Docs 2011 and before

Facebook Twitter

ECODURABLE.fr. Piraterie toxique. Pourquoi se gêner?...

Piraterie toxique

Il y a de la place ailleurs et c'est moins cher "Au niveau mondial, on compte deux milliards de tonnes de déchets industriels, dont quatre cents millions de déchets dangereux. Dix pour cent du fret maritime seraient composés de déchets illégaux et dangereux. Le coût de revient d'une tonne de recyclage de déchets toxiques en Europe ou aux États-Unis est de 250 dollars... contre 2,50 en Afrique. Le calcul est vite fait et la manne financière considérable"___Hier soir, Arte nous offrait un voyage édifiant en Somalie.Un document intitulé «Toxic Somalia : l'autre piraterie», dans lequelPaul Moreira déterre le scandale des déchets toxiques en Somalie et fait apparaître que l' Afrique est devenue la poubelle de l'Europe, et plus généralement de l’Occident.IL n'y a pas que la Somalie qui est concernée.

Les gaz à effet de serre peuvent bouleverser le climat durant 100 000 ans, met en garde la Société de Géologie de Londres (VO) Les gaz à effet de serre peuvent bouleverser le climat durant 100 000 ans, met en garde la Société de Géologie de Londres (VO) « Les traces géologiques de l’événement qui s’est déroulé il y a 55 millions années, et des épisodes de réchauffement plus anciens, suggèrent que cet accroissement [ des gaz à effet de serre produits par les activités humaines ] est susceptible d’augmenter la température moyenne terrestre d’au moins 5 à 6°C, voire plus, et que le rétablissement du climat de la Terre en l’absence de mesures d’atténuation pourrait prendre 100 000 ans ou plus.

Les gaz à effet de serre peuvent bouleverser le climat durant 100 000 ans, met en garde la Société de Géologie de Londres (VO)

Les modélisations numériques du système climatique confortent une telle interprétation. A la lumière des éléments présentés ici, il est raisonnable de conclure que la poursuite des émissions de grandes quantités de dioxyde de carbone dans l’atmosphère au fil du temps pourrait s’avérer imprudente, aussi dérangeant soit ce constat. » Déclaration de la Société de Géologie de Londres. Geological Society of London, novembre 2010. Comment Monsanto transforme miraculeusement son soja OGM en soja « responsable » - Agrobusiness. Monsanto n’a pas dû se faire prier.

Comment Monsanto transforme miraculeusement son soja OGM en soja « responsable » - Agrobusiness

Quelle aubaine, pour le principal fournisseur de soja OGM en Amérique latine et dans le monde, de s’asseoir à la Table Ronde sur le Soja Responsable ! Désormais, le géant américain des OGM, à l’instar de Cargill, BP, ou Shell, participe à la culture d’un soja estampillé « responsable », dont les premières récoltes sont arrivées sur le marché européen en juin 2011 [1]. Glencore, modèle de l’entreprise « irresponsable », participe aussi à ce projet, tout comme Carrefour, Unilever ou Nestlé. Principaux usages du soja produit ? L’alimentation des animaux et les agrocarburants. « Nous aidons les agriculteurs à cultiver leurs champs de façon soutenable […] tout en réduisant aussi l’impact de l’agriculture sur notre environnement », affirme Monsanto sur le site de la table ronde.

Un désastre écologique et social Une belle idée. Nitrates, algues vertes et méthanisation : le mensonge politique défait par l’expertise scientifique. Nitrates, algues vertes et méthanisation : le mensonge politique défait par l’expertise scientifique Ainsi de l’exceptionnel dossier mis en ligne par la Gazette des communes, qui dresse un remarquable état des lieux de la problématique nitrates, dont les externalités négatives sont encore très fréquemment niées avec acharnement par les composantes extrémistes du lobby.

Nitrates, algues vertes et méthanisation : le mensonge politique défait par l’expertise scientifique

Intitulé « Pourquoi et comment les collectivités doivent lutter contre les nitrates ? São Paulo, ville (presque) sans pub. La métropole brésilienne a adopté une attitude radicale vis-à-vis de la publicité: depuis quatre ans, elle a banni toutes les affiches des rues.

São Paulo, ville (presque) sans pub

Une rare victoire de l’intérêt public sur le privé, de l’ordre sur le désordre, de l’esthétique sur la laideur, de la civilisation sur la barbarie La verve en bandoulière, le lyrisme porté haut et fier, l’écrivain brésilien Roberto Pompeu de Toledo célèbre, à sa manière, la loi “Ville Propre” de São Paulo, un an après son vote. São Paulo, octobre 2006. Le poumon économique du Brésil est enfoui sous une épaisse couche de publicité. Urgence d'un changement civilisationnel face à la nouvelle ruée minière mondiale, entretien avec William Sacher. Mouvements : À l’échelle internationale, on observe une véritable ruée minière, que ce soit pour l’or, l’argent, le cuivre ou des métaux plus rares et spécifiques, dont les prix ne cessent d’ailleurs de s’accroître sur les marchés internationaux.

Urgence d'un changement civilisationnel face à la nouvelle ruée minière mondiale, entretien avec William Sacher

Comment l’expliquer ? Y a-t-il des régions particulièrement concernées ? Lesquelles ? William Sacher : Nous sommes en effet dans une nouvelle ère minière. La production de nombreux minéraux a explosé au cours des dix dernières années, tandis que les dépenses d’exploration dans l’industrie atteignent des sommets [1]. Il est possible d’isoler une série de facteurs explicatifs. Mouvements : Arrêtons-nous sur la volonté des pays les plus puissants, Etats-Unis, Europe et Chine en tête, de "sécuriser l’accès aux ressources". William Sacher : La Chine aurait investit 9,2 milliards $ dans 33 opérations minières à l’étranger en 2009-2010 [7], notamment en Afrique et en Amérique Latine. Blog Archive » Perturbateurs endocriniens : L’étau se resserre. Le monde selon Monsanto. Marie-Monique Robin.