background preloader

Exemple de derives

Facebook Twitter

Comment rumeurs et intox se propagent par e-mails, en chaînes. En général, l'en-tête contient une injonction inquiétante : « A diffuser avant interdiction. » Souvent, la conclusion lance un défi : « Oserez-vous faire suivre ?

Comment rumeurs et intox se propagent par e-mails, en chaînes

» Entre les deux, des textes aux couleurs criardes, des reproductions d'images pas toujours bien scannées, des vidéos ou des PowerPoint bricolés. Le propos ? Des variations sur quelques thèmes récurrents : le dénigrement des musulmans, la critique virulente de François Hollande, de ses ministres ou de ses proches, la dénonciation des impôts et des gaspillages d'argent public. Tous, ou presque, sont ponctués de remarques désabusées ou d'exclamations scandalisées. Tous, ou presque, colportent des « informations » fausses, des rumeurs ou des intox. Phénomène Facebook à l'école: du mot doux à l'intimidation. De Montréal à Québec, en passant par Saguenay et l'Abitibi, les pages Spotted pullulent depuis quelques semaines, voire quelques jours.

Phénomène Facebook à l'école: du mot doux à l'intimidation

Le but : inviter les gens fréquentant un lieu, le plus souvent une institution scolaire, à soumettre leurs mots doux à un inconnu qu'ils ont croisé dans l'espoir qu'il se reconnaisse, et ce, de manière anonyme. L'administrateur de la page - que l'on soupçonne être un étudiant - publie les déclarations qui lui plaisent, en agissant lui aussi sous le couvert de l'anonymat. Le phénomène Spotted aurait été créé à la fin 2012 par des étudiants britanniques qui voulaient se divertir pendant l'étude de leurs examens. Au Québec, les cégeps et les universités sont les plus représentés lorsqu'on tape «Spotted» dans le moteur de recherche de Facebook. Les écoles secondaires commencent à se frayer un chemin, notamment au Saguenay-Lac-Saint-Jean. Si la majorité des pages Spotted respectent la prémisse du «jeu», les écarts de conduite sont vite arrivés. Préoccupation. Trois élèves exclues du lycée après avoir insulté une prof sur Twitter.

Deux lycéens renvoyés pour avoir créé deux faux comptes Facebook. FOCUS : Page Facebook « Les Putes d’Anvers » du 4 Janvier 2013, info : RTBF Vidéo. De l’identité à la présence numérique. Quelles notions enseigner quand on enseigne l’identité numérique ?

De l’identité à la présence numérique

Comment faire pour, une fois le discours légitime des dangers d’Internet énoncé, aller au-delà et apprendre aux élèves à évoluer dans cet espace médiatique en exerçant une présence numérique assumée ? Comment conduire les élèves à l’acquisition d’une véritable culture informationnelle dont les objectifs sont de réussir à Réaliser, Réfléchir et Résister dans le contexte du numérique ? La lecture des travaux de Louise Merzeau[1] a été pour moi éclairante.

Avec le numérique, l’un des bouleversements majeurs à prendre en compte dans notre enseignement est la mémoire de nos activités sur le web et leurs enjeux sociétaux. Cette mémoire est une mémoire totale au point de pouvoir parler de l’hypermnésie du web. Toutes nos activités sur le web laissent des traces, on parle aussi de traçabilité de l’individu qui est devenu une collection de traces. Pour exemple, avec la géolocalisation :

Intimidation

Une page Facebook de photos d’étudiants ivres constitue. Perdre son emploi à cause de Facebook ou Twitter. L'auteur de la page Facebook "putes d'Anvers" identifié. 11 façons de se faire virer à cause de Facebook. L'ado en détresse qui fait le buzz sur Internet (vidéo) Par: rédaction 7/12/11 - 15h46 Jonah Mowry, 13 ans à peine, a posté une vidéo sur YouTube dans laquelle il explique son mal-être.

L'ado en détresse qui fait le buzz sur Internet (vidéo)

Il a écrit son histoire sur de petits papiers qu'il fait défiler devant la caméra, au son de "Breathe Me" de Sia et en larmoyant. Jonah a posté cette vidéo en août, juste avant la rentrée scolaire. Si elle fait le buzz aujourd'hui, soit quatre mois plus tard, c'est grâce (ou à cause) de Perez Hilton. Amanda Todd : le suicide qui enflamme la toile - L'Internaute Actualite. Amanda Todd, une jeune canadienne de 15 ans, s'est donné la mort après avoir été harcelée sur le Web.

Amanda Todd : le suicide qui enflamme la toile - L'Internaute Actualite

Retour sur un destin qui bouleverse aujourd'hui la toile. [Mis à jour le 22 octobre à 11h56] Amanda Todd s'est donnée la mort le 10 octobre dernier à son domicile de Coquitlam, près de Vancouver. Cette jeune canadienne, qui n'avait pas encore eu 16 ans, a préféré mettre fin à sa vie plutôt que de continuer à subir le harcèlement dont elle faisait l'objet depuis de longs mois.

Et ce suicide bouleverse aujourd'hui le Canada et, plus généralement, de nombreux internautes à travers le monde. Angie Varona (14 ans) : Star sexy de Facebook malgré elle (vidéo) Une jeune américaine est devenue célèbre sur internet à son plus grand malheur.

Angie Varona (14 ans) : Star sexy de Facebook malgré elle (vidéo)

Son compte internet a été piraté et des photos de la jeune fille en tenue légère sont apparues sur la toile. Angie Varona, jeune américaine habitant à Miami, a été victime d'un hackage douloureux pour l’adolescente. Des photos d'elle (exclusivement destinées à son petit ami) dans des positions et dans des tenues sexys ont tourné sur internet à son insu. Devenue en moins de temps qu’il ne le faut pour le dire, Angie est devenue « pin-up » sans le vouloir et a dû quitter son école à cause des moqueries de ses camarades qui la traitaient de « star du porno ». En trois ans, Angie est devenue célèbre partout dans le monde avec plus de 530 000 résultats Google et une douzaine de page Facebook pour pouvoir être fan des photos de la jeune fille.

Angie et son père ont alors fait appel au FBI et ont essayé de faire retirer le plus possible ces photos d'Internet.