background preloader

Creative Common

Facebook Twitter

It is totally doable to both contribute to the Commons and succeed as a business. Creative Commons launched a Kickstarter campaign to crowdfund a book on open models : Made with Creative Commons: A book on open business models. A few days before the campaign ends we interviewed Paul and Sarah who co-lead the project. A way to continue the discussion started last year when we published Open Models.

Are CC licenses good for business ? What business models can emerge ? A couple of years ago CC celebrated it’s 10th anniversary and the licenses are now widely used in all digital content types. Why addressing now the question of the business models and what impact do you want to have with the book ? Creative Commons has become the global standard for open licensing of content with 882 million works licensed as of 2014. Over the 10+ years of CC’s existence there has also been growth in open licensing by libraries, museums, universities, Foundations and other public or non-profit entities.

The book will show ways in which this is done. But there are other parameters too. Licence Creative Commons. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Objectif[modifier | modifier le code] Les licences Creative Commons ont été créées en partant du principe que la propriété intellectuelle était fondamentalement différente de la propriété physique, et du constat selon lequel les lois actuelles sur le copyright étaient un frein à la diffusion de la culture.

Leur but est de fournir un outil juridique qui garantit à la fois la protection des droits de l'auteur d'une œuvre artistique et la libre circulation du contenu culturel de cette œuvre, ceci afin de permettre aux auteurs de contribuer à un patrimoine d'œuvres accessibles dans le « domaine public » (notion prise au sens large). Vue générale[modifier | modifier le code] Le système se base sur plusieurs paramètres binaires : commercial / non commercial (NC) ;modifiable / non modifiable (ND) ;créations dérivées à partager selon la même licence (SA) / licence au choix du créateur final. Zero : le créateur renonce à ses droits. Version courante : 4.0. Creative Commons | wikipedia.

Creative Commons (CC) est une association à but non lucratif dont la finalité est de proposer une solution alternative légale aux personnes souhaitant libérer leurs œuvres des droits de propriété intellectuelle standard de leur pays, jugés trop restrictifs[1]. L’organisation a créé plusieurs licences, connues sous le nom de licences Creative Commons.

Ces licences, selon leur choix, ne protègent aucun ou seulement quelques droits relatifs aux œuvres. Le droit d'auteur (ou « copyright » dans les pays du Commonwealth et aux États-Unis) est plus restrictif. Licences[modifier | modifier le code] Six possibilités existent, combinaisons de quatre pôles définissant les différents usages[2] : Exemple de combinaison : Creative Commons BY-NC-SA, qui est la licence Attribution-Non Commercial-Partage à l'identique. Adaptation aux législations[modifier | modifier le code] Le CRID a adapté les licences dans le droit belge, ces licences belges existent en français, néerlandais et anglais. Portail du droit. Bienvenue à la version 4.0 des licences Creative Commons. Sortie d’une nouvelle version majeure des fameuses licences Creative Commons, assouplissant le droit d’auteur et mieux adaptées au partage de la culture sur Internet.

Pour célébrer l’événement comme il se doit nous ne vous proposons pas une mais deux traductions issues du site officiel des Creative Commons. Dans la mesure où le sujet et les notions sont fortement juridiques, il est possible que notre traduction soit parfois sujette à caution. Nous vous invitons à signaler les potentielles améliorations dans les commentaires. PS1 : On notera que la question du droit moral, chère à la législation française, est évoquée mais nous n’arrivons pas à voir si cette nouvelle version l’impacte réellement chez nous. Un expert pour nous éclairer ? PS2 : Que ceci ne nous fasse pas oublier la Licence Art Libre (d’ailleurs Antoine Moreau nous annonce une excellent nouvelle sur Twitter : la compatibilité en vue entre la LAL et la CC By-Sa 4.0 !)

CC’s Next Generation Licenses — Welcome Version 4.0! Creative Commons : la licence la plus permissive traduite en français. Cela fait désormais treize ans que la fondation Creative Commons s'efforce de proposer une alternative légale et viable au droit d'auteur exclusif avec un système de licences offrant une grande souplesse aux créateurs pour encadrer l'utilisation et la diffusion de leurs œuvres. Ainsi, ces licences permettent de déterminer quels sont les droits qu'un artiste veut bien accorder au public et quels sont ceux qu'il souhaite garder. Dans le système Creative Commons, il existe six grands contrats qui combinent en fait quatre règles : paternité, commercial ou non , modifiable ou non et créations dérivées à partager selon la même licence.

Ainsi, une licence peut se contenter de la signature de l’auteur initial (BY), tandis qu'une autre peut s'avérer plus restrictive : signature, pas d'utilisation commercial, pas modifiable : BY-NC-ND. Avec le temps, un septième contrat a fait son apparition : Creative Commons Zéro. Un travail international. Un livre financé par les internautes, pour réformer le droit d'auteur. Mise à jour - Les députés vont prochainement obtenir leur livre proposant une réforme du droit d'auteur. Comme le pointe ActuaLitté, quelques six cents ouvrages seront envoyés le 26 et 27 octobre aux élus de la République.

Une lettre sera jointe à chaque fois afin d'encourager le parlementaire à considérer les mesures du livret qui doivent "préserver notre patrimoine, que de soutenir la création et l'éducation culturelle et artistique". Sujet du 17 juillet - Pierre Lescure n'est pas le seul à réfléchir au meilleur moyen d'adapter les politiques culturelles à l'ère numérique. Si l'ancien président de Canal+ a fait l'objet une vive attention médiatique pour avoir rédigé à la demande du gouvernement un rapport composé de 80 propositions, d'autres avant lui se sont aussi penchés sur cette question. Et continuent de le faire. Dix-huit mesures sont avancées par Xavier Gillard. Dans les faits, les pistes ne sont pas nouvelles.

10 outils en ligne ou à télécharger pour utiliser les licences Creative Commons. Les 6 licences Creative Commons ont fêté leur 10 ans en décembre 2012. « Creative Commons propose gratuitement six licences qui permettent aux titulaires de droits d’auteur de mettre leurs oeuvres à disposition du public à des conditions prédéfinies. Les licences Creative Commons viennent en complément du droit applicable, elles ne se substituent pas au droit d’auteur. » Voici 10 outils gratuits en ligne ou à télécharger pour utiliser les licences Creative Commons, les mettre en avant sur des publications et aussi valoriser le contenu diffusé sous Creative Commons.

Creative Commons Choose Pour choisir une licence Creative Commons, l’outil Creative Commons Choose permet de sélectionner l’une des 6 licences pour du contenu à partir d’un questionnaire. Le code de la licence choisie est ensuite généré automatiquement pour une insertion sur un site ou un blog. Creative Commons Search CC Free PDF Converter ImageCodr CC Publisher Microsoft Office Add-in Creative Commons CC Finder Licence : Suicide d'Aaron Swartz: sensibilisés, des centaines de scientifiques diffusent leurs articles gratuitement. Son procès devait débuter en avril et il risquait jusqu'à 35 ans de prison, ainsi qu’une amende d'un million de dollars.

Il souffrait aussi de dépression, ont indiqué différentes sources dont CNN. "Le patrimoine scientifique et culturel de l'humanité tout entière publié au cours des siècles dans des livres et des journaux est de plus en plus numérisé et mis sous clef par une poignée d'entreprises privées: le partage [de fichiers] n'est pas immoral, c'est au contraire un impératif moral", écrivait-il en 2008.

En réaction à son suicide, le chercheur Micah Allen, spécialisé en sciences cognitives, a lancé le hashtag #pdftribute sur Twitter et a enjoint ses confrères à mettre gratuitement en ligne leurs publications. Plusieurs centaines de scientifiques ont suivi le mouvement. Soulignons qu'effectivement en psychologie notamment très peu d'articles scientifiques sont disponibles en libre accès. Voyez également: Psychomédia avec sources: 20 minutes.fr, CNNTous droits réservés. Lessig on "Aaron's Laws - Law and Justice in a Digital Age" Larry Lessig : Ré-examiner le remix. Complexité de la clause Non Commerciale des Creative Commons : preuve par l'exemple.

Pour en finir avec les mythes prégnants du copyright et de l'argent. « Il est temps de déboulonner le mythe qui voudrait que le droit d’auteur soit nécessaire pour gagner de l’argent, ou même qu’il en rapporte », tel est le titre frappant d’un récent article de Rick Falkvinge (désormais habitué du Framablog). Puisque ce mythe ne résiste pas aux faits, il est grand temps désormais pour ces messieurs du copyright d’adopter un discours honnête, sérieux et mature si on veut réellement avancer… Remarque : Nous avons conservé le terme anglo-saxon « copyright », que l’on traduit souvent en français par « droit d’auteur », car l’acception et le périmètre du mot ne sont pas tout à fait similaires ici.

Il est temps de déboulonner le mythe qui voudrait que le droit d’auteur soit nécessaire pour gagner de l’argent, ou même qu’il en rapporte It’s Time To Debunk The Myth That Copyright Is Needed To Make Money – Or That It Even Makes Money Un des mythes les plus tenaces au sujet du monopole du copyright est qu’il est nécessaire afin de rapporter de l’argent. Intégrer une licence Creative Commons à ses publications en ligne. Les licences Creative Commons jouissent d'un succès populaire bien mérité. Elles permettent à chaque producteur de définir les conditions d'utilisation des ressources originales mises à disposition sur la toile.

Mais il n'est pas toujours simple de choisir parmi les 6 licences Creative Commons existantes. De plus, chaque pays dispose de sa propre juridiction et par conséquent, les termes des licences peuvent varier légèrement d'un pays à l'autre. Heureusement, la fondation internationale Creative Commons a pensé à nous. Sur la page Choose a licence de son site, on trouvera tous les éléments qui nous permettront de choisir la licence la plus adaptée aux usages souhaités, et d'intégrer sa mention à nos pages. Nous sommes d'abord invités à définir ce que l'utilisateur peut faire avec nos ressources : les modifier ou pas, les modifier à condition de les partager ensuite sous licence CC, les utiliser ou pas à des fins commerciales. . - Le type de licence CC correspondant; 3 outils pour detecter les plagiats | Les outils de la veille. Sur le web plagiats et plagiaires sont légion. Une récente étude montre qu’une majorité des contenus publiés sur le web sont des copies de contenus publiés ici ou là.

Votre contenu original est-il copié par d’autres sans que vous le sachiez ? De nombreux outils existent qui permettent de detecter automatiquement copieurs et plagiats. Voici les trois derniers venus. ArticleChecker est un site gratuit qui va vous permettre de comparer un texte original avec le contenu trouvé sur Google ou Yahoo. Duplichecker fonctionne un peu de la même manière que le précédent. Copyscape est un outil plus complet encore mais ici il vous faudra débourser quelques centimes à chaque recherche. Like Loading...

La version 4.0 des licences Creative Commons, encore plus simple à utiliser. Cable Green est directeur du projet Global Learning à la fondation Creative Commons. Il participe au projet Européen www.opencourseware.eu et c’est au cours du récent atelier de ce consortium, organisé à Barcelone, qu’il a annoncé la version 4.0 des licences Creative Commons prévue pour décembre prochain et participé à cette entrevue. Cable Green, vous travaillez pour Creative Commons et êtes engagé à ce titre dans le projet européen autour de l’Open Education. Pouvez vous m’expliquer le lien entre CC et l’Open Education ? Creative Commons est une organisation à but non lucratif qui joue un rôle spécifique dans la communauté de l'Open Education. Son rôle est de faciliter la diffusion et le partage des oeuvres numériques tout en accompagnant les nouvelles pratiques de création.

“Partager, Remixer, Réutiliser — Légalement !” Cable, on vous voit un peu partout sur la scène de l'Open Education, quelle est la raison de votre engagement ? Oui bien sûr, c'est important. J’irai plus loin. Images : CreativeCommons. Le plan du métro parisien est enfin libéré. Le concours CheckMyMap a conduit à la création de plus de 100 plans du métro, dont plusieurs peuvent être considérées comme supérieures à la carte originale. Ce qui avait commencé comme un simple désaccord commercial entre la Régie Autonome des Transports Parisiens (RATP) et le créateur de l’application CheckMyMetro s’est transformé en un gigantesque projet collaboratif. Les plans finalistes du concours seront tous publiés sous licence « Creative Commons Paternité 3.0″, et pourront être réutilisés de façon commerciale à condition de toujours citer le nom de l’auteur.

Un jury dirigé par Gilles Babinet (sérial Web-entrepreneur et directeur du Conseil National du Numérique) a sélectionné 10 finalistes, et c’est maintenant aux internautes de voter pour le gagnant (qui gagnera un iPad 2, et sera intégré à CheckMyMetro). Les votes se passent sur Facebook jusqu’au 11 décembre. En plus des 10 finalistes, le jury a tenu à mettre en avant les efforts les plus créatifs. Un des finalistes (J. CMM ChekMyMetro.