Taxe sur Transactions financieres

Facebook Twitter
Une taxe sur les transactions financières est-elle vraiment utile? Une taxe sur les transactions financières est-elle vraiment utile? A l'issue du G20 de la semaine dernière, le président Sarkozy se réjouissait de «progrès» réalisés pour la mise en œuvre d'une taxe sur les transactions financières. Si vous souhaitez qu'une telle taxe soit mise en place, ne retenez pas votre souffle en attendant: le sujet sera «discuté» lors de la prochaine réunion du G20. Mais, si l'on y ajoute les intentions du président de la commission européenne, des principaux dirigeants européens, sa mise en place semble moins lointaine qu'elle n'a pu être. Le principal obstacle avancé auparavant - il est impossible de la mettre en œuvre - semble aujourd'hui largement levé. Des objectifs louables
Le G20 en direct: L'idée d'une taxe sur les transactions financières aurait été acceptée Ce live est maintenant terminé. Pour lire notre synthèse de la journée, c'est par ici. 22h54: Le Premier ministre chinois s'inquiète de la crise de la zone euro sur l'économie mondiale, selon le site du Figaro. 21h50: L'Allemagne et la Chine s'engagent à prendre des mesures pour soutenir leur demande intérieure, selon un communiqué du G20 qu'est parvenue à se procurer l'AFP. Le G20 en direct: L'idée d'une taxe sur les transactions financières aurait été acceptée
G20: la taxe sur les transactions financières trouve un allié inattendu à Cannes L’instauration d’une taxe sur les transactions financières est « foncièrement indispensable » et « moralement incontournable », à déclaré Nicolas Sarkozy hier jeudi à Cannes. Au cours d’une conférence de presse à l’issue de la première journée du G20, le président français a rappelé le soutien en la matière d’Angela Merkel ainsi que celui, plus surprenant, des Etats-Unis. Les Etats-Unis favorables à une taxation des transactions financières, l'information aurait pu passer pour une mauvaise blague si elle n'avait été annoncée par Nicolas Sarkozy en personne. « Je veux rendre hommage à la compréhension du président Obama, y compris sur des sujets comme celui de la taxation des activités financières, où nous avons confronté nos points de vue, et je crois trouver une analyse commune, pour faire contribuer le monde de la finance à la résolution de la crise d’aujourd’hui ». G20: la taxe sur les transactions financières trouve un allié inattendu à Cannes
Taxe sur les transactions financières: Sarkozy très content mais très flou A l'entendre, on aurait dit que la fameuse taxe sur les transactions financières était déjà à l'œuvre. Dans sa dernière conférence de presse, en clôture du G20 de Cannes, Nicolas Sarkozy a multiplié les références à ce projet, auquel la France et l'Allemagne ont réussi à rallier quelques autres pays mais qui n'a pas fait l'unanimité. «Au début, la France était absolument seule sur cette question, a rappelé le Président. Aujourd'hui, y sont favorables la Commission européenne, l'Allemagne, l'Espagne, l'Argentine, l'Union africaine, l'Ethiopie, l'Afrique du sud, le Brésil et le Secrétaire général des Nations Unies». Sans aller jusqu'à approuver le principe d'une taxe, Barack Obama approuve le principe d'une «contribution» du secteur financier. Et dans son communiqué final, le G20 reconnaît «les initiatives prises dans certains de nos pays pour taxer le secteur financier à des fins diverses, dont une taxe sur les transactions financières entre autres pour soutenir le développement». Taxe sur les transactions financières: Sarkozy très content mais très flou