Peut-on autoriser l'expérimentation sur les animaux et/ou sur le

Facebook Twitter
Le Monde.fr avec AFP et Reuters | • Mis à jour le Les autorités britanniques ont donné, mercredi 5 septembre, leur accord de principe à la création controversée d'embryons hybrides réalisés à partir d'ADN humain et animal, pour faire avancer la recherche sur les affections dégénératives. Cette décision permet de pallier le manque d'ovocytes humains destinés au clonage d'embryons à des fins thérapeutiques, permis en Grande-Bretagne mais pas en France. Les embryons hybrides sont créés à partir de l'ovule d'un animal, en remplaçant l'ADN de son noyau par des chromosomes humains. L'Autorité britannique pour la fertilité humaine et l'embryologie (Human Fertilisation and Embryology Authority - HFEA) a seulement autorisé l'étude des embryons"hybrides cytoplasmiques", dont le matériel génétique est à 99,9 % humain et 0,1 % animal. HFEA (Communauté scientifique GB) HFEA (Communauté scientifique GB)
Roslin Cells Center (CS synthétiques)
By Daily Mail Reporter Updated: 16:48 GMT, 12 January 2012 A distraught dog lover had her beloved pet cloned so that she could be with him even after he had died. New Yorker Danielle Tarantola paid an incredible $50,000 for the procedure using pet Trouble's DNA to create another dog exactly the same as the first. She named the new pup Double Trouble after she contacted the world's only animal cloning company in South Korea. Danielle Tarantola Danielle Tarantola