background preloader

Airbus Defence and Space

Facebook Twitter

Avions ravitailleurs : l'Inde claque à nouveau la porte à Airbus. Au cœur de l'été, l'information est passée relativement inaperçue.

Avions ravitailleurs : l'Inde claque à nouveau la porte à Airbus

La décision de New Delhi de casser une seconde fois la procédure d'achat d'avions ravitailleurs est un nouveau coup de massue pour Airbus Defense and Space, qui était comme la première fois en négociations exclusives en vue de signer un contrat pour la vente de six A330 MRTT (Multi-Role Tanker Transport), dont le montant est évalué à plus d'un milliard de dollars. Plusieurs sources concordantes ont confirmé cette décision de New Delhi, qui est décidément toujours aussi surprenant en matière d'achat d'armes.

En outre, jusqu'ici aucune information sur la raison de cette décision n'a filtré. Chez Airbus, toujours dans le flou, on espérait désormais un contrat d'Etat à Etat à l'image de celui négocié pour le Rafale en Inde. Contrat qui serait d'ailleurs proche d'être signé... Pourquoi une telle décision Deux explications peuvent être avancées. L'A400M ternit les résultats semestriels d'Airbus - L'Usine de l'Aéro. Airbus avait fait passer le message dès le mois d'avril.

L'A400M ternit les résultats semestriels d'Airbus - L'Usine de l'Aéro

L'avionneur avait indiqué que les nouveaux problèmes de moteur de l'avion de transport militaire A400M pourraient avoir un impact financier significatif sur ses comptes. Les faits sont avérés ce mercredi 27 juillet alors que l'industriel a présenté ses résultats semestriels. Airbus confirme que la charge liée à l'A400M atteint 1,026 milliard d'euros à la suite de problèmes liées à sa boîte de transmission et à des fissures sur son fuselage. "Les négociations commerciales avec l’OCCAR et les pays clients doivent désormais se tenir sur le calendrier de livraison révisé et de ses implications. A ce jour, l’issue de ces négociations est impossible à prévoir. Crash, retards, surcoûts... Les déboires à répétition de l'A400M d'Airbus - L'Usine de l'Aéro.

L'A400M, l'avion de transport militaire qui plombe encore Airbus. Il ne suffit pas d’afficher près de 1.000 milliards d’euros de carnet de commandes pour que le pilotage d’un géant de l’aéronautique soit un long fleuve tranquille. Airbus Group est en train d’en faire la douloureuse expérience. L’ex-EADS a publié jeudi 28 avril des résultats trimestriels marqués par une chute de son bénéfice net de 50%, à 399 millions d’euros, pour un chiffre d’affaire stable, 12,2 milliards d’euros. S’il a confirmé son objectif de 650 livraisons d’avions sur l’exercice (contre 635 en 2015), le géant européen reconnaît que 2016 s’annonce comme une année de "défis" sur ses différents programmes (A350, A320neo, A400M). La bourse a salué, à sa façon, cette honnêteté : le titre a dégringolé de 4,60% sur la journée de jeudi.

Que se passe-t-il exactement au sein de la maison Airbus ? Le Drian perd patience Le problème le plus inquiétant est ailleurs. Le sous-traitant Avio sous pression Un nouveau problème technique est en train de faire déborder le vase. Bricolage à Séville. Airbus : probable implication humaine dans l'accident de l'A400M. (Boursier.com) — Les circonstances de l'accident de l'Airbus militaire A400M, début mai en Espagne, commencent à s'éclaircir.

Airbus : probable implication humaine dans l'accident de l'A400M

Ni le pilotage, ni les moteurs ne seraient en cause, mais l'accident serait dû au mauvais téléchargement d'un logiciel important. Selon des sources proches du dossier, citées par Les 'Echos' du jour, il s'agit du logiciel de régulation de la puissance des quatre moteurs - des turbopropulseurs -, et ce programme aurait été mal téléchargé durant la phase dite de "prévol", c'est-à-dire la phase qui sépare la sortie de l'appareil de la chaîne d'assemblage de son premier vol. BepiColombo - Mission to Mercury. Airbus Defence and Space va diriger le programme européen TeSeR de prévention des débris spatiaux. Airbus Defence and Space va piloter l’équipe chargée de développer un module de désorbitation des satellites en fin de vie Airbus Defence and Space, numéro deux mondial de l’industrie spatiale, va diriger l’équipe chargée du projet TeSeR (Technology for Self-Removal of Spacecraft).

Airbus Defence and Space va diriger le programme européen TeSeR de prévention des débris spatiaux

Ce consortium, réunissant 10 entreprises partenaires européennes, va développer le prototype d’un module ultra-fiable et à bas coûts, pour garantir que les satellites en fin de vie ne constitueront pas une menace. Ce module pourra également contribuer à désorbiter les satellites qui seraient devenus incontrôlables. En tant que chef de file du consortium, Airbus Defence and Space assurera la gestion du projet, la coordination technique, en plus du développement de ces systèmes innovants de contrôle d’attitude des satellites. L’orbite terrestre est de plus en plus encombrée. A propos de Airbus Defence and Space Contact : Gregory Gavroy + 33 1 82 59 43 13 gregory.gavroy@airbus.com www.airbusdefenceandspace.com.