background preloader

Corporatisme

Facebook Twitter

Taxis « low cost » Une fois de plus, la corporation des taxis bloque l’ouverture de son activité à la concurrence (cette fois à Marseille).

Taxis « low cost »

L’offre est pourtant souvent insuffisante dans les grandes villes, malgré des prix trop élevés. L’absence d’alternatives à la voiture pénalise la qualité de vie des citoyens, mais aussi la vie économique des grandes agglomérations. Dans la ligne du rapport Attali, le Parti Libéral Démocrate propose la suppression des licences et l’ouverture de tous les types de transport à une concurrence réelle au service des clients.

(Illustration René Le Honzec) Déjà en 2000, Aziz Senni s’est fait connaître avec les taxis brousse au slogan évocateur : “Plus rapide que le bus, moins cher que le taxi”. La corporation des chauffeurs de taxi devrait plutôt s’interroger sur son modèle de numerus clausus dépassé et demander une plus grande liberté d’entreprendre. Pourquoi les taxis parisiens sont hors de prix L’assassinat du pouvoir d’achat. Pourquoi les taxis parisiens sont hors de prix. Taxis Berlinois à Tegel Trop rares, trop chers, trop lents, les taxis parisiens font figure de mauvais élèves à la différence de Berlin où prendre le taxi n’est pas réservé à une élite.

Pourquoi les taxis parisiens sont hors de prix

Comment expliquer une telle différence ? À Paris, il n’est pas rare d’entendre les clients se plaindre « On ne trouve jamais de Taxi quand on en a besoin ! ». Mettling propose à Fillon de démembrer Presstalis - Old fashion media - ElectronLibre. La RATP et son CRE (comité d'entreprise) Lorsque l’on regarde les relations sociales et la « grévi-culture » à la RATP, un premier élément peut étonner, le recours à la grève semble régulièrement en baisse, et à cet égard l’année 2009 [1] sera l’année où la conflictualité aura été la plus basse depuis près de 20 ans.

La RATP et son CRE (comité d'entreprise)

En effet, alors que le nombre de préavis de grève avait déjà atteint un minimum historique en 2006 avec « seulement » 173 préavis de grève (plus bas niveau depuis 1990), celui-ci s’est littéralement effondré en 2009 avec 80 préavis… pour 43 mouvements de grève accomplis [2]. Comment expliquer ce phénomène ? Les régimes spéciaux de retraite et la gestion de leurs déficits. Pour résoudre leurs problèmes, ces trois entreprises ont recouru à trois techniques différentes, mais qui reviennent toutes à transférer leurs déficits aux autres Français.

Les régimes spéciaux de retraite et la gestion de leurs déficits

Violences, trafics, menaces : les coulisses de la CGT du Livre. Exemplaires du quotidien gratuit Metro répandus sur la route par le syndicat du Livre en 2002 (Charles Platiau/Reuters) Deuxième jour de non-parution pour les quotidiens nationaux : entamée mardi par deux composantes du syndicat CGT du Livre qui protestent contre le refus du syndicat (patronal) de la presse quotidienne nationale d’augmenter les salaires, la grève a été reconduite mercredi soir par les seuls « durs » du SGLCE, majoritaire aux messageries Presstalis.

Violences, trafics, menaces : les coulisses de la CGT du Livre

Retour sur les méthodes passées et présentes du syndicat du Livre, connu pour être un adepte de la négociation musclée. (De nos archives) Mercredi matin, aux aurores, plusieurs dizaines de personnes se sont rassemblées devant le siège des Nouvelles messageries de la presse parisienne (NMPP), le groupe qui assure la distribution des quotidiens, dans le XIIe arrondissement de la capitale. Certaines étaient casquées ou encagoulées et brandissaient des masses. Pourquoi les magazines n'arrivent plus dans vos kiosques. Aïe aïe aïe !

Pourquoi les magazines n'arrivent plus dans vos kiosques

On dirait que le lien sur lequel vous avez cliqué n’était pas très frais. Ou bien nous avons déménagé une de nos pages un peu brutalement. Ou alors Pierre Haski a encore cassé un truc en voulant réparer le site avec son marteau. Mais maintenant que vous êtes là, profitez-en pour faire un tour sur notre page d’accueil ou bien sur l’un de nos sites thématiques (Rue69, Rue89 Culture, Rue89 Sport).

Probable grève des quotidiens nationaux jusqu’au 22 décembre - Old fashion media - ElectronLibre. Le mensuel AL condamné par la réforme scélérate de Presstalis. La liberté d’expression est aujourd’hui mise à mal par la réforme du principal distributeur de presse en France.

Le mensuel AL condamné par la réforme scélérate de Presstalis

Privilège pour énarque : le cumul d'emplois. Contrôler les avantages des entreprises publiques. Les avantages consentis aux salariés des grandes entreprises publiques doivent être mieux contrôlés Le quotidien économique Les Echos a révélé la semaine dernière que les entreprises EDF et GDF Suez envisageraient de revenir sur les avantages consentis à leurs salariés en matière de tarif dérogatoire.

Contrôler les avantages des entreprises publiques

Les 300.000 salariés et retraités des industries électriques et gazières ne payent que l’équivalent du coût de production, et échappent à l’ensemble des taxes désormais nombreuses qui frappent la consommation d’énergie. Le mythe de la "niche fiscale" des journalistes - et leur baisse de pouvoir d'achat. (Photo vintage inchangée depuis ma première carte de presse - il y a 10 ans ;) L'abattement fiscal dont bénéficient les journalistes est-il un privilège d'un autre âge, contraire à toute démocratie, qui devrait prendre fin ?

Le mythe de la "niche fiscale" des journalistes - et leur baisse de pouvoir d'achat

Plusieurs gouvernements ont rêvé, tour à tour, de faire sauter ce "privilège" journalistique. Comme le rappelle mon confrère Hugues Serraf dans ce billet. Et cette fois encore, il semblerait bien que le gouvernement ait décidé de faire marche arrière. Un silence : Paris Libre. Parfois, en France comme ailleurs, il y a des sujets dont les médias ne parlent pas. Parce qu'ils embarrassent les journalistes? Ces « chiens » de journalistes conservent leur niche fiscale. Baudry sur les niches fiscales.

Ces « chiens » de journalistes conservent leur niche fiscale

Les plans de suppression des niches fiscales se suivent et se ressemblent... pour le plus grand bonheur des journalistes et de leur régime d’imposition spécifique. La dernière fois que l’on s’est avisé de toucher aux « niches fiscales », ces aimables petits refuges disposés ça et là sur les sommets de Bercy à l’attention de contribuables épuisés par l’ascension de leur feuille d’impôt, c’était en 2005… Souvenez-vous : Dominique de Villepin était Premier ministre et le PS s’était, comme de juste, déclaré scandalisé par un train de mesures épargnant « les riches » mais précipitant « les pauvres » vers toujours plus de précarité. Clairement, faire passer de sept à quatre tranches le calcul de l’impôt sur le revenu et taxer davantage l’épargne-logement ne transformait pas exactement la France en utopie libertarienne mais, le rôle de l’opposition étant de s’opposer, on dira que c’était de bonne guerre.