C

Facebook Twitter

- THOMAS CHENE PHOTOGRAPHE - «Les instants choisis sont ceux de la solitude, la fragilité des personnages semblent affleurer à la surface sensible du monde.

- THOMAS CHENE PHOTOGRAPHE -

L’indétermination des formes semble répondre à celle des personnages et nous installe dans un monde suspendu, dans cette hésitation très américaine entre le cinématographique et le banale, l’épique et l’absence. La facture très léchée des images contribue à créer une atmosphère de fiction dont le récit serait celui de l’attente d’une histoire, d’un évènement qui ne vient pas. Thomas Chéné parcourt une Amérique en apesanteur, qui ne sait toujours pas quel est son passé, et qui semble guetter un futur indéchiffrable» Christian Maccotta, juin 2012. Jacques COUSIN. Galerie Les Filles du Calvaire. Le travail photographique de Thibaut Cuisset se déploie par campagnes successives et, à chaque fois, un pays différent fait l'objet de la série.

Galerie Les Filles du Calvaire

Dans ces campagnes généralement assez longues où le repérage se dilue peu à peu dans la prise, aucune place n'est laissée à l'improvisation ou à l'accidentel et d'autant moins que nous sommes avec elles aux antipodes du reportage : un pays n'est pas le terrain d'une actualité qu'il faudrait couvrir, ni celui d'un réseau d'indices qu'il faudrait capter, mais un ensemble de paysages où le type se révèle lentement, à travers des scènes fixes qui sont comme autant de cachettes.

La Turquie, l'Australie, l'Italie, la Suisse, l'Islande, les pays de Loire, et j'en oublie, ont été ainsi visités et prospectés.[...] Extrait du texte L'étendue de l'instant de Jean-Christophe Bailly. ************ Cynthia Cappe. Cyprien Clément-Delmas. Henri Cartier-Bresson. L’appareil photographique est pour moi un carnet de croquis, l’instrument de l’intuition et de la spontanéité, le maître de l’instant qui, en termes visuels, questionne et décide à la fois.

Henri Cartier-Bresson

Pour « signifier » le monde, il faut se sentir impliqué dans ce que l’on découpe à travers le viseur. Cette attitude exige de la concentration, de la sensibilité, un sens de la géométrie. C’est par une économie de moyens et surtout un oubli de soi-même que l’on arrive à la simplicité d’expression. Photographier : c’est retenir son souffle quand toutes nos facultés convergent pour capter la réalité fuyante ; c’est alors que la saisie d’une image est une grande joie physique et intellectuelle. Jonas Cuénin. Laurent Clement. Léo Caillard. Romain Courtemanche.