Comparaison avec Tchernobyl et d'autres accidents nucléaires

Facebook Twitter

Le cancer, principal risque. Japon: moins que les essais nucléaires. Les retombées radioactives de l'accident nucléaire de Fukushima resteront, à l'échelle de la planète, inférieures à celles provoquées dans les années 50-60 par les essais nucléaires, a estimé le directeur général de l'établissement public IRSN, Jacques Repussard.

Japon: moins que les essais nucléaires

"Nous commencions à voir la fin de la présence sur notre planète du cesium des essais nucléaires, l'accident de Tchernobyl en a remis une couche, nous allons en avoir une nouvelle couche, mais ces couches-là sont d'un ordre de grandeur inférieure à ce que nous avons vécu dans les années 60", a affirmé le directeur général de l'Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN) au cours d'une audition parlementaire sur le nucléaire à l'Assemblée. "Il faut avoir en tête ces ordres de grandeur, de telle sorte que nos concitoyens ne soient pas inutilement alarmés", a-t-il ajouté. International : Les accidents nucléaires dans l'histoire. VIDÉOS - Avant Fukushima-Daiichi, deux accidents majeurs ont frappé à ce jour des centrales nucléaires dans le monde : Three Mile Island, aux États-Unis, et Tchernobyl, en Ukraine.

International : Les accidents nucléaires dans l'histoire

Ces deux événements servent aujourd'hui de référence pour essayer d'apprécier la gravité de ce qui est en train de se passer dans la centrale de Fukushima Daiichi. À cette liste, on peut ajouter l'incident dans la centrale EDF du Blayais, en Gironde, à la suite de la tempête de 1999, où l'on est passé à deux doigts de la fusion du cœur du réacteur. À retenir aussi l'incendie survenu en 1957 dans la centrale de Sellafield (Grande-Bretagne), le premier accident nucléaire. • Tchernobyl (1986): fusion et explosion du réacteur. Nucléaire : faut-il comparer Fukushima à Tchernobyl ? La crise nucléaire au Japon renvoie inévitablement à Tchernobyl.

Nucléaire : faut-il comparer Fukushima à Tchernobyl ?

Pourtant, les scénarios diffèrent pour le moment. Explicateur. Certes le président de l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) française a estimé qu’on était désormais dans une catastrophe de niveau 6 (« accident grave ») sur une échelle internationale qui n’en compte que 7, le dernier étant celui atteint une seule fois dans l’Histoire, en 1986 en Ukraine, à Tchernobyl. Mais l’échelle de gravité ne dit pas tout. Niveau 6»… pour l’instant.