Fusion

Facebook Twitter

José Bové - Projet de fusion nucléaire ITER : Sans scrupule, le Parlement européen balaie d’un revers de la main les mises en garde de la Cour des comptes. Thématiques > Climat et énergie > Projet de fusion nucléaire ITER : Sans scrupule, le Parlement européen balaie d’un revers de la main les mises en garde de la Cour des comptes Le Parlement européen vient de voter la décharge du budget 2013.

José Bové - Projet de fusion nucléaire ITER : Sans scrupule, le Parlement européen balaie d’un revers de la main les mises en garde de la Cour des comptes

La controverse sur le financement du projet de fusion nucléaire ITER en raison du dépassement des coûts, du retard et des problèmes de mauvaise gestion avait conduit la Commission du contrôle budgétaire à reporter l’octroi de la décharge (1) pour la ligne du budget européen (2) destinée à son financement. Au lieu de suivre les recommandations de la Cour européenne des comptes chargée de vérifier la régularité des dépenses et le bon fonctionnement des projets, les députés des groupes PPE, Socialiste, Libéraux ont choisi de cautionner le gaspillage d’argent public pour des raisons strictement idéologiques. Pour José BOVÉ, membre de la Commission du Contrôle budgétaire : "À quoi sert une cour des Comptes si ses recommandations ne sont pas suivies ?

Nucléaire / fusion froide

Pas d'austérité pour le projet nucléaire ITER. Alors que les plans de rigueur gagnent progressivement tous les Etats européens sous les pressions du Fonds Monétaire International (FMI), de la Commission européenne et des marchés boursiers (1), les membres de l’Union Européenne viennent de renouveler leur soutien massif à ITER.

Pas d'austérité pour le projet nucléaire ITER

Il aura en effet suffi d’un simple Conseil des ministres de l’agriculture et de la pêche (! …) pour adopter, en urgence et dans l’opacité la plus totale, le quasi triplement de la contribution européenne au coût de la construction de ITER, le réacteur expérimental nucléaire basé dans le Sud de la France et qui promet une production d’énergie quasi illimitée. Comme vous aviez pu le lire sur Univers-nature en …., le soutien de l’UE, principale contributrice économique à ITER, va passer de 2,7 à 7,2 milliards sur les dix années dédiées à la construction. Une facture qui commence singulièrement à devenir déraisonnable dans un contexte de paupérisation européen généralisé.

Pascal Farcy. Nucléaire : arrêtons Iter, ce réacteur hors de prix et inutilisable. Ce que nous craignions est donc en train de se produire : le coût prévisionnel de construction d’Iter venant de passer de 5 à 15 milliards d’euros, il est question d’en faire subir les conséquences aux budgets de financement de la recherche scientifique européenne.

Nucléaire : arrêtons Iter, ce réacteur hors de prix et inutilisable

C’est exactement la catastrophe que nous redoutions. Il est grand temps d’y renoncer. Iter est le réacteur expérimental que sept pays ont décidé de construire à Cadarache (en Provence) afin de tester la possibilité de produire de l’électricité à partir de la fusion nucléaire. Ces pays sont les Etats-Unis, l’Europe, la Russie, la Corée du Sud, le Japon, la Chine et l’Inde. La revue Nature du 1er juillet 2010 nous apprenait que la contribution européenne devait passer de 2,7 à 7,2 milliards d’euros, dont 1,4 milliard à trouver en 2012-2013 sur le budget du Septième plan de la recherche européenne.

Contrôler la fusion pour produire de l’électricité est un rêve ancien. Or notre problème d’énergie est urgent. Illustration Rocco. Revue "Sortir du nucléaire"