background preloader

La Ghjente Buonaparte-Ramolino

Facebook Twitter

La Ghjente Buonaparte wikipedia. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Cette page explique l’histoire ou répertorie les différents membres de la famille Bonaparte. Maison Bonaparte Armoiries de la maison impériale française La maison impériale de France désigne la dynastie impériale française et ses branches collatérales. Trois de ses membres ont régné sur la France : le fondateur de la dynastie, Napoléon Ier, de 1804 à 1814, puis en 1815,son fils Napoléon II, en 1815,et son neveu Napoléon III, de 1852 à 1870 (après avoir été le premier président de la République française, de 1848 à 1852, sous le nom de Louis-Napoléon Bonaparte).

La maison Bonaparte a également régné sur plusieurs pays européens au cours du Premier Empire, dans le cadre de la politique familiale de Napoléon Ier : Origines et histoire[modifier | modifier le code] Analyse génétique de la lignée paternelle de la famille Bonaparte[modifier | modifier le code] Les racines italiennes[modifier | modifier le code] La Corse sur une carte de 1756.

Généalogie Napoléon famille Buonaparte. Les ascendants de Napoléon : ses arrière-grands-parents Napoléon Bonaparte avait huit arrière-grands-parents ! Il ne s'agit nullement d'un truisme, si l'on observe que son épouse Marie-Louise, elle, n'en avait que quatre (par le biais de mariages consanguins) !

Leur importance historique étant limitée à la part qu'ils ont prise dans la venue au monde de l'Empereur, nous ne leur consacrons pas de notices biographiques individuelles, mais il nous a semblé judicieux de les présenter brièvement, de même que les grands-parents de Napoléon. BONAPARTE, Sebastiano Nicola Nobile Sebastiano Nicola Bonaparte, né le 29 septembre 1683 à Ajaccio PHOTO, est le père de Giuseppe Maria Bonaparte, le grand-père de Carlo Bonaparte (ou Buonaparte), et donc l'arrière-grand-père de Napoléon Ier.

Il épouse le 17 décembre 1708, dans sa ville natale, Maria-Anna Tusoli, qui lui donne six enfants. Ses grand-parents maternels étaient Antonio Colonna di Bozzi, Signori dell Altu Taravu et Giustina Lomellini. Fille de N. 1746-1785 Charles Marie Buonaparte. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Carlo Maria Buonaparte[1],[2] né à Ajaccio dans le Royaume de Corse (Regnu di Corsica) le et mort à 38 ans, le à Montpellier (France), est assesseur (juge) italien à la juridiction d'Ajaccio. Il est le père de l'empereur des Français Napoléon Ier et le grand-père de Napoléon III, et plusieurs de ses autres enfants accédèrent au rang de souverains pendant le Premier Empire. Biographie[modifier | modifier le code] Jeunesse de Charles Bonaparte[modifier | modifier le code] Il fait ses études à Rome et à Pise où il étudie la jurisprudence.

Sous la pression de Pascal Paoli[3], il épouse Maria Letizia Ramolino en 1764. Charles Bonaparte, adversaire de la domination génoise[modifier | modifier le code] On le voit combattre, dans la guerre qu’il a contribué à allumer contre les Génois, oppresseurs de la Corse ; aussi est-il apprécié de Paoli, estimé de ses compatriotes. Charles Bonaparte, partisan de la France[modifier | modifier le code] 1750-1836 Maria Letizia Buonaparte née Ramolino. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Maria Letizia Bonaparte Letizia Bonaparte en robe de cour Peinture de Robert Lefèvre (1813).

Sa famille est originaire d’Italie et serait issue des comtes de Coll'Alto ; le premier Ramolino établi à Ajaccio avait épousé la fille d'un doge de Gênes, et reçut de cette République de grandes distinctions. Une mère d'empereur[modifier | modifier le code] Présente aux côtés de son époux, dans la résistance des Corses à l'annexion par la France en 1768, au cours de la guerre de l’indépendance, elle partage souvent les périls de son mari. Après l’échec décisif de le bataille de Ponte Novu, elle se retire avec son mari sur le sommet del Monte Rotondo, ayant reçu du comte de Vaux des passeports pour se rendre à Ajaccio.

Elle connait la pauvreté au décès de son mari en 1785. Seule l'entrée dans le métier des armes de son second fils Napoléon, permet à la famille de renouer avec un semblant de prospérité. Famille Bonaparte[modifier | modifier le code] 1763-1839 Joseph FESCH frère de LETIZIA. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Fesch. Joseph Fesch, né à Ajaccio le et mort à Rome le , était un homme d'Église français, archevêque de Lyon de 1802 à 1839. Il était le fils de François Fesch, officier suisse au service de Gênes, et de Angèle-Marie Pietra-Santa, veuve de Jean-Jérome Ramolino dont elle eut une fille, Lætitia Ramolino, ce qui fait donc de lui l'oncle de Napoléon Bonaparte. Dans les Ordres[modifier | modifier le code] Un ecclésiastique distingué[modifier | modifier le code] Durant cette campagne il commence une collection de tableaux appelée à devenir l'une des plus riches de France voire d'Europe.

Il devint alors archevêque de Lyon et primat des Gaules à la tête de l'église en France; il appelle alors Gaspard-André Jauffret comme vicaire général qui quelques années plus tard, deviendra évêque de Metz. Cérémonie du mariage de Napoléon avec Marie Louise d'Autriche auquel assiste le cardinal Fesch Collectionneur ou amasseur ? 1802 Joseph FESCH nommé Archevêque de Lyon Primat des Gaules. Bernard Petitjean de Grézieu la Varenne, guide à la Basilique de Fourvière, a présenté à l'association « Les Amis de Fourvière » une conférence sur le Cardinal Fesch, Archevêque de Lyon, oncle de Napoléon. LE CARDINAL FESCH, UN ARCHEVEQUE DE LYON DU XIXième SIECLE, HORS DU COMMUN Joseph Fesch naît à Ajaccio le 3 janvier 1763, son père originaire du canton de Bâle était devenu capitaine d'infanterie au service de la République de Gênes.

Se trouvant en garnison en Corse, il se marie avec Angéla Maria Pietrasanta, veuve en premières noces du sieur Ramolino. De ce mariage naît Joseph Fesch. Du premier mariage était née Laetitia qui épousera Charles Bonaparte et sera la mère de Napoléon. Fesch est donc le demi-oncle de Napoléon. Il reçoit une éducation chrétienne sévère et bénéficie d'une bourse au séminaire d'Aix-en -Provence où il obtient le titre de docteur en théologie et reçoit l'ordination. Rentré en Corse il devient à 24 ans chanoine à Ajaccio.

Prononcer son excommunication. 1803 Joseph FESCH est promu CARDINAL. Répertoire Archives Joseph FESCH 1F Dpt Rhône 1691 à 1814. MUSÉE FESCH AIACCIU. Historique des collections Les collections du musée Fesch d’Ajaccio sont constituées en grande partie du legs du cardinal Joseph Fesch, oncle de l’Empereur Napoléon Ier, qui rassembla la plus importante collection de peintures jamais constituée (environ 16.000 tableaux). Dans son testament, signé le 4 janvier et déposé le 25 avril 1839 entre les mains du notaire romain Augusto Appolloni, était stipulé que devait être fondé à Ajaccio un « Grand Institut des Études », nanti d’une collection d’œuvres d’art. Par cette donation, la ville d’Ajaccio perdit ses avantages numéraires, mais les autres communes corses bénéficièrent des libéralités de Joseph. Le comte de Survilliers donnait à la Corse : -la bibliothèque du cardinal, avec ses manuscrits (sans les recueils de gravures). -1.000 objets d’art, tels que tableaux, statues et bustes. -300 autres tableaux à prendre sur la masse des tableaux en dehors de la Grande Galerie.

-la statue de « Napoléon Consul » sculptée par Maximilien Laboureur.