 à 20:55 - Paradis fiscaux : le casse du siècle en replay. « Panama Papers » : des peuples dépossédés de leurs souveraineté et de leurs richesses.