background preloader

Barbe bleue

Facebook Twitter

Images

Barbe-Bleue ou la violence du couple. Barbe-Bleue ou la violence du couple Un mythe universel fondateur, analysé par Agnès Echène, universitaire, chercheuse en anthropologie culturelle.

Barbe-Bleue ou la violence du couple

Parmi les terribles histoires de sang et de mort venues de naguère, la plus célèbre est celle de “Barbe-Bleue”. Dans ce conte, rien de magique : pas de baguette, pas d’ogre ou de prince transformé en crapaud, non ; à peine une “clé un peu fée”. Pour le reste, c’est la vie ordinaire qui est relatée ; ce récit pourrait être une nouvelle. C’est peut-être sa banalité qui rend l’intrigue horrible et terrifiante. Tout le monde connaît cette histoire de meurtre conjugal racontée sous différentes formes dans tout l’espace indo-européen. Amélie Nothomb.

Je vois bien l'image puis un plan sur nos visages : AAAAAAAH, la vache, c'est flippant" – lacriatura

Méliès - Barbe Bleue (1901 - version longue - muet) Le Château de Barbe-BLeue: Bartok, Uria-Monzon, White.

Je me vois vien en train de rouler par terre comme la chanteuse. ^^ – lacriatura

Le château de Barbe bleue de Bela Bartok. Bande-annonce d'un thriller.

Il doit y avoir des extraits de meilleurs qualités. ça a l'air complètement naze. Mais on peut peut-être s'en servir pour le côté "serial killer" – lacriatura

Raconte Moi une Histoire. Ep.16. Barbe Bleu - Partie I. Raconte Moi une Histoire. Ep.16. Barbe Bleu - Partie II. Un remake de La Barbe bleue, ou l’au-revoir à Perrault. 1 P.

Un remake de La Barbe bleue, ou l’au-revoir à Perrault

Jahn, « Bluebeard : Interview with Catherine Breillat », Electric Sheep (16 juillet 2010) : h (...) « Quand j’étais enfant, c’était mon conte préféré, mais je m’étonnais que cette histoire soit racontée aux petites filles, parce que c’est un conte dans lequel les femmes se font tuer : Barbe bleue est un vrai tueur en série. Dans les contes le protagoniste est souvent un ogre — comme dans Le Petit Chaperon rouge — qui éprouve le besoin de dévorer ses victimes pour se nourrir.

Mais dans le cas de Barbe bleue, il s’agit d’un être humain qui se marie avec ses victimes, dont cette jeune femme. Mais dans un certain sens, il est aussi naïf que Marie-Catherine.Si vous visionnez mes films, vous verrez que je suis quelque peu obsédée par la relation entre les victimes et leur bourreau, comme si la relation était rationnelle au sens physique du terme, comme si c’était une relation entre deux forces distinctes qui se mesurent l’une à l’autre.

L’heure des contes. 1Consensuel, le conte ?

L’heure des contes

Certes pas. Né sous le règne de la raison, de la mesure et de la vraisemblance, le conte de fées apparaît comme l’enfant terrible du siècle de Louis XIV. Les critiques contemporains le condamnent d’emblée, et leurs successeurs les suivront, préférant exalter une image de la France et de ses valeurs sous les traits de l’honnête homme plutôt que sous celles d’une Peau d’âne. Mais les contes nous l’ont appris : les petits derniers de la famille sont bien souvent promis au plus bel avenir… Et le conte est aujourd’hui partout. La revue Féerie s’est penchée sur cette descendance en consacrant son 8e numéro à la question du « Merveilleux français à travers les siècles, les langues, les continents ». 2Il serait bon dans un premier temps de voir de quels contes il est question. 3Perrault est, sans surprise, le plus présent. 4Une large place est également laissée aux conteuses. 12Traduire, on le sait, c’est trahir.

Qu’enregistre le registre ? 1Il est toujours bon de vérifier de temps à autres le bon fonctionnement de nos outils d’analyse littéraire.

Qu’enregistre le registre ?

La notion de registre est une de ces catégories qui méritent un réexamen critique. Plus présente dans les programmes du secondaire (du fait de sa souplesse et de son utilité pour le commentaire de texte) que dans la critique universitaire (du fait des difficultés que l’on a à en donner une définition rigoureuse), « pour être labile, est-elle pour autant caduque, impuissante à stabiliser un corpus autrement que sur un “air de famille”, impossible à définir en intension et en extension, pénalisée par son passé rhétorique et qui plus est historiquement datée ?

» (p. 11) 2En d’autres termes : « Qu’enregistre le registre ? » (p. 16) C'est la question à laquelle répond les Registres. 3Dans une introduction fournie, Lucile Gaudin-Bordes et Geneviève Salvan dressent un état des lieux de la notion, prenant pour point de départ sa relation problématique avec celle de genre.