background preloader

Dénutrition

Facebook Twitter

Vieillir en liberté. Vieillir en harmonie, une question d’équilibre : prévenir la dénutrition RIFVEL remercie l’Organisme Médico-Social vaudois (OMSV) et ses partenaires suisses qui ont réalisé cette publication et généreusement accepté leur mise à disposition sur Internet pour la francophonie.

Vieillir en liberté

Louis Plamondon, Université de Montréal, coordonnateur RIFVEL. Table des matières 1. À vous, lectrices et lecteurs Lorsque l’on parle de sous-alimentation,la première image qui vient à l’esprit est celle des enfants du Tiers-Monde. . (1) Abbassi A.A., Rudman D. (2) Guigoz Y. 2. Dépression,veuvage Difficulté à se déplacer Difficulté à réfléchir Perte d’appétit Maladies Régimes Problèmes bucco-dentaires Perte de poids involontaire Alimentation inadéquate Diminution des sens (goût,odorat,vue) Cumul de médicaments Douleurs Isolement social Revenus insuffisants.

Dossier : La dénutrition des personnes âgées. La dénutrition touche une large proportion des personnes âgées.

Dossier : La dénutrition des personnes âgées

En effet, leur statut nutritionnel est fragilisé par les modifications physiologiques liées au vieillissement, la dépendance, la dépression et les troubles cognitifs, entre autres. La dénutrition entraîne une sarcopénie, accroît la baisse de mobilité et augmente les risques de chute, avec en fin de compte un impact sur la mortalité. Le dépistage et la prise en charge de la dénutrition doivent donc être une priorité pour l’entourage des personnes âgées, les aidants familiaux et professionnels et les équipes médicales et paramédicales. Des structures spécialisées, des services sociaux, sont à même de les seconder, d’améliorer la prise en charge nutritionnelle des personnes âgées, et de leur assurer ainsi une meilleure qualité de vie.

Pr Agathe Raynaud-Simon Service de Gériatrie, Hôpital Bichat, Paris Faculté de médecine Denis Diderot, Paris En France, 300 000 à 400 000 personnes âgées vivant à domicile sont dénutries. Bilan biologique d'une dénutrition - Portail Santé // Grand-Duché de Luxembourg - Bilans biologiques. Qu'est-ce qu'une dénutrition?

Bilan biologique d'une dénutrition - Portail Santé // Grand-Duché de Luxembourg - Bilans biologiques

Habituellement, une dénutrition est un déficit d'apport principalement, en termes de quantité. Une malnutrition est un défaut à la fois qualitatif et quantitatif des aliments. Une vraie dénutrition par carence alimentaire est rare dans les pays développés, mais dans certains contextes comme une maladie grave (anorexie, SIDA, cancer) ou le grand âge, la dénutrition n'est pas rare. On estime que 30 à 60 % des malades hospitalisés souffrent d'une dénutrition, surtout chez des personnes âgées. Dans ce cas, la dénutrition est liée à la fois à une carence d'apport par perte d'appétit mais aussi à un catabolisme accru.

Une dénutrition entraîne une fragilisation de l'organisme qui devient alors plus sensible aux infections par exemple. Pourquoi un bilan biologique d'une dénutrition? Un certain nombre d'examens, dont certains sont biologiques, apprécient l'importance de la dénutrition et son retentissement éventuel sur l'état général. Le bilan biologique comprend: Brochure_denutrition_fr-hd. Maigreur et dénutrition. L'alimentation de la personne maigre et dénutrie Dans les deux cas, on peut voir apparaître des altérations de la peau (peau sèche), des cheveux (rares et cassants), des troubles digestifs (diarrhées), des troubles sexuels (absence de règles, impuissance), sensibilité accrue aux infections, troubles du comportement (tristesse, dépression, apathie,…), …Un régime adapté permet de retrouver un poids « normal » et de faire disparaître ces dysfonctionnements.

Maigreur et dénutrition

N.B : Il se peut que vous mangiez beaucoup et que vous n’arriviez pas à prendre du poids. Vous êtes sûrement maigre de nature. Dans ce cas continuer à suivre les conseils donner à l’adulte bien portant pour avoir un apport suffisant en nutriments et micronutriments. Voici nos rubriques conseils spéciales maigreur et dénutrition, qui vont vous aider à reprendre quelques kilos et à retrouver la forme ! Consommer à chaque repas des féculents en préférant ceux pauvres en fibres (toutes les céréales « blanches », la baguette). Les idées reçues. Cancer : des conseils alimentaires adaptés me sont donnés avec docvadis. Mon cancer peut-il entraîner une perte de poids ?

Cancer : des conseils alimentaires adaptés me sont donnés avec docvadis.

Oui. Pour plusieurs raisons. Un cancer peut induire une perte d’appétit et entraîner une baisse, voire un arrêt total de l’alimentation. Cette perte d’appétit peut être provoquée par la tumeur elle-même, de manière mécanique (obstruction de l’œsophage, par exemple) ou en modifiant les mécanismes de contrôle de l’appétit par la douleur ou encore par un état dépressif. Une baisse de l’alimentation peut entraîner une diminution progressive de l’appétit. Cancer : mieux lutter contre la dénutrition des malades. Entre un tiers et la moitié des patients atteints de cancer commencent leur traitement dans un état de dénutrition, c'est-à-dire avec un déséquilibre durable entre les apports énergétiques de l'alimentation et les dépenses.

Cancer : mieux lutter contre la dénutrition des malades

Pourtant, les études montrent que l'alimentation est un facteur clé dans le parcours de soins. La Société francophone nutrition clinique et métabolisme (SFNEP) a donc décidé de publier fin 2012 un ensemble de recommandations portant sur la nutrition des patients atteints de cancer et améliorer leur prise en charge nutritionnelle [1]. Cancer et dénutrition : des liens complexes Les recherches actuelles indiquent que le cancer accroît le risque de dénutrition chez les patients. En cause : la perte d'appétit due au traitement et les modifications du métabolisme causées par la maladie.

Si le cancer favorise la perte de poids, celle-ci peut entraîner également des complications particulières pour les patients en cours de traitement. Doc1. La dénutrition. Dénutrition. Cancer et dénutrition : causes, conséquences, dépistage de la dénutrition. Dénutrition.