background preloader

Arts traditionnels

Facebook Twitter

Search results for KUNICHIKA. Click here to view image full size.

Search results for KUNICHIKA

Otoyo no Kata from Zen-aku sanjuroku bijin, “Thirty-six Good and Evil Beauties.” The set published in 1876 by Morimoto Janzaburo. Fine impression, colour and condition. Signed Toyohara Kunichika hitsu. Status: Available Click here to view image full size. The actor Suketakaya Takasuke IV as Sakuramaru from a fine set of prints showing actors glimpsed through their dressing room sliding doors, prior to going on stage.

Fine impression, colour and condition. Click here to view image full size. The actor Onoe Kikugoro V as Hisayoshi from a fine set of prints showing actors glimpsed through their dressing room sliding doors, prior to going on stage. JAANUS / sometsuke 染付. Histoire de la céramique au Japon. L’histoire de la céramique commence en 17000 avant JC au Japon.

Histoire de la céramique au Japon

Modes de cuisson et technique de glaçage sont influencée par la Chine et le Corée. Céramique Jōmon: éclosion au Japon (17000 av. JC) L’histoire de la poterie-céramique au Japon est très ancienne: certains ouvrages parlent de traces remontant à 17000 avant JC au temps de l’homme chasseur-cueilleur. Les toutes premières traces de poteries remontent à environ 20000 avant JC. Période Yayoi (300 av. Avec la sédentarisation des populations sur l’île méridionale de Kyushu puis l’île de Honshu et le début de la riziculture à partir de 300 av.

Céramique Suéki (500 ap. Pendant la période Kofun (300-710), il se produisit un bon prodigieux dans les domaines de la culture et de l’artisanat. On note que la poterie coréenne a joué un rôle considérable dans le développement de la céramique au Japon pendant cette ère. Période Shiki: la faïence émaillée au VIIIème siècle Période Kamakura – XXIIème siècle: Désaffection pour la faïence émaillée. H445: Real Old Japanese Hagi Pottery Ware Tea Bowl With Fantastic Atmosphere. Works by Japanese Ceramic Artist Shinobu Hashimoto. These past two days I’ve featured a couple of inspiring individuals on the blog that I happened to run into over the weekend.

Works by Japanese Ceramic Artist Shinobu Hashimoto

Maybe I should give this out and about ‘design hunting’ more of a go in the future! Today I decided to select some inspiring work by Japanese ceramic artist Shinobu Hashimoto, who was featured amongst many talented creators at the Ceramic Art show that took place in London. One thing that’s nice when you attend an event like this is that you can actually pick up the work and respect the quality and form of each. The problem with photos and imagery of pottery is that you can’t get a feel for the thickness of the walls and the texture on the surface, also the glint of the glaze in natural light. Shinobu Hashimoto is a fascinating artist in this regard, using extraordinary gold glitter alongside a black backing which almost makes the pots look strong and sturdy like ironware. hashimotoshinobu.com. L'univers des Kokeshis en grès recouvert de terre sigillée - TACT, Boutique de Créateurs et d'Artisans d'Art.

Expressing Life's True Values. Origami. Artisanat contemporain. FINE Japanese SHIJO SCROLL, TAKEUCHI SEIHO (item #265390, detailed views) Homepage. Ikebana. L'ikebana est une tradition d'art floral qui remonte à plus de treize siècles.

ikebana

Le Japon a reçu l'art floral de la Chine au début du VIIème siècle. La dynastie Tang rayonnait alors sur tout le monde oriental et les ambassadeurs japonais ramenèrent avec le bouddhisme la coutume des offrandes florales - kuge - aux autels bouddhiques et aux stupa. Un nom émerge ici : celui de l'ambassadeur Ono no Imoko, qui devint le prêtre Senmu et fut le premier au Japon à codifier l'art floral en préférant à l'exubérance confucéenne, la sobriété bouddhiste et la rigueur classique du principe trinitaire que l'on retrouve encore aujourd'hui dans beaucoup de bouquets japonais. Il précisa en effet que les offrandes de fleurs au Bouddha doivent comporter trois fleurs : une haute et deux plus basses.

Nous avons là l'origine du premier bouquet vertical, nommé tatebana, qui donna plus tard le rikka et le shôka. Réservé jusque là aux hommes, fut appris par les femmes avec la musique et le cérémonial du thé.