Mediacratie

Facebook Twitter

A rightwing insurrection is usurping our democracy. Ces journalistes qui se voient déjà à L’Elysée. EmailEmail « Le premier G8 c’est Chicago, non ?

Ces journalistes qui se voient déjà à L’Elysée

», « Ca va être cool de voyager dans l’Air Hollande one !» Looking for Nicolas Sarkozy. Dérangeante connivence. Hier soir, j’étais invité au grand débat d’Europe 1.

Dérangeante connivence

Il y avait autour de la table six politiciens et quatre représentants de la société civile. C’est la seconde fois que je participe à cette émission et j’ai encore une fois éprouvé une grande frustration. Medias & Sarko. Denisot organise le procès de Montebourg et Mélenchon. Pierre_Carles_-_Culture_Pub_Couteau_electrique - une vidéo Actu et Politique. Menace terroriste: info ou intox? - Le plan Vigipirate à la tour Eiffel, le 16 septembre 2010. REUTERS/Charles Platiau - Le plus significatif, c’est que la question, cette question –info ou intox? – se pose. Que tout le monde la pose. Dassault au Parisien ? La presse selon un milliardaire UMP. Candidat au rachat du Parisien-Aujourd’hui en France, Serge Dassault pourrait, comme au Figaro, y imposer ses « idées saines ».

Dassault au Parisien ? La presse selon un milliardaire UMP

Serge Dassault le 7 janvier 2009 à l’Elysée (Charles Platiau/Reuters). Le groupe Dassault, qui a confirmé vendredi être intéressé par le rachat du Parisien-Aujourd’hui en France, est favori pour l’emporter. Son patriarche Serge, un proche de Nicolas Sarkozy déjà propriétaire du Figaro, est aussi sénateur UMP de l’Essonne, tandis que son fils, Olivier Dassault, est député UMP de l’Oise. Deux éditions locales du journal, dont le service politique redoute aussi fortement cette acquisition. Le “gros mec” qui s'incruste à la télé britannique. Sarkozy off : sous Rémy Pfimlin, je reste mis en examen. Ce vendredi matin a eu lieu la première conférence de rentrée du groupe France Télévisions sous la présidence de Rémy Pflimlin.

Sarkozy off : sous Rémy Pfimlin, je reste mis en examen

Un journaliste lui a demandé s’il comptait retirer la plainte déposée par son prédécesseur dans l’affaire de la vidéo off de Nicolas Sarkozy, et qui me vaut une mise en examen pour « recel de vol ». La réponse est négative. Extension du domaine de la Télé-Réalité. "La sexualité est un système de hiérarchie sociale"...

Extension du domaine de la Télé-Réalité

Ce théorème Houellebecquien m'est revenu en mémoire tard vendredi soir, lorsque les hasards de la zapette (si si) m'ont fait découvrir "L'Amour est aveugle". Une nouvelle émission signée par le Big-Brother de la télé-réalité Endemol, diffusée - évidemment - sur TF1, la chaîne "du temps de cerveau disponible"... Je pensais avoir tout vu en matière de spectacle cathodique décérébré, quelque part entre "Le Loft" et "Secret Story". Erreur. Voilà un reality-show qui repousse encore plus loin les limites du genre. Durand, Zemmour, Ruquier : la "liste noire" de Sarkozy à la télé.

Le Président a aussi listé ses chouchous à Carolis, ex-PDG de France Télévisions : les Bogdanov, Barbelivien, Lumbroso et Sabatier.

Durand, Zemmour, Ruquier : la "liste noire" de Sarkozy à la télé

Nicolas Sarkozy le 25 janvier 2010, sur le plateau du 20 heures de TF1 (Gérard Cerles/Reuters). Le règne de Patrick de Carolis à France Télévisions étant terminé (depuis cinq jours), place à la chronique : selon le journaliste du Point Emmanuel Berretta, Nicolas Sarkozy avait dressé à l’ancien PDG une liste des gens qu’il ne pouvait vraiment plus voir dans la petite lucarne. Et, à l’inverse, de ses chouchous. Information politique en télé : cinq choses à changer en urgence. L’interview du chef de l’Etat par David Pujadas le 13 juillet dernier témoigne du manque de pugnacité de nos journalistes télé face aux politiques.

Information politique en télé : cinq choses à changer en urgence

Tutelle politique du service public, révérence historique, manque de préparation et différentiel de moyens. L’information politique télévisée doit changer. David Medioni, journaliste à CB News,compare la prestation de David Pujadas au travail réalisé par Médiapart ces derniers jours. Il y voit fort justement une fracture journalistique entre ceux qui enquêtent et font leur travail de vérification tels Edwy Plenel et les autres, simples “passeurs de plats”. Je loue comme lui le travail de Mediapart et pas uniquement sur l’affaire Bettencourt (voir leur enquête remarquable sur l’affaire Karachi).

Sondages

Noam Chomsky : « Pourquoi ça m’importe que notre équipe gagne ? Le réseau du plus fort. Mollesse nationale et familles emprisonnées dans leurs 4X4, avec mômes et Cofinogas au milieu d'embouteillages sur la route du Kipositive : Le week-end est le moment idéal pour saturer les ondes de faits-divers et d'anecdotes à haute valeur symbolique ajoutée, vaselinant le passage pour de futures taxes ou lois liberticides.

Le réseau du plus fort

Ces deux derniers jours, j'ai eu à trois reprises l'écho d'une information capitale (sortie d'un autre continent avec même images pour tous) livrée clé en main par une agence de presse : Stupéfiante nouvelle : Les indemnités journalières de la salariée dépendent d'un assureur privé. Zut aucun des trois médias (Europe 1, France2, M6) ne s'attarde sur ce point. Penchons-nous sur cette information dont la redondance et la similarité du traitement radio-tv montre comment l'ancien monde considère Internet : Comment la télé nous manipule. Pour les besoins d'un documentaire dénonçant les dérives de certains programmes télévisés, une équipe de chercheurs en psychologie sociale a réalisé une expérience grandeur nature mettant en scène un jeu d'une exceptionnelle cruauté.

Comment la télé nous manipule

Des candidats, sujets de l'expérience, croient infliger des chocs électriques à leur partenaire pour les besoins du show. Objectif: démontrer notre incroyable soumission au pouvoir de la télé. Ça ressemble à un jeu télévisé. Le public applaudit et tape des pieds comme dans un jeu télévisé (regardez un extrait). Les journalistes contre la démocratie. Une démocratie vivante a besoin d’un pluralisme partisan, de liberté d’expression, d’une pression d’opinion, d’intellectuels qui s’engagent, de clivages idéologiques, d’une vie politique ouverte mais aussi de lieux de débats où se cristallisent les clivages idéologiques et les oppositions des projets.

Les journalistes contre la démocratie

Traditionnellement, en république, ce rôle était rempli par le parlement. Aujourd’hui sous les effets de la présidentialisation du régime, d’un mode de scrutin hyper majoritaire qui nourrit une opposition binaire entre deux blocs au discours formaté et de l’émergence d’une démocratie d’opinion, le parlement n’est plus le lieu que de combats techniques sur des modalités de réformes auxquelles ni le peuple ni les journalistes ne comprennent rien. Le débat politique se déroule donc dans les médias et en particulier à la télé.

Les journalistes et les animateurs de « talk-show » se retrouvent donc en première ligne de l’animation de la vie démocratique. Pour une critique de l’édition dominante - Acrimed. En 1999, l’éditeur franco-américain André Schiffrin publiait un ouvrage au titre équivoque (et fort bien trouvé) : L’édition sans éditeurs [1] (La Fabrique). Il y racontait la manière dont la maison à laquelle il appartenait, Pantheon Books, s’était fait racheter par des géants du secteur. Réputée pour son catalogue exigeant, elle avait alors subi une restructuration drastique au point que Schiffrin décide de la quitter pour fonder sa propre boutique, indépendante et engagée, The New Press.