background preloader

Biblioquest/Livres numériques

Facebook Twitter

Face à Amazon et Apple, Orange peaufine son projet de librairie "dans les nuages" Les ambitions d'Amazon sur le marché du livre numérique sont observées à la loupe par les acteurs français. Alors que la liseuse numérique d'Amazon, le Kindle et ses 80% de part du marché du livre numérique aux États-Unis, vient de débarquer dans l'Hexagone, l'opérateur Orange peaufine sa riposte.

Il va présenter mardi 18 octobre le vaste projet de librairie « dans les nuages » sur lequel il travaille depuis des mois avec le Syndicat de la librairie française (SLF). Ce test, qui a coûté 5 millions d'euros comme l'a révélé L'Express, fait le pari que les Français iront acheter leur livre numérique chez le libraire. Le postulat de départ est simple : contrer les géants américains tels que Amazon et Apple - et demain Google - qui ne proposent que modèles fermés (le livre numérique acheté par exemple chez Apple ne peut se lire que sur l'iPad).

Commission du grand emprunt. Orange veut lancer une vaste offre de livres numériques pour concurrencer Apple et Amazon. Alors que la liseuse numérique d’Amazon « Kindle » vient d’arriver dans l’Hexagone, Orange est entrain de peaufiner sa riposte. En effet, l’opérateur va présenter ce jour son vaste projet de librairie « dans les nuages ». Un projet sur lequel Orange travaille avec le Syndicat de la librairie française (SLF), depuis des mois . Ce test, qui a coûté 5 millions d’euros, fait le pari que les Français iront acheter leur livre numérique chez le libraire, selon La Tribune qui rapporte une révélation de l’Express. Pour Jean-Noël Orengo, en charge du numérique au SLF, pour offrir une vraie alternative à Amazon et Apple, « il faut que, comme avec un livre papier, le lecteur puisse lire son livre numérique quand il veut, où il veut et sur tout lecteur. Ainsi, Orange et les libraires présenteront leur projet devant la commission du grand emprunt avant la fin de l’année afin de lancer leur librairie au premier semestre 2012.

Exclusif – Des milliers de livres numériques dans les écoles d’Ile de France. Exclusif – Des milliers de livres numériques dans les écoles d’Ile de France Dès la rentrée de janvier plusieurs milliers de lycéens et collégiens d’Ile de France auront accès à 6000 ebooks grâce au déploiement, dans les établissements, de ScholarVox CDI, la bibliothèque numérique des Centres de documentation et d’information. Les élèves pourront puiser dans des collections classées dans les thématiques suivantes : Scolarité – Détente et loisirs – Emplois métiers et formations. Chaque livre électronique est consultable sur iPad ou sur ordinateur. Les utilisateurs ont la possibilité de constituer leurs propres étagères de livres.

Les professeurs et les documentalistes peuvent proposer des dossiers et conseils de lecture en numérique. La bibliothèque géante est constituée de livres en français, anglais et espagnol. Les ebooks sont accessibles en texte intégral via la plateforme communautaire ScholarVox CDI. Lire d’autres articles sur Education et numérique. Au sujet de pretnumerique.ca « Du cyberespace à la cité éducative… Je présentais jeudi soir, à Montréal, pretnumerique.ca — un système destiné à faciliter le prêt de livres numériques dans les bibliothèques publiques québécoises. C’était dans le cadre du troisième congrès des milieux documentaires du Québec. Un système que j’avais le privilège de présenter, mais qui est le résultat du travail de dizaines de personnes d’un peu partout dans le monde du livre au Québec. Comme le système prend une forme inhabituelle, et qu’il commence à s’écrire toutes sortes de choses à son sujet ici et là, je prends quelques minutes pour en résumer le fonctionnement ici.

En commençant par en résumer la genèse. À pareille date l’an dernier, à l’occasion de la deuxième édition du même congrès, un dur constat avait été fait: les usagers des bibliothèques publiques québécoises avaient accès à des livres numériques anglophones, mais à très peu de livres numériques francophones — et pratiquement à aucun livre numérique publié au Québec. La genèse: les exigences des éditeurs 1. Canada: une plateforme de prêt de livres numériques en bibliothèque. Canada: une plateforme de prêt de livres numériques en bibliothèque Alors qu’Amazon a annoncé hier le lancement du prêt d’ebooks pour ses clients Kindle Prime, l’agrégateur ANEL-De Marque annonce la prochaine mise en ligne d’une plateforme de prêt de livres numériques. Le prêt d’ebooks dans les bibliothèques québécoises va devenir une réalité. Dans quelques semaines, les usagers des bibliothèques municipales pourront emprunter des livres électroniques grâce à la plateforme prénommée Prêt numérique.

Ce site de prêt en bibliothèque sera dévoilé aux professionnels lors du Congrès des milieux documentaires le 1er décembre. Sur le site de l’agrégateur on peut lire : «Pretnumérique.ca est le fruit de nombreuses rencontres et d’une étroite collaboration entre les acteurs de la chaîne du livre au Québec. Ce consensus nous positionne à l’avant-garde en matière de façon de faire pour le prêt de livres numériques dans les bibliothèques québécoises. Les grands éditeurs américains refusent la bibliothèque pour Kindle. Hier, l'annonce fait voler en éclat un peu plus la chaîne du livre aux États-Unis : Amazon, après avoir imposé aux bibliothèques étasuniennes de proposer le format Kindle dans le téléchargement d'ouvrages en prêt, ouvre désormais sa propre bibliothèque.

Un écosystème qui se referme un peu plus, et achève de boucler la boucle. L'offre est encore rudimentaire, et relativement limitée : un ouvrage par mois, et quelque 5000 titres disponibles dans le cadre de ce programme, qui est accessible pour l'heure uniquement aux possesseurs d'un Kindle. Mais en attendant que les différentes applications soient mise à jour, évidemment. (voir notre actualitté) D'ailleurs, seuls les clients Amazon Prime peuvent profiter de cette nouvelle bibliothèque - et il faut avoir payé 79 $ par an pour compter dans ce club de plusieurs millions d'utilisateurs. Mais les six grandes maisons d'édition principales ont refusé massivement de prendre part à ce projet - chose qui n'est pas vraiment étonnante.

Maintenant une bibliothèque de prêt d'ebooks pour Kindle. Depuis quelques semaines, des milliers de bibliothèques étasuniennes proposent le prêt de livres numériques en format Kindle. Un complément au format EPUB, que ne supporte pas le lecteur ebook d'Amazon, mais qui asseyait plus encore la présence du cybermarchand dans le domaine. Un nouveau petit pas pour l'homo numericus vient d'être posé, sur une terre hospitalière. Les titulaires d'un compte premium, Amazon Prime, vont désormais disposer d'une nouvelle source d'approvisionnement.

La Kindle Owners' Lending Library En effet, le cybermarchand a mis en place un accès direct à une bibliothèque de prêts d'ebooks pour les propriétaires de Kindle. La rémunération des ayants droit se fait sur une base fixe, ou au cas par cas, selon les auteurs, pour l'ensemble des titres proposés. Pour Amazon, cette solution est un gage de croissance pour le livre numérique, et un nouveau service, complémentaire à ceux déjà mis en place pour leurs consommateurs.

Sources : Read Write Web Pour approfondir. Le prêt d'ebooks en forte croissance, avec des éditeurs toujours inquiets. Emprunter des livres numériques à une bibliothèque n'est pas encore entré dans les moeurs françaises. Mais outre-Atlantique, c'est autre chose. Comme d'autres, la New York Public Library dispose d'un double catalogue : papier et numérique. Et la demande est forte... Avec 6 millions de pbooks contre 75.000 ebooks prêtés, l'établissement fait encore la part belle à l'imprimé. Bon nombre de personnes viennent solliciter l'établissement pour ses ouvrages, et la bibliothèque a su coupler son immanquable présence physique, à une certaine occupation des réseaux sociaux. Cependant, un seul frein se fait jour : l'appréhension des maisons d'édition vis-à-vis du prêt de livres numériques. L'appréhension est toujours la même : voir les ventes impactées par une offre trop abondante d'ouvrages mis en prêt.

Or, la croissance numérique pourrait également impliquer un détachement vis-à-vis du lieu même. Sources : CNN Pour approfondir. Amazon, Overdrive et les bibliothèques. Choisir, acheter une liseuse. Note du 17 octobre 2012 NOTA : cet article reste très consulté, preuve d’un grand intérêt pour les matériels, maintenant qu’on peut s’équiper à pas trop cher, enfin, de liseuses et tablettes de bonne qualité... donc aller plutôt voir mon billet plus récent : liseuses, tablettes, acheter quoi, choisir comment, c’est celui-ci que j’actualise en continu. Bienvenue sur mon site, en tout cas, et merci aussi de votre intéreêt pour publie.net et publie.papier. note du 18 décembre 2011 Cette page vient de passer les 10 000 visiteurs (décompte à plus d’une minute de présence sur la page), c’est bien le signe de l’intérêt massif désormais pour les liseuses.

Lire donc – même rubrique – test de la petite Kobo/Fnac, je l’ai depuis 15 jours, et je lui découvre toujours des qualités, rapidité, simplicité, ajout de polices, qui compensent largement les manques (gestion des livres, passer par Calibre). la totalité des fonctions, la réactivité de l’iPad en lecture, on n’a ça que sur l’iPad. On recommande : Ebooks : la riposte d'Orange et SFR à l'aide du grand emprunt. Les Américains Amazon et Apple, la Fnac ou encore Bookeen ne seront pas les seuls à se livrer une guerre sans merci dans le secteur des livres électroniques. Les opérateurs Orange et SFR, en compagnie de nombreuses librairies et divers éditeurs, préparent un système qui pourrait bien faire mouche : permettre d’acheter facilement des livres numériques directement dans les librairies. L'arrivée (demain) du Kindle d'Amazon à 99 € fait définitivement bouger les lignes en France « Nous voulons permettre à nos clients de choisir un livre sous sa forme papier et/ou numérique dans nos boutiques » a expliqué Matthieu de Montchalin, président du Syndicat de la librairie française (SLF) à notre confrère l’Express. « En donnant son numéro de mobile, ils pourront ensuite retrouver cet ouvrage sur leur téléphone, tablette ou liseuse.

Un système loin de la prison d'Amazon ? Autre information d’une grande importance, l’offre ne veut pas enfermer l’utilisateur. Nil Sanyas. Lekti bibliothèque numérique, c'est parti! Lekti.net bibliothèque numérique, c'est parti! Dérivé du site Lekti-écriture, c'est un nouvel espace pour les éditeurs indépendants défendu par Lekti. Un petit rappel sur le projet Lekti dans son ensemble. Ouverture donc du site Leki.net aujourd'hui avec le communiqué ci-dessous: "Nous sommes heureux d’accueillir les lecteurs et les bibliothèques sur le nouvel espace de lecture en ligne de livres, la bibliothèque numérique Lekti. Le principe de la bibliothèque numérique Lekti est le suivant: les bibliothèques et collectivités, en France et à l’étranger, peuvent s’abonner à la plate-forme.

Lekti a choisi de travailler avec plusieurs dizaines d’éditeurs en littérature, sciences humaines, théâtre, poésie et jeunesse pour ce projet. Si vous êtes lecteur, vous pouvez signaler ce projet à votre bibliothèque, afin qu’elle rentre en contact avec notre équipe, et se faire établir un devis. Lekti reverse 70% des sommes collectées via les abonnements auprès des éditeurs et des auteurs. YouTube en fait plus pour les musiciens... pas encore pour les écrivains. Le réseau de vidéos YouTube cumule déjà 3 milliards de vidéos vues par jour. Mais c'est également une plateforme qui réunit chaque mois 800 millions de personnes chaque mois. Et donc autant de consommateurs potentiels. Le calcul de Google, qui a dévoilé les résultats d'activité du 3e trimestre récemment, vient également d'annoncer que YouTube donnait la possibilité de vendre des marchandises, des billets de concert, et autres petites choses, toutes en relation avec la musique.

Même des tee-shirts, dites donc ! C'est un accord avec Topspin qui permet cette commercialisation. Dans ce contexte, YouTube prend un pourcentage des ventes, mais pas grand-chose, manifestement. Un tel afflux de public pourrait rendre les éditeurs intéressés par un tel accord. Mais pour l'heure, aucun signe d'un accord qui ressemblerait à celui signé pour le monde de l'édition. Attendons encore un peu... juste un petit peu. Pour approfondir. Les libraires passent à l'Orange. Acheter des livres avec son numéro de portable. On en sait un peu plus aujourd'hui sur le type d'offre que proposera Orange en partenariat avec les libraires: "Le 18 octobre prochain sous l’égide de l’opérateur Orange, rejoint depuis peu par SFR, une trentaine de libraires indépendants et des éditeurs vont se retrouver pour lancer un test, d’un coût de 5 millions d’euros, alliant la distribution numérique aux boutiques physiques.

Le projet va être présenté à la commission du grand emprunt avant la fin de l’année, et il devrait être opérationnel au cours du premier semestre 2012. «Aujourd’hui, de nombreuses personnes se rendent dans les bars-tabacs pour recharger leurs cartes de téléphonie mobile alors qu’elles pourraient le faire sur Internet, explique Matthieu de Montchalin, président du Syndicat de la librairie française (SLF).

De la même façon, nous voulons permettre à nos clients de choisir un livre sous sa forme papier et/ou numérique dans nos boutiques. Blog: Reader Privacy and E-Books in California - by Grayson Barber. Good news for Californians who treasure their privacy. The Golden State has enacted two new laws that protect your right to read whatever you want in the library, even in electronic form with some measure of confidentiality. The first new statute pertains to confidentiality , and extends to contractors that handle patron use records, including Amazon.com, which now offers library e-books for Kindle.

While the confidentiality law has a broad reach in that it protects all library user records (books, videos, database searches etc.), the second new statute, the Reader Privacy Act goes further. It reaches nonlibrary users as well. Amazon.com keeps track of what you read. This commercial practice stands in contrast to a bedrock privacy principle of library philosophy, that your reading choices should be confidential. The new California statutes extend this principle to electronic materials in the library.

The reason for protecting customer reading habits has deep historical roots. Après le prêt, la vente d'ebooks directement en bibliothèque. Le prêt de livres numériques, pour idiote que soit l'idée, reste soumis aux mêmes règles que celles des oeuvres de papier : un exemplaire par utilisateur. Là où pourtant, le propre du numérique est d'être multipliable à l'infini. Cory Doctorow, particulièrement connu dans le monde de la lecture numérique, pour la justesse de ses analyses, l'expliquait bien : la fragilité du papier est un bug, pas une qualité. « La chose importante à comprendre, c'est que le côté éphémère d'un livre imprimé n'est pas une caractéristique que nous devrions chercher à reproduire dans les médias. » De même pour le prêt, estimait-il, en pointant que limiter les conditions de prêt à un exemplaire par utilisateurs était ridicule.

Sauf si l'on se place évidemment du côté de l'éditeur qui lui souhaite réaliser des ventes. (voir notre actualitté) A la lumière de ces faits, on se dit qu'emprunter en bibliothèque des ebooks, ce doit être la croix et la bannière. Pour approfondir. Hands-on: Checking out library books with Kindle clunky, but awesome. Albanel : Tiers de confiance, Orange offrira un 'droit de lecture' Stallman le craignait, Christine Albanel invente le droit de lire. Livre numérique: on est en train de se planter royalement ! Bibliothèques: le Québec en avance. Www.librosinlibro.es. Amazon : un Kindle à 99 € et une boutique d'ebooks en France.

Location de chromebooks dans une bibliothèque. Offre ebook illimitée en bibliothèque ? Mutualisez plutôt les achats ActuaLitté. Google eBooks, la librairie très prochainement en Angleterre ? ActuaLitté. UK publishers and libraries still can’t agree on ebook lending. Will E-Books Destroy the Democratizing Effects of Reading? Livre numérique en bibliothèque : sept réalisations.

Amazon Kindle : du reader à la tablette, quatre nouveaux modèles pour dominer le marché. Notts libraries to charge for e-book loans. Face au piratage, Flammarion signe avec Apple et Amazon. NO-DRM : un tiers de l'offre disponible. Ereader : comment choisir le sien ? F8 : Le livre (numérique) n'intéresse donc pas Facebook ActuaLitté. Amazon lance le prêt en bibliothèques de livres pour Kindle. Amazon and OverDrive Roll Out Kindle Books to Libraries. Library Ebooks now Available for the Kindle. Vous cherchez un livre ? Empruntez-le à n'importe qui ! ActuaLitté.