DECEMBER 2011

Facebook Twitter
L’antilibéral Bernard Maris à la Banque de France
L’heure du reniement des social-démocraties européennes, par Michael Hudson (I/III) L’heure du reniement des social-démocraties européennes, par Michael Hudson (I/III) « La meilleure façon de comprendre la crise financière de l’Europe c’est d’observer les solutions proposées pour la résoudre. Elles dessinent un rêve de banquier, un paquet cadeau que peu d’électeurs pourraient approuver lors d’un référendum démocratique. » Michael Hudson reprend à son compte les concepts de l’économie classique pour développer une critique radicale de notre moment historique : toute rente, toute extraction de richesse permise au détriment du corps social par une position privilégiée, fut-elle assise comme hier sur la noblesse terrienne, ou comme aujourd’hui par le privilège monétaire des banques et une répartition distordue des revenus (générateurs de dette, d’abord privée, puis publique), est un coût social injustifiable, dont l’acceptation remet en cause les fondements même de la démocratie - tout comme l’ « efficacité » économique. L’heure du reniement des social-démocraties européennes, par Michael Hudson (I/III)
Freddie et Fannie sont dans un bateau, all over again Comme je suis toujours en vacance et que je ne vais pas vous enquiquiner avec mes lubies, je vais me contenter d’un petit (?) billet narrant les derniers rebondissements de Freddie Mac et Fannie Mae… Pour ceux de mes lecteurs qui ne le savent pas, Freddie et Fannie ne sont pas deux célèbres crooners américains qui distribuent de délicieux cookies pendant leurs concerts, mais deux organismes de crédit immobilier, la Federal National Mortgage Association (Fannie Mae) et la Federal Home Loan Mortgage Corporation (Freddie Mac). Freddie et Fannie sont dans un bateau, all over again
* Excédent de liquidité record de E483 milliards * Baisse quasi-générale des taux interbancaires * Les banques restent encore méfiantes FRANCFORT, 23 décembre (Reuters) - La liquidité du marché monétaire en euros a atteint vendredi un niveau sans précédent, conséquence de l'opération inédite de prêts à trois ans organisée cette semaine par la Banque centrale européenne (BCE). LEAD 1-La BCE porte la liquidité à un niveau inégalé LEAD 1-La BCE porte la liquidité à un niveau inégalé
La Russie intègre l'OMC, l'Organisation mondiale du Commerce
État de la dette, éthique de la faute-Interview de Christian Marazzi État de la dette, éthique de la faute-Interview de Christian Marazzi La mission impossible du sauvetage de l’euro, la dégringolade de la déseuropéisation, le cataclysme géopolitique qui peut en dériver. Mais, avec l’austérité, on ne sort pas de la crise, on ne produit que de la récession et de la dépression. Interview de Christian Marazzi sur la pénitence après la grande bouffe néolibérale, et sur l’antidote du commun. Économiste, professeur à l’École universitaire professionnelle de la Suisse Italienne et, précédemment, à Padoue, New York et Genève, militant et intellectuel de référence des mouvements de la gauche radicale, Christian Marazzi est l’un des analystes plus lucides de la crise économico-financière actuelle. En 2009, il fut l’un des premiers à en diagnostiquer le caractère historique et l’impact global ; et lorsque la crise faisait des ravages aux USA, il avait déjà prévu que l’Eurozone y serait inévitablement entraînée.
L'isolationnisme énergétique des Américains Au-delà d'une discutable utilisation de la politique monétaire pour préserver leur compétitivité vis-à-vis du reste du monde ("guerre des monnaies"), un aspect moins évident et moins commenté de la stratégie des États-Unis dans la crise actuelle est leur politique énergétique. Celle-ci consiste à sécuriser pour longtemps une énergie à bas coûts. Le pays, pour cela, s'appuie sur ses ressources domestiques, via le développement récent des gaz de schiste et le rôle persistant d'un charbon bon marché. Il compte aussi sur celles de son orbite proche (pétrole canadien). L'annonce, voici quelques jours, du projet d'inversion du pipeline Seaway reliant le principal point de stockage pétrolier du pays dans l'Oklahoma (Cushing) au golfe du Mexique est un indice supplémentaire de cette construction. L'isolationnisme énergétique des Américains
Pour mieux affronter la crise de la dette publique en Europe Pour mieux affronter la crise de la dette publique en Europe Phase actuelle de la crise en Europe Présentation par Eric Toussaint des derniers développements sur la crise internationale, en particulier la phase actuelle de la crise de la dette en Europe et des initiatives en cours en matière d’audit citoyen. Cet exposé s’est fait en 2 parties de 45 minutes, et suivi d’une discussion en plénière. Eric Toussaint, docteur en sciences politiques, préside le CADTM Belgique, il a participé en 2007-2008 à la commission d’audit intégral de la dette publique de l’Equateur. Eric Toussaint a coordonné avec Damien Millet l’ouvrage collectif du CADTM La dette ou la vie, Aden-CADTM, 2011.
The G20 and Global Policy Paralysis The G20 and Global Policy Paralysis Ilene Grabel: There's neither the political will nor the courage to take on the austerity and privatization policies pushed by finance - Bio Ilene Grabel, PhD, is an Economist, Professor at the Josef Korbel School of International Studies at the University of Denver, and serves as Co-Director of the MA program in Global Trade, Finance and Economic Integration at Korbel. She was designated the University Scholar/Teacher of the Year in 2005-2006. Grabel has lectured at the Cambridge University Advanced Programme on Rethinking Development Economics since its founding. She has been a Research Scholar at the Political Economy Research Institute of the University of Massachusetts since 2007.
AVANT-PAPIER-Sommet clé sur une nouvelle architecture de l'euro AVANT-PAPIER-Sommet clé sur une nouvelle architecture de l'euro * Propositions détaillées de Paris, Berlin et Van Rompuy * De nombreux points de désaccord subsistent sur l'euro * Réforme à 27 ou nouveau traité à 17, les jeux sont ouverts
EXCLUSIF S&P pourrait placer le triple A (AAA) français "sous perspective négative" d'ici 10 jours Nouvelle rumeur de marché, pour faire décaler les taux avant la dernière adjudication d'obligations OAT de l'année, ce jeudi ? Ou bien préparation des esprits à l'inéluctable ? Selon plusieurs sources concordantes, Standard & Poor's (S&P) pourrait bien annoncer "sous peu" le placement de la note AAA de la France sous "perspective négative". Ce serait la première étape avant l'abaissement de cette note, la plus haute, dont jouit l'Hexagone. EXCLUSIF S&P pourrait placer le triple A (AAA) français "sous perspective négative" d'ici 10 jours
"Je peux vous dire que La Tribune raconte n'importe quoi", a dit le Premier ministre à Reuters en marge d'un séminaire consacré à la Révision générales des politiques publiques. Standard & Poor's a refusé de commenter notre article (lire ici). "S&P ne commente pas les rumeurs sur ses notations", a dit à Reuters une porte-parole du bureau parisien de S&P. L'agence pourrait annoncer sous peu le placement de la note AAA de la France sous perspective négative, rapporte mardi La Tribune, qui cite des "sources concordantes". "Cela pourrait intervenir sous une semaine, ou peut-être 10 jours", dit une source diplomatique citée par la Tribune, qui évoque une intense réflexion en ce sens au sein de l'agence. Fillon : "La Tribune dit n'importe quoi !" Fillon : "La Tribune dit n'importe quoi !"
La preuve par Bruce Willis On finit par s'y perdre, dans le minute par minute du désastre. Sur France Inter ce matin, François Hollande brocardait le nième accord définitif Sarkozy-Merkel, annoncé hier à la mi-journée, et qui n'a pas empêché Standard and Poor's de placer "sous perspective négative" la note de 13 pays européens, dont la France et l'Allemagne. Mais la chronologie n'est pas celle-là. Comme l'a expliqué Juppé chez Aphatie, les deux dirigeants étaient prévenus avant. C'est donc en toute connaissance de cette menace, qu'ils ont adopté le plan annoncé hier, le fameux plan (beaucoup de) discipline, contre (un peu de) solidarité.
Grève Aujourd'hui, il y a eu grève, une vraie grève, pas une intersyndicale-interprofessionnelle à deux balles et à date fixe décidée au-dessus de nos têtes, non, une vraie grève spontanée. Le motif est tellement minable que ça fout limite la honte. On ne réclamait pas une augmentation de salaire, on ne réclamait pas des moyens supplémentaires, nan, rien de tout ça. Contexte : Je travaille depuis près d'un an dans une bibliothèque universitaire en tant que magasinière contractuelle.
Les auditeurs de la matinale de France Culture ont eu droit, ce mercredi, à un moment de radio réussi, un échange musclé sur un sujet majeur. D’un côté, Paul Jorion, l’anthropologue, économiste et blogueur, l’« homme-qui-avait-prédit-la-crise » ; de l’autre, Brice Couturier, chroniqueur maison, sceptique et goguenard conformiste devant l’éternel. La matinale de Marc Voinchet avait commencé gentiment, avec une interview intéressante mais classique de Paul Jorion sur la crise actuelle.

Paul Jorion le « prophète » contre les sceptiques de France Culture | Rue89 Eco

Corruption Perceptions Index: Transparency International
Les Etats du nord de l'Europe veulent un des leurs à la BCE
Occupy Economics