background preloader

Nucléaire et politiques

Facebook Twitter

Une longue tradition d'union... Jusqu'en mai 2017 ?

Enquête sur les défauts des cuves des réacteurs. Passons les candidats au compteur Geiger. Présidentielle : faut-il sortir du nucléaire ? LES QUESTIONS DE LA PRÉSIDENTIELLE - Alors que deux candidats appellent à une sortie - progressive pour l'un et immédiate pour l'autre - du nucléaire, la filière s'inquiète de la répercussion des débats.

Présidentielle : faut-il sortir du nucléaire ?

En pleine crise de confiance ces derniers mois, après les révélations sur les dysfonctionnements de l'usine Areva du Creusot qui fabrique des équipements destinés au réacteur EPR, la filière nucléaire est plus que jamais au centre de l'attention des candidats à la présidentielle. Deux d'entre eux prônent purement et simplement la sortie - totale ou progressive - de l'atome civil en France.

Un scénario qui coûterait, selon une évaluation de l'Institut Montaigne, 217 milliards d'euros, à raison de 10,1 milliards d'euros par an. Sortie du nucléaire, la fin d’un tabou - La Croix. La question de la sortie du nucléaire est à nouveau au menu de la campagne présidentielle.

Sortie du nucléaire, la fin d’un tabou - La Croix

Les contraintes financières, techniques et environnementales rendent ce dossier très compliqué. À l’approche de l’élection présidentielle, le nucléaire est de nouveau sur la sellette. En 2012, le candidat François Hollande avait promis la fermeture de la centrale de Fessenheim avant la fin de son mandat, ce qui ne sera finalement pas le cas. EDF va prendre le contrôle des réacteurs nucléaires d’Areva. Areva et EDF ont annoncé, jeudi 30 juillet, être parvenus à un protocole d’accord qui prévoit notamment « un contrôle majoritaire » de l’électricien sur Areva NP.

EDF va prendre le contrôle des réacteurs nucléaires d’Areva

Cette cession, qui valorise l’ensemble de la division à 2,7 milliards d’euros, devrait donc rapporter quelque 2 milliards d’euros au spécialiste du nucléaire en grande difficulté financière, qui confirme qu’il aura besoin parallèlement d’une augmentation de capital « significative » pour combler ses besoins de financement d’ici à 2017, qu’il évalue à « environ 7 milliards d’euros ». EDF prévoit d’acquérir entre 51 % et 75 % du capital d’Areva NP – dont les activités incluent la construction des réacteurs nucléaires, l’assemblage des combustibles et les services à la base installée – tandis que sa maison mère actuelle conserverait 25 % de la société. Voir les grandes lignes de l'accord : L’accord entre EDF et Areva se confirme. Evitons qu’Areva entraîne EDF dans sa chute. Plaidoyer de Denis Baupin, vice-président (EELV) de l'Assemblée nationale, pour la sauvegarde d'EDF, qui n'a plus les moyens de financer la production toujours plus coûteuse d'électricité nucléaire: « Si l'Etat veut éviter à EDF le marasme dans lequel s'enfonce Areva, il doit (lui) donner pour feuille de route le triptyque maîtrise de l'énergie, énergies renouvelables, décentralisation et réseaux intelligents ».

Evitons qu’Areva entraîne EDF dans sa chute

La catastrophe industrielle d’Areva signe la fin d’une époque : celle du nucléaire-roi à la française. C’est un signal d’alarme. Faute de réaction, elle pourrait entraîner EDF dans sa chute. Les solutions sont pourtant à portée de main. C’est à l'Etat, son actionnaire ultra-majoritaire, de prendre la main et de l'engager dans la transition énergétique. Un business model nucléaire en chute libre. L’Etat se prononce pour la cession des réacteurs nucléaires d’Areva à EDF. Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Jean-Michel Bezat Le gouvernement a pris une première décision, mercredi 3 juin, sur l’avenir de la filière nucléaire.

L’Etat se prononce pour la cession des réacteurs nucléaires d’Areva à EDF

Au cours d’une réunion à l’Elysée, François Hollande, Manuel Valls et les quatre ministres concernés par le dossier – Emmanuel Macron (économie), Ségolène Royal (énergie), Michel Sapin (finances) et Laurent Fabius (affaires étrangères) –, ont donné leur feu vert au projet de rachat par EDF d'une part majoritaire de l'activité réacteurs nucléaires d'Areva, indique Le Figaro sur son site Internet. Un arbitrage qui a été confirmé peu après dans un communiqué publié par la présidence de la République. Dans un premier temps, indique l’Elysée, « les activités de conception, gestion de projets et commercialisation des réacteurs neufs d'EDF et d'Areva seront rapprochées dans une société dédiée ». Elles concernent 1 200 personnes (sur 44 000 salariés). 4,8 milliards d’euros de pertes. Tchernobyl, Fukushima... On ne peut plus se fier à l'Etat.

La centrale de Tchernobyl et son sarcophage, le 24 février 2011 (Gleb Garanich/Reuters).

Tchernobyl, Fukushima... On ne peut plus se fier à l'Etat

C’est officiellement la fin du long épilogue entourant le fameux nuage radioactif de Tchernobyl en France. Enfin, du moins, la fin que l’Etat souhaiterait nous faire accepter comme vérité historique. Après dix ans de lutte judiciaire, c’est la désillusion de troppour l’Association française des malades de la thyroïde (AFMT) et la Criirad. Les associations se pourvoiront en cassation, et, en dernier recours, nous ne pourrons que saisir la Cour européenne des droits de l’homme.

Alors que le procès du professeur Pierre Pellerin (seul responsable désigné de ce célèbre mensonge d’Etat) finit par un non-lieu, il convient de s’intéresser de près à cet évènement majeur disculpant l’énergie nucléaire et les méfaits de la radioactivité, pourtant bien connus. Une réaction française bien différente de celles de nos voisins Simulacre de procès, influence de l’oligarchie nucléaire. ASTRID, une belle salope adorée des politiques. Astrid, un joli nom pour une belle saloperie !

ASTRID, une belle salope adorée des politiques

ASTRID, c’est l’Advanced Sodium Technological Reactor for Industrial Demonstration. Le groupe nucléaire Areva et le Commissariat à l'énergie atomique avaient déjà signé un accord en novembre 2010 sur ce prototype de réacteur de 4ème génération dit surgénérateur : il sera construit à Marcoule à partir de 2017. Le 26 juin 2012, le CEA et Bouygues Construction confirment la volonté de construire Astrid. Aucun ministre du gouvernement socialiste ne dit mot. Ce gouvernement aime se coucher devant les industriels, même si le PS et EELV ont signé en novembre 2011 un "accord national de majorité" prévoyant qu’"aucun nouveau projet de réacteur ne sera initié" Le député (EELV) Denis Baupin réagit : « Il est surprenant de lancer un tel chantier avant qu'ait eu lieu le grand débat annoncé sur la transition énergétique.

Contradictions du parti socialiste sur le nucléaire. Deux contributions thématiques pour le congrès d’octobre 2012 s’opposent fortement en matière énergétique.

Contradictions du parti socialiste sur le nucléaire

Des membres du CEA infiltrés dans le PS prônent le maintien du nucléaire (Pour une stratégie énergétique responsable), une autre contribution, à l’initiative du mouvement Utopia, la sortie du nucléaire (Sortir du nucléaire pour entrer dans le 21e siècle). Quelle est l’argumentation en présence, quelle conclusion faire valoir ?

Pronucléaires : La France doit mettre sa compétitivité industrielle à l’abri des fluctuations des prix des hydrocarbures. N’entretenons pas l’illusion que des énergies renouvelables intermittentes (éolienne et solaire) pourraient se substituer au nucléaire. Les engagements du Président de la République, visant à ramener d’ici 2026 la production électronucléaire de 75 à 50 %, sont réalistes. Les réacteurs de quatrième génération, qui n’arriveront à maturité que d’ici une quarantaine d’années, ne seront probablement pas construits en France. Les lobbyistes d’Areva à l’Assemblée.

Quand le lobby pro-Areva décide d'agir, il s'adresse directement à François Fillon.

Les lobbyistes d’Areva à l’Assemblée

Deux députés socialistes, Bernard Cazeneuve et Jean-Marc Ayrault, ont écrit au Premier ministre fin décembre pour voler au secours de la comptabilité d'Areva. OWNI publie des extraits de cette lettre, où des parlementaires très désintéressés prennent fait et cause en faveur du géant du nucléaire français. Le Premier ministre François Fillon a reçu un étonnant courrier daté du 23 décembre et signé par les députés Jean-Marc Ayrault et Bernard Cazeneuve, dans lequel ces parlementaires l’invitent à mieux défendre les intérêts d’Areva. Bernard Cazeneuve a notamment été avocat pour August et Debouzy, entre 2006 et 2008, un cabinet ayant conseillé Schneider lors de son acquisition d’une importante filiale d’Areva – Areva Transmission et Distribution.

Les responsabilités de l’État Obscur accord entre EDF et les Chinois. Pour M. Rivasi : "Là où le nucléaire passe, la démocratie trépasse" > Nucléaire. Nuke, une religion?

Pour M. Rivasi : "Là où le nucléaire passe, la démocratie trépasse" > Nucléaire

Toutes les religions trouvent un fondement en raison, du moins les églises et les autorités terrestres qui les représentent. Le nuke semble en prendre le chemin. 2007-727 du 7 mai 2007 relatif au régime indemnitaire du président et des membres du collège de l'Autorité de sûreté nucléaire. Pour Michèle Rivasi, Députée européenne, les politiques doivent donner le signal de la sortie du nucléaire.

L'Etat pourrait avoir le droit de décider l'arrêt définitif d'une centrale nucléaire. Ces trois lignes-là glissées dans la recommandation numéro 10 – non consensuelle – du Conseil national du débat sur la transition énergétique sont une petite bombe. Si elles étaient validées par le gouvernement puis votées par le Parlement, cela modifierait la gouvernance de la politique nucléaire française. Elles proposent d'intégrer dans la loi "la possibilité pour l'Etat de décider d'arrêter ou poursuivre pour des raisons de politique énergétique l'exploitation d'une installation de production électronucléaire au-delà de sa durée d'exploitation initialement prévue".

Ce qui n'est pas possible aujourd'hui, puisque, comme le montre le cas d'école de Fessenheim, seules l'Autorité de sûreté nucléaire – en cas de risques – ou EDF peuvent prendre la décision d'arrêter une centrale, ce qui ne serait pas remis en cause. L'ALGERIE, DE GAULLE ET LA BOMBE de Larbi Benchiha.