background preloader

Augustin Berque

Facebook Twitter

Dossier créé par François Arnal

Neuf lieux, neuf géographes, neuf films. La revue numérique EspacesTemps.net a publié, le 6 octobre 2015, un album de neuf films sous le titre “Thinking Places”.

Neuf lieux, neuf géographes, neuf films

Thinking Places est une série de neuf films scientifiques dont le principe est d'associer, par le langage du cinéma, le discours d’un chercheur travaillant sur l’espace à un lieu que ce chercheur a lui-même choisi parce ce lieu l’a changé. Il s’agit donc d’un dialogue entre deux personnages de cinéma, un penseur-acteur et un lieu. Chaque film est fondé sur quatre règles : - La personne et le lieu doivent être filmés simultanément. - Le film comprend un seul plan-séquence - Le tournage est limité à une seule prise. - Le lieu filmé est ce dont parle la personne filmée. La durée est fixée librement par le chercheur lui-même (de moins d’une demi-heure à plus d’une heure).

Ces films révèlent une grande diversité que chaque élément du couple (le chercheur, le lieu) et le couple lui-même engendrent. Sans titre. Augustin Berque, géographe orientaliste. Directeur d’études à l’Ecole des hautes études en sciences sociales, à Paris, Augustin Berque réfléchit depuis des décennies au rapport des sociétés humaines à leur environnement ; il a publié plusieurs essais sur ce sujet.

Augustin Berque, géographe orientaliste

En 2000, il a synthétisé ses recherches et sa réflexion dans Ecoumène (lire le compte rendu du livre). Il est aussi spécialiste du Japon, où il enseigne le fûdoron, l’étude des milieux humains, à l’Université de Miyagi. - Ecoumène se démarque des travaux universitaires classiques : vous faites parfois référence à votre expérience personnelle, vous retracez les différentes étapes de votre propre compréhension de votre sujet... Ce qui est en conformité avec les convictions que vous défendez, à savoir que la pensée ne se développe pas dans l’abstraction, mais s’enracine dans la chair, dans les lieux, et se déploie dans le temps. - Il y a aussi des passages très poétiques, ce qui peut surprendre dans un ouvrage scientifique... A.B. : Il s’agit de sciences humaines... Persée : Portail de revues en sciences humaines et sociales.

Augustin Berque : ‘Lieu’ 1. Augustin Berque a Lieu.

Augustin Berque : ‘Lieu’ 1.

Là où quelque chose se trouve ou/et se passe. Termes proches : endroit, place, position, site, emplacement, parages, lieudit, localité, coin, scène, théâtre… Lieu (du latin locus) est un concept fondamental de la géographie, au point que celle-ci a pu être qualifiée de « science des lieux » (Vidal de la Blache). De ce conflit résulte l’ambivalence des lieux en géographie. Dans le Timée de Platon, la chôra intervient dans le rapport entre l’être absolu (on, eidos ou idea), qui relève de l’intelligible, et l’être relatif (genesis), qui relève du monde sensible (kosmos). C’est le contraire qui ressort de la définition aristotélicienne du topos au livre 4 de la Physique. Cette définition du topos apparaît clairement liée au principe d’identité (A est A) qui fonde la logique aristotélicienne. À partir de ces fondements épistémiques se sont déployées deux conceptions possibles du lieu, entre lesquelles oscille encore et toujours la géographie :

Ecoumène et Médiance, d'Augustin Berque. « Je ne puis méditer qu’en marchant et ma tête ne va qu’avec mes pieds. » Jean-Jacques Rousseau « Entre moi et moi-même, il y a la Terre » : cette citation de Jean-Marc Besse, Augustin Berque l’a placée en exergue d’Ecoumène.

Ecoumène et Médiance, d'Augustin Berque

Elle résume l’intuition que son livre, avec rigueur et érudition, s’attache à fonder rationnellement. Le diagnostic que pose Berque, au terme d’un passionnant cheminement intellectuel de plusieurs décennies, c’est qu’« il manque à l’ontologie [l’étude de l’être] une géographie, et à la géographie une ontologie ». Drôle de livre ! A priori, on ne verrait aucune raison pour qu’un non-spécialiste s’y intéresse : l’abondance de termes savants, les citations en grec, en latin, en allemand, en chinois, en japonais, toutes langues que l’auteur manie avec un naturel affolant, semblent le réserver à un public universitaire.

Ces questions représentent pour lui bien davantage qu’un simple sujet d’étude : il les a chevillées au corps, et cela se sent. Un paysage ?