background preloader

Bases de données

Facebook Twitter

Lesson 3: Selecting Data. The select statement is used to query the database and retrieve selected data that match the criteria that you specify.

Lesson 3: Selecting Data

Here is the format of a simple select statement: select "column1" [,"column2",etc] from "tablename" [where "condition"]; [] = optional The column names that follow the select keyword determine which columns will be returned in the results. You can select as many column names that you'd like, or you can use a "*" to select all columns. The table name that follows the keyword from specifies the table that will be queried to retrieve the desired results. The where clause (optional) specifies which data values or rows will be returned or displayed, based on the criteria described after the keyword where. Conditional selections used in the where clause: The LIKE pattern matching operator can also be used in the conditional selection of the where clause. Select first, last, city from empinfo where first LIKE 'Er%'; Or you can specify, select * from empinfo where first = 'Eric';

Tutorials for PostgreSQL, SQLite, SDLC, Assembly, Operating System, JasperReports, JSON, iOS, Design Pattern, VB.Net, Computer Fundamentals, JSF, C Sharp, Flex, GWT, PL/SQL, Eclipse, JUnit, Pascal, Maven, Scala, Spring, Struts 2, HTML5, ANT, iBATIS, log4j. Le SQL de A à Z. Problèmes et exercices corrigés sur le langage SQL.

Le SQL de A à Z

Voici une série de travaux pratiques sur le langage SQL appelant des réponses devant être écrites uniquement à partir de requêtes, en utilisant le plus souvent possible le jeu de commande du SQL 2 normalisé (1999 ou 2003). Les données de départ, comme la structure des tables en jeu et la réponse attendue - sous la forme d'un jeu de résultat (table) - sont données dans chacun des énoncés. Pour répondre à ces, questions, rien de plus simple : envoyez-moi vos solutions en utilisant le lien hypertexte ouvrant votre messagerie.

Bien entendu, je vous répond personnellement et vous propose une correction didactique et pédagogique afin que vous compreniez le mécanisme de construction de la requête. Lire l'article. Article lu 2928 fois. Copyright © SQLPro. Cours SQL et Algebre Relationnelle - D. BOULLE. (c) 1997, 2009 Didier Boulle "La conception et l'utilisation de bases de données relationnelles sur micro-ordinateurs n'est pas un domaine réservé aux informaticiens".

Cours SQL et Algebre Relationnelle - D. BOULLE

C'est en tout cas ce que pensent beaucoup d'utilisateurs en voyant ce type de logiciel intégré aux suites bureautiques les plus connues. Cependant la maîtrise d'un SGBDR micro (Système de Gestion de Bases de Données Relationnelles) est loin d'être aussi facile à acquérir que celle d'un logiciel de traitement de texte ou d'un tableur. Plusieurs étapes sont nécessaires à la mise en place d'une base de données, dès lors que l'on a précisément défini ses besoins (ce qui n'est déjà pas chose facile !) Le degré de difficulté dans la conception de l'interface varie beaucoup selon le logiciel utilisé qui est d'ailleurs le plus souvent différent du SGBDR. Il s'agit ici, d'étudier les principaux opérateurs de l'algèbre relationnelle servant de base à l'élaboration et à l'analyse (plan d'exécution) des requêtes.

COCEPTION DES BASES DE DONNEES RELATIONNELLES. Cours de Bases de Donnees Dana Torres Luis Gonzalez SaraTassini Définition : Une base de données (BD) est un ensemble de données mémorisées sur des supports accessibles par un ordinateur pour satisfaire simultanément plusieurs utilisateurs de façon sélective et en temps très court.

COCEPTION DES BASES DE DONNEES RELATIONNELLES

Elles constituent le cœur du système d’information. Initiation à la conception de bases de données relationnelles avec MERISE. Le modèle logique de données (MLD) est composé uniquement de ce que l'on appelle des relations.

Initiation à la conception de bases de données relationnelles avec MERISE

Ces relations sont à la fois issues des entités du MCD mais aussi d'associations, dans certains cas. Ces relations nous permettront par la suite de créer nos tables au niveau physique. Une relation est composée d'attributs. Ces attributs sont des données élémentaires issues des propriétés des différentes entités mais aussi des identifiants et des données portées par certaines associations. Une relation possède un nom qui correspond en général à celui de l'entité ou de l'association qui lui correspond. Voici un premier exemple de relation (issue de l'entité «Edition» de notre précédant MCD) : Edition (id_ed, nom_ed) Légende :x : relationx : clef primaire Remarques : Ce premier MLD est représenté de manière textuelle.

Il existe un autre type de clef appelé clef étrangère. Complétons notre premier exemple avec une autre relation où apparaît une clef étrangère : Relational Database Design - Normalization - Database Tutorials. SQLPro : le SQL, tout le SQL, rien que le SQL & les bases de données relationnelles.