background preloader

Dossier documentaire

Facebook Twitter

Un patient sur 20 touché par les infections nosocomiales. Un patient hospitalisé sur 20 est atteint d'une infection nosocomiale en France.

Un patient sur 20 touché par les infections nosocomiales

C'est ce qu'a indiqué jeudi l'Institut de veille sanitaire (InVS) en présentant les résultats d'une vaste enquête réalisée entre mai et juin 2012 en collaboration avec les centres de coordination de la lutte contre les infections nosocomiales. 1938 établissements de santé français, soit plus de 90 % des lits d'hospitalisation, ont été consultés pour faire une mesure, à un jour donné, du nombre de personnes infectées. Sur les 300.330 patients hospitalisés, 15.180 (soit 5,1 %) présentaient une ou plusieurs infections nosocomiales.

Des chiffres semblables à ceux observés en 2006, date de la dernière enquête de cette envergure, où 4,97 % des patients hospitalisés souffraient de maladies nosocomiales. Aucune amélioration générale n'a donc été constatée en ce qui concerne le nombre de personnes touchées. Des bactéries résistantes aux antibiotiques. Le cuivre contre les infections nosocomiales. Des poignées et rampes en cuivre pour réduire les infections nosocomiales vont être expérimentées dans des maisons de retraite de Champagne-Ardenne après deux expérimentations similaires aux résultats encourageants dans des hôpitaux, selon un communiqué publié hier par des fabricants.

Le cuivre contre les infections nosocomiales

Cinq établissements de type Ehpad "ont décidé de mettre en place le plus grand programme-test jamais conduit sur le sujet" avec l'installation d'un total de 1.000 poignées de porte et 1.000 rampes en alliage de cuivre, selon le Centre d'information du cuivre, une organisation de producteurs et de transformateurs de cuivre. Selon des chiffres diffusés en 2014 par l'OMS, au moins 7 personnes hospitalisées sur 100 dans les pays occidentaux contractent une infection nosocomiale (jusqu'à 30% des patients dans les unités de soins intensifs). Infections nosocomiales : "Nous avons été traités avec mépris" Ma grand-mère est morte à cause de l'hôpital, par Gaëlle Tête Ma grand mère est rentrée à l'hôpital pour une simple bronchite et en est ressortie par la morgue trois mois plus tard.

Infections nosocomiales : "Nous avons été traités avec mépris"

L'OMS s'alarme de la résistance aux antibiotiques. Le Parisien | 30 Avril 2014, 14h29 «Des infections considérées aujourd'hui comme mineures risquent à nouveau de tuer si rien n'est fait globalement et de façon urgente pour lutter contre la résistance aux antibiotiques», a averti mercredi l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

L'OMS s'alarme de la résistance aux antibiotiques

Dans un rapport alarmant, l'OMS analyse la résistance aux antimicrobiens à l'échelle mondiale. «Cette grave menace n'est plus une prévision, mais bien une réalité dans chaque région du monde, et que tout un chacun, quels que soient son âge et son pays, peut être touché». Considérés par l'OMS comme l'un des piliers de notre santé, les antibiotiques permettent de vivre plus longtemps et en meilleure santé.

Mais leur usage inapproprié les a rendus quasiment inefficaces en quelques décennies. Le rapport, qui se base sur 114 pays, note que la résistance existe pour de nombreux agents infectieux. VIDEO. Le risque de décès augmente. Santé : se vacciner contre l’hôpital. Marina Carrère D’encausse | 27 Août 2013, 13h50 | MAJ : 28 Août 2013, 17h01 Ce sont des noms barbares qui nous sont devenus familiers : l’escherichia coli ou le staphylocoque doré, par exemple.

Santé : se vacciner contre l’hôpital

Il s’agit là des deux principaux micro-organismes responsables d’infections nosocomiales en France. Ces maladies sont contractées au cours, ou à la suite d’une prise en charge médicale, transmises via les lieux, les instruments ou les personnels soignants. Selon une enquête réalisée par l’Institut de veille sanitaire en 2012, un patient sur 20 est touché. Si la tendance est globalement stable depuis 2006, on note quelques disparités, dont une saute aux yeux : les cas d’infections au clostridium difficile ont plus que doublé en six ans.

Infections nosocomiales : un programme national pour renforcer la sécurité des patients. Le cuivre contre les infections nosocomiales dans des maisons de retraite. Hôpitaux: Les infections nosocomiales sont contractées lors de courts séjours. Infections nosocomiales et trou de la Sécu : Philippe Garnier met les pieds dans le plat. Philippe Garnier est un médecin atypique.

Infections nosocomiales et trou de la Sécu : Philippe Garnier met les pieds dans le plat

Cet homme spécialisé dans la santé publique, l'épidémiologie et les biostatistiques a longtemps bourlingué outre-mer, ce qui lui a donné une distance et une expérience qui le mettent à l'abri des idées toutes faites et des rites administratifs. Il a rejoint le ministère de la Santé il y a dix ans et a tenté d'y importer son esprit curieux, sa capacité à se révolter devant des problèmes de santé publique qui pourraient être gérés au mieux et s'est emparé ainsi du problème des infections hospitalières. Hôpitaux : les infections nosocomiales méritent plus d'attention.

En recensant les personnes ayant déclaré une maladie infectieuse dans les trente jours suivant leur sortie de l'hôpital, des chercheurs estiment que le risque de contamination à l'occasion de soins est, en réalité, trois fois plus important que celui déclaré par les établissements de santé.

Hôpitaux : les infections nosocomiales méritent plus d'attention

Pour arriver à cette conclusion, une équipe de chercheurs américains a mené une étude rétrospective dans 27 hôpitaux du comté d'Orange, en Californie. Les résultats de leur travail sera publié dans le numéro de février de la revue Infection Control and Hospital Epidemiology. L'hôpital bon élève sur les infections nosocomiales. Infection développée à l'hôpital.

L'hôpital bon élève sur les infections nosocomiales

Une priorité : lutter contre les infections nosocomiales. En France, environ un patient hospitalisé sur vingt est touché par une infection nosocomiale et, chaque année, 4 200 personnes en meurent.

Une priorité : lutter contre les infections nosocomiales

Toutes ces infections ne sont pas liées à l’antibiorésistance. D’après le Lien, une association spécialisée dans cette question, la première cause de diffusion des maladies est la mauvaise hygiène des mains, mais il suffit qu’un malade soit porteur d’un germe multirésistant pour que ce soit la catastrophe : il peut le transmettre aux autres malades et, si sa plaie s’infecte, il sera difficile de la traiter. Or l’utilisation des antibiotiques est massive à l’hôpital, ce qui accroît les risques. Un phénomène qui pousse à vite trouver des solutions. Une étude américaine, publiée dans le New England Journal of Medicine, indique que l’utilisation de savons germicides pour la toilette de tous les patients en soins intensifs pourrait réduire les infections par les Sarm de 44 %. Infections nosocomiales à la Clinique du Sport: sursis pour 2 médecins en appel - 12/06/2013 - LaDepeche.fr.

L'ancien patron de la Clinique du Sport de Paris et un chirurgien ont vu leurs peines allégées mercredi en appel et ont été condamnés à trois et deux ans de prison avec sursis pour la contamination de patients par une infection nosocomiale il y a plus de 20 ans.

Infections nosocomiales à la Clinique du Sport: sursis pour 2 médecins en appel - 12/06/2013 - LaDepeche.fr

Le fondateur de l'établissement prisé du gratin sportif, Pierre Sagnet, 69 ans, et le chirurgien Didier Bornert, 57 ans, sont condamnés pour "blessures involontaires". M. Sagnet est aussi condamné pour "omission de porter secours". La cour d'appel de Paris n'a donc pas confirmé la prison ferme prononcée en première instance en 2010, lorsque des peines de quatre ans de prison, dont 18 mois ferme, et deux ans de prison, dont 6 mois ferme, avaient été prononcées. Les deux médecins avaient fait appel, estimant qu'ils ne pouvaient être tenus pour responsables de la contamination, de janvier 1988 à mai 1993, de 58 patients par la mycobactérie xenopi qui provoque un mal proche de la tuberculose osseuse.

CHU : le prix d'une erreur médicale. La vie de Jacqueline Bertho a basculé le 30 mai 2003. Le cuivre contre les infections nosocomiales dans des maisons de retraite - 05/06/2014 - LaDepeche.fr.