background preloader

Compétitivité au chronomètre

Facebook Twitter

Au bureau, vous avez 12 minutes de temps de cerveau disponible. Douze minutes, pas plus. Voilà le laps de temps pendant lequel les salariés français parviennent à se concentrer sur leur travail sans être interrompus, si l'on en croit une récente étude publiée par un cabinet spécialisé dans la gestion de projets. Douze minutes, ça peut sembler bien long… Entouré d'écrans multiples, branché sur plusieurs interfaces, alerté par des messageries de tout genre, le travailleur moderne aurait du mal à s'investir dans des tâches demandant du temps et de l'attention : « En moyenne, un collaborateur reçoit 34 courriels par jours. 15,5% des personnes interrogées déclarent même recevoir plus de 60 courriels quotidiens.

En y ajoutant les SMS, chacun déclare recevoir en moyenne 40 messages par jour soit en moyenne un message toutes les douze minutes. » Avant l'invention de l'ordinateur, les différentes machines de communication avaient déjà de quoi rendre fou. Avec la caisse automatique, la caissière devient un peu flic. La caisse automatique s’est imposée dans les super et hypermarchés, jusqu’aux supérettes de proximité.

Avec la caisse automatique, la caissière devient un peu flic

Devenue contrôleuse, la caissière a vu son métier changer. Casino a sorti la première en 2005. Auchan, Carrefour, Intermarché, Système U, Simply Market, mais aussi Leroy Merlin ou Ikea ont suivi. La machine a-t-elle remplacé l’homme (ou plutôt la femme, 61% du personnel de ces commerces étant féminin) ? Telle était la crainte exprimée au départ par les syndicats des principales concernées. Finalement, les effectifs du secteur – tous métiers confondus – n’ont que légèrement baissé, de 1,7% en 2011. . « Les effets sur l’emploi sont plus insidieux. Avec la caisse automatique, la caissière ne garde de son métier que la blouse siglée. . « Les machines, c’est l’enfer » Deborah François en caissière dans « Les Tribulations d’une caissière » (capture d’ecran) Au Carrefour Market, une employée d’une quarantaine d’années ferme sa caisse. 15 heures, sa journée de travail se termine.

Intensifier le rythme. La séparation des tâches: pour quoi faire ? La séparation des tâches est une problématique en vogue : Différentes normes de type Sarbanes-Oxley, Loi de Sécurité Financière ou J-SOX ont poussé les entreprises à mettre en place un référentiel de séparation des tâches.

La séparation des tâches: pour quoi faire ?

La généralisation des ERP dans les entreprises a accru les risques potentiels liés à une mauvaise séparation des tâches. Crise: travailler plus pour gagner rien? La compagnie aérienne British Airways (BA), en difficulté financière, a demandé la semaine dernière à ses employés de travailler gratuitement sur la base du volontariat pour éviter les licenciements et aider l’entreprise “à survivre”.

Crise: travailler plus pour gagner rien?

Willie Walsh, le directeur général, a montré l’exemple en promettant de travailler gratuitement tout le mois de juillet, soit 72 000 euros de manque à gagner sur un salaire annuel de 831 000 euros. Les syndicats britanniques s’y opposent et estiment qu’il faut commencer par la direction. Comment virer un salarié sans peine en trois étapes. Non, ce n’est pas difficile de virer quelqu’un dont on veut se séparer : délégué du personnel dans un grand groupe, Hervé raconte comment ses patrons s’y prennent.

Comment virer un salarié sans peine en trois étapes

Des employés pointent à l’usine (IBM/CC) Je suis l’Elu, un simple salarié et représentant du personnel, dans une grande société. Je ne suis pas un Obélix tombé à la naissance dans la marmite du syndicalisme, je suis devenu élu sur le tard, poussé par les événements. "Les salariés n'exercent plus un métier, ils appliquent des procédures" Une étude inédite menée par trois universitaires pour le Syndicat national de la banque et du crédit CFE-CGC dresse un portrait plutôt noir des conditions de travail dans le secteur bancaire.

"Les salariés n'exercent plus un métier, ils appliquent des procédures"

Un salarié sur cinq estime faire face à des situations de harcèlement moral. Plus de la moitié des sondés disent aussi ne pas pouvoir compter sur le soutien de leur hiérarchie dans les situations difficiles. Les observations de Régis Dos Santos, président du SNB CFE-CGC. Etes-vous étonné par le tableau très pessimiste qui ressort de l'enquête? La méthode « lean », le retour du pire du travail à la chaîne.

L'invasion des «métiers à la con», une fatalité économique? «Avez-vous l’impression que le monde pourrait se passer de votre travail?

L'invasion des «métiers à la con», une fatalité économique?

Ressentez-vous la profonde inutilité des tâches que vous accomplissez quotidiennement? Avez-vous déjà pensé que vous seriez plus utile dans un hôpital, une salle de classe, un commerce ou une cuisine que dans un open space situé dans un quartier de bureaux? Passez-vous des heures sur Facebook, YouTube ou à envoyer des mails persos au travail? Avez-vous déjà participé à un afterwork avec des gens dont les intitulés de jobs étaient absolument mystérieux? Êtes-vous en train de lire cet article parce qu’un ami ou un collègue vous l’a conseillé, twitté, facebooké ou emailé au travail?» Si vous avez répondu oui à plusieurs de ces questions, vous faites sans aucun doute possible partie de cette population qui occupe un «boulot à la con», ou «bullshit job», comme les nomme l’anthropologue anglais David Graeber.

Strike!