background preloader

Internet, documentation, bibliothèques rurales

Facebook Twitter

Identité sociale des bibliothécaires : enquête sur les professionnels des bibliothèques d’État et territoriales en France (L') - Notice bibliographique. Le Livre Ouvert. Biens communs, neutralité du réseau et économie de l’attention (webinaire) Il y a deux semaines, j’ai été invité par Jean-Michel Salaün à participer à un webinaire, organisé entre la France et le Québec, dans le cadre du master Architecture de l’information de l’ENS Lyon.

Biens communs, neutralité du réseau et économie de l’attention (webinaire)

Bibliothèques et université populaire en milieu rural, interview de Renaud Aioütz. Il m’a semblé intéressant de poser quelques questions à Renaud Aïoutz, directeur d’un réseau de bibliothèques en milieu rural.

Bibliothèques et université populaire en milieu rural, interview de Renaud Aioütz

N’y voyez pas du copinage (quoique, je l’admire beaucoup!) Mais plutôt une manière de montrer une des facettes de notre métier en donnant la parole à ceux qui le font. L’occasion de rappeler que l’engagement pour la diffusion des savoirs n’est pas proportionnel à la taille des bibliothèques qui le mettent en œuvre. Merci à Renaud pour ses réponses ! (c’est moi qui souligne). Tu es directeur des bibliothèques municipales de Tence, Saint-Jeures et Le Mazet-Saint-Voy, a quoi ressemble le quotidien d’un directeur de bibliothèques rurales en 2010 ?

L’offre documentaire dans les bibliothèques rurales à l’âge de l’infobésité. Un retour sur le cycle de formations intitulé CULTURE NUMERIQUES : sensibilsation et expérimentations et Une contribution à la question d’une politique documentaire concertée La question est simple : les bibliothèques rurales du futur seront-elles des comptoirs en terre étrangère (la campagne) pourvoyeuse d’infobésité générées par nos métropoles ou bien peuvent-elles prétendre agir comme des cribles qualitatifs auprès des habitants qu’elles ont pour mission de servir ?

L’offre documentaire dans les bibliothèques rurales à l’âge de l’infobésité.

Les 4 révolutions du web. J'étais donc ce matin à La Roche sur Yon à l'invitation du CRL pays de Loire, pour causer de l'histoire du web (en général) auprès de médiateurs du livre (en particulier).

Les 4 révolutions du web

En binôme avec un brillant camarade de jeu, Laurent Neyssensas. Son intervention en forme de "parcours de vie" m'a permis de me replonger des années en arrière, aux tout premiers moments du Net-Art, et d'y retrouver des noms qui m'accompagnèrent tout au long de la rédaction de ma thèse sur l'hypertexte : Martin Dodge et son Atlas du Cyberespace, Annie Abraham, Jodi.org et quelques autres. Internet : l’impossible archivage. La lecture de la semaine est un post de blog sur le site de la New York Review of books (@nybooks), on le doit à James Gleick (Wikipédia, @JamesGleick) et il s’intitule : “les bibliothécaires de la twittosphère”.

Internet : l’impossible archivage

“Dans les années 1850, les compagnies de télégraphe anglaises et américaines eurent l’idée, vite abandonnée, qu’elles pourraient (et devraient) archiver chaque message qui passait par leurs câbles. Droit de l'Internet : les enjeux de 2012. L’année 2012 sera aussi celle de rendez-vous importants pour la régulation du web.

Droit de l'Internet : les enjeux de 2012

Tour d'horizon subjectif de dossiers importants qui vont occuper politiques, lobbyistes et juristes… et citoyens cette année. * Allostreaming : les sites permettant d'accéder à des vidéos pouvant être consultées ou téléchargées sur des plateformes de partage de fichiers comme Megaupload peuvent-ils être éradiqués ? Tribune de Philippe Touitou sur Slate.fr : Poster une photo sur Internet ne fait pas de vous son auteur.

Le Tribunal de Grande Instance de Paris applique le droit d’auteur à la lumière des nouveaux usages d’Internet et des réseaux sociaux : la seule mention du pseudonyme ou de l’identité de celui qui poste une image ne suffit pas à présumer de sa qualité d’auteur.

Tribune de Philippe Touitou sur Slate.fr : Poster une photo sur Internet ne fait pas de vous son auteur

Le tribunal de grande instance de Paris vient de connaître d’une affaire dans laquelle deux passionnés d’aviation ont posté en ligne, sous un pseudonyme, sur un site spécialisé comportant un forum de discussion, des photographies du Concorde. A la suite de dissensions avec le gestionnaire du site, ces passionnés d’aviation ont sollicité le retrait des photographies du site [1] .

Considérant que le gestionnaire du site ne s’était pas exécuté, ils l’ont assigné en contrefaçon. Pour établir leur qualité d’auteur des photographies litigieuses, les demandeurs invoquaient la présomption de la qualité d’auteur [2] attachée à la divulgation de l’œuvre sous leur nom, en exposant qu’ils avaient posté les photographies sous leur pseudonyme.

Les facteurs de réussite des bibliothèques et médiathèques publiques. Il est bien rare que le Bulletin des bibliothèques de France rende compte d’un rapport circonstanciel, proposé par une bibliothèque ou un groupe de bibliothèques, sur des études de terrain menées auprès des publics.

Les facteurs de réussite des bibliothèques et médiathèques publiques

Mais le rapport Les facteurs de réussite des bibliothèques et médiathèques publiques proposé par le conseil général du Val-d’Oise fera, ici, pièce à cette rareté 1. Car le travail présenté de manière claire mais détaillée vaut tout autant par sa méthode que par ses témoignages, par ses données chiffrées ou qualitatives que par ses conclusions. Un volet quantitatif et un volet qualitatif La méthode, comme toute enquête auprès des publics qui devrait se respecter, inclut tout à la fois un volet quantitatif et un volet qualitatif.

Dans le premier cas, une campagne de comptage initiée dans 80 bibliothèques du département, sur une semaine, soit près de 40 000 entrées totalisées (qui permettent d’extrapoler à près de 2 millions les entrées réalisées sur une année !). Les petites bibliothèques modèles. Postulats Postulat n° 1 : poser la question de la « petite bibliothèque », c’est aussi poser la question de la grande.

Les petites bibliothèques modèles

C’est d’abord s’interroger sur les limites (en excluant sciemment du champ, du moins provisoirement, les problématiques liées à l’internet comme « bibliothèque virtuelle infinie »), les deux bornes extrêmes de la notion de bibliothèque : y a-t-il un seuil au-dessous duquel on ne peut pas encore parler de bibliothèque, mais aussi un seuil au-delà duquel on ne pourrait plus parler de bibliothèque ? La bibliothèque rurale, un lieu de vie nécessaire. La France compte un très grand nombre de bibliothèques publiques de petites dimensions, qui ne sont pas « normatives » au regard des critères fixés pour bénéficier du concours particulier de la dotation générale de décentralisation, à savoir 0,07 m² par habitant pour les communes de moins de 25 000 habitants 1.

La bibliothèque rurale, un lieu de vie nécessaire

À ce « réseau » de bibliothèques s’ajoutent des réseaux parallèles, tel celui des Bibliothèques pour tous 2, réseau issu des mouvements de l’éducation populaire. De ce fait, la France ne compte pas quelque 4 000 bibliothèques publiques, comme les statistiques officielles l’affirment, mais plus de 10 000. L’offre de lecture publique est donc bien plus étoffée que ne le laisse apparaître la statistique publique, et le territoire, surtout dans le monde rural, est couvert de petits établissements offrant certes une gamme de services plus limitée, mais que le public – si recherché – fréquente. Les bibliothèques dans le monde rural. L'aménagement d'une petite bibliothèque rurale.

Le projet d’une bibliothèque en milieu rural ou, si l’on préfère, d’une « petite » bibliothèque relève, peut-être plus encore que pour une bibliothèque en milieu urbain, d’un choix politique fort qui va conditionner l’existence, puis le fonctionnement de la bibliothèque. Il est vrai, à cet égard, que la situation est sensiblement différente aujourd'hui qu’elle pouvait l’être il y a une bonne dizaine d’années.