background preloader

Arbres

Facebook Twitter

Arbres

Comment déterminer l’âge d’un arbre ? Précise ou grossière, la datation d’un arbre peut s’effectuer de plusieurs manières.

Comment déterminer l’âge d’un arbre ?

Comment déterminer l’âge d’un arbre ? La méthode par carottage La méthode scientifique consiste à effectuer un carottage de l’arbre à l’aide d’un outil appelé la tarière de Pressler. La carotte prélevée (bout de bois extrait du tronc) est analysée en laboratoire pour datation grâce à la mesure (largeur) des cernes représentés graphiquement. Ce travail s’effectue par ordinateur et s’appelle la dendrochronologie. Au-delà de l’âge, cette méthode permet de mesurer l’accroissement annuel moyen et la vitesse de croissance qui correspond au temps nécessaire pour que le rayon de l’arbre augmente de 2,5 cm. Il est à noter qu’un arbre grandit en hauteur en moyenne de 25 cm par année avec des périodes de repos, notamment l’hiver, la sève ne s’écoulant plus ou peu.

La méthode par calcul Une méthode moins invasive permet la datation par le biais de la circonférence de l’arbre. En pratique : L’arbre, notre semblable. Pourquoi les végétaux attirent-ils moins les hommes que les animaux ? Pourquoi sommes-nous davantage sensibles au spectacle d’un troupeau de chevreuils ou de baleines à bosse qu’à celui d’une forêt de hêtres ? À cause de l’évolution qui, au plus profond de notre être, nous a éloignés du monde végétal, affirme Peter Wohlleben dans La Vie secrète des arbres.

Pour l’homme, la vue d’un ciel uniformément bleu est associée à un sentiment de plénitude et d’apaisement alors que, du point de vue d’un arbre, il ne peut qu’être synonyme de dur travail puisque la lumière est le carburant de la photosynthèse, ce phénomène par lequel l’arbre transforme le gaz carbonique et l’eau en sucre pour sa croissance. Notre difficulté à entrevoir le monde végétal tient également à l’échelle du temps. Elle est différente de la nôtre. L’orme champêtre (Ulmus campestris) Synonymes : orme commun, orme pyramidal, ormeau pédonculé, ormeau, yvet, ipreau.

L’orme champêtre (Ulmus campestris)

Si la botanique a un père, celui-ci est sans doute Théophraste. Ce philosophe grec du IV ème siècle avant J. -C., dont l’approche du végétal prête quelque peu à sourire aujourd’hui sur certains points, a eu au moins le mérite en son temps de faire le distinguo entre l’orme sujet de cette étude et un autre, l’orme de montagne, tandis que bien plus tard Pline en distingua quatre, dont l’un était dit d’origine « gauloise ». Dans le même temps, nous retrouvons un orme dans les écrits de Dioscoride, qui établit à son sujet quelques données médicinales : « L’écorce, les feuilles et les branches de l’orme ont une vertu astringente. Les feuilles broyées et appliquées avec du vinaigre remédient à la maladie de ‘sainte main’ (?)

Avant de quitter la mythologie grecque, encore un fragment sur lequel apporter quelques réflexions, même si, en lui-même, il ne nous apprend pas grand-chose. Les ormes en phytothérapie. Pourquoi les conifères ont décliné ? Il y a une centaine de millions d’années, les gymnospermes, qui incluent principalement les conifères, ont décliné tandis que les plantes à fleurs, ou angiospermes, s’épanouissaient.

Pourquoi les conifères ont décliné ?

On avançait jusque récemment trois hypothèses pour expliquer ce déclin : les modifications du climat, une extinction massive d’espèces ou la compétition entre groupes végétaux. Même si le climat semble avoir joué un rôle, c’est surtout la compétition entre gymnospermes et angiospermes qui serait en cause, selon une nouvelle étude de Fabien Condamine et ses collègues, de l’Institut des sciences de l’évolution de Montpellier. La compétition entre groupes est particulièrement difficile à étudier car, dans chaque groupe, de nouvelles espèces apparaissent (spéciation) et d’autres disparaissent (extinction) sous l’effet de nombreux facteurs internes ou externes.

Saule marsault, Salix caprea : Plantation, taille, usages. Parmi la grande diversité des espèces de saules, le saule marsault est, selon le cas, un arbuste ou un arbre pionnier très vigoureux.

Saule marsault, Salix caprea : Plantation, taille, usages

Sa floraison précoce en février mars, laisse entrevoir des bouquets de chatons colorés annonçant le printemps. Ce qu’il faut savoir : Nom botanique : Salix capreaNom courant : Saule marsault, saule des chèvresFamille : des Salicacées Hauteur x étalement : Ce petit arbre atteint 5 à 6 m de haut pour 3 m de largeur environ. Sa croissance est rapide mais il est possible de le maintenir à 2 ou 3 m de hauteur par des tailles effectuées chaque année en fin d’hiver. Les chatons mâles sont couverts de poils soyeux blanc argenté. Exposition : Au plein soleil ou à mi ombre, mais ce saule pousse alors moins vite. Utilisations du saule marsault Il est possible d’utiliser le saule marsault en haie libre haute. Étudier l’arbre pour comprendre les variations climatiques : 6 questions à François Lebourgeois, professeur d'écologie des arbres forestiers.

Peut-on à travers l’étude d’un arbre retracer son histoire et les conditions climatiques et écologiques dans lesquelles il a grandi pour pouvoir mieux appréhender et ainsi s’adapter aux futures variations climatiques ?

Étudier l’arbre pour comprendre les variations climatiques : 6 questions à François Lebourgeois, professeur d'écologie des arbres forestiers

Cette science, appelée la dendroclimatologie, est le sujet de cet entretien passionnant réalisé avec François Lebourgeois, Professeur d’Ecologie des arbres forestiers à AgroParisTech et membre de l’UMR SILVA (AgroParisTech, INRAE, Université de Lorraine) et l’un des auteurs de la publication scientifique « Quelles provenances choisir pour les chênes en Europe de l’Ouest pour le 22e siècle ? » . * « Je suis Professeur d’Écologie des Arbres Forestiers sur le centre AgroParisTech de Nancy. 1. Châtaigner. Mûrier platane parasol: Taille, formation. Originaire du Japon, le mûrier à feuille de platane est un petit arbre d’ornement et d’ombrage, idéal pour former un parasol naturel abritant un coin repas ou une terrasse.

Mûrier platane parasol: Taille, formation

L’idéal est alors de choisir une variété sans fruit car ces derniers tachent énormément. Ce qu’il faut savoir : Nom botanique : Morus bombycis, ou Morus kagayamae Nom courant : Mûrier à feuille de platane, souvent raccourci à murier platane Famille : Moracées Hauteur x étalement : 4 à 6 m de hauteur, avec des branches étalées sur 5 à 6 m de largeur. Sa croissance modérée permet d’obtenir en quelques années seulement un coin d’ombre suffisamment grand pour y installer un salon de jardin. Histoires de chênes. Chataignier commun. Castanea vulgaris (Fagaceae)

Chataignier commun

Chêne : un arbre célèbre, symbolique et important pour la nature. Charme, Carpinus betulus : fiche botanique. Fiche botanique consacrée au charme, Carpinus betulus Le charme est l'arbre le plus abondant de France surtout dans les plaines et sur les plateaux du nord et de l'est.

Charme, Carpinus betulus : fiche botanique

On confond parfois le charme avec le hêtre qui se distingue par ses feuilles dentées et son tronc cannelé. C'est un arbre qui peut vivre entre 100 et 150 ans, sa croissance est lente et il peut atteindre les 20 à 25 mètres de hauteur. Son feuillage ... Lire aussi Frêne commun, Fraxinus excelsior : fiche botanique Fiche botanique consacrée au frêne commun, Fraxinus excelsior Le frêne commun se trouve partout en France excepté dans le sud-est. Le noisetier, utile à toutes saisons. Orme champêtre et l'orme diffus : fiche botanique. Fiche botanique de l'orme champêtre et de l'orme diffus L'orme champêtre assez commun et l'orme diffus peu répandu sont aussi appelés Ormeau.

Orme champêtre et l'orme diffus : fiche botanique

Ils font partie des essences typiques des vallées aluviales aussi que localement des haies bocagères et de la bordure littorale. C'est un arbre de 20 à 25 mètres de haut à cime en éventail doté de puissantes branches ascendantes. Sa longévité est ... Le Baccharis hamilifolia. Focus sur Baccharis halimifolia Le Baccharis halimifolia est une plante invasive et représente une vraie menace végétale !

Le Baccharis hamilifolia

Baccharis. Faux acacia, Robinier : plantation, culture, taille et variétés. Le tilleul de Buis des Baronnies. Comme chaque semaine, voici un autre article que je tiens à vous faire partager de notre regrettée Cathy afin de faire vivre ses écrits en son souvenir. Le tilleul est une plante endémique cultivée dans toute l’Europe, mais de quel tilleul parle-t-on ? Il y a le tilleul sauvage, à petites feuilles, tilleul mâle que l’on retrouve dans les forêts pyrénéennes ou bretonnes, en compagnie des résineux.

On l’appelle tilleul sauvage, tilleul des bois ou tilleul sylvestre. Son petit nom botanique est : Tilia cordata. Il fut le premier à être utilisé par les herboristes.

`bodycard xxxx