background preloader

[surplus temp]

Facebook Twitter

Balladur soupçonné d'avoir détourné des fonds de Matignon. L'ancien Premier ministre Edouard Balladur, entre 1993 et 1995, est soupçonné d'avoir détourné des fonds spéciaux de Matignon.

Balladur soupçonné d'avoir détourné des fonds de Matignon

(Reuters) Le "réquisitoire supplétif" a été délivré le 18 juillet par le parquet. Il permet aux juges chargés du volet financier de l'affaire de Karachi, Renaud Van Ruymbeke et Roger Le Loire, d'enquêter sur d'éventuels "détournement de fonds publics" et "recel" dans le financement de la campagne présidentielle d'Edouard Balladur en 1995, comme le révèle mercredi Le Monde. Edouard Balladur est, ainsi, accusé d'avoir utilisé les fonds secrets de Matignon pour financer sa campagne. Le quotidien du soir estime que "les magistrats instructeurs ne devraient donc avoir d'autre choix, à la rentrée, que de se dessaisir au profit de la Cour de justice de la République (CJR).

Plusieurs témoins ont évoqué la piste des fonds secrets. "Les sommes qui nous arrivaient étaient censées provenir des meetings. Rachida Dati nous répond. Nous maintenons nos informations ! Rachida Dati serait-elle plus riche qu'elle ne le dit ?

Rachida Dati nous répond. Nous maintenons nos informations !

Il y a un an et demi, dans une interview au magazine Elle, l'ancienne garde des Sceaux affirmait : "Je gagne environ 6 000 euros par mois en tant que députée européenne et rien pour mes fonctions de maire. " Pourtant, d'après les informations du Point.fr, Rachida Dati touche en réalité chaque mois huit fois la somme indiquée, soit 50 800 euros par mois. François Fillon.

Affaire Clearstream 2. Affaire des frégates d'Arabie saoudite et des sous-marins du Pakistan. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Affaire des frégates d'Arabie saoudite et des sous-marins du Pakistan

L’affaire des frégates d’Arabie saoudite et des sous-marins du Pakistan, communément désignée sous diverses appellations dans la presse et notamment sous le nom d'« affaire Karachi », est une affaire politico-financière qui concerne deux contrats d’armement signés en 1994. Le premier prévoyait la vente par la France de frégates à l’Arabie saoudite et le second celle de sous-marins au Pakistan ; ces contrats sont soupçonnés d’avoir donné lieu à des rétrocommissions qui auraient financé la campagne d’Édouard Balladur à l’élection présidentielle de 1995. La vente des sous-marins et des frégates[modifier | modifier le code] Le 21 septembre 1994, un contrat prévoit la fourniture de trois sous-marins de classe Agosta au Pakistan; il est signé par François Léotard, ministre de la Défense du Gouvernement Balladur, et son homologue pakistanais pour une somme de 5,4 milliards de francs[2]. Affaire des frégates de Taïwan.

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Affaire des frégates de Taïwan

Les commissions (payées in fine par l’État taïwanais) étaient explicitement interdites dans le contrat de vente ; les bénéficiaires n’ont jamais été inquiétés et ce sera la France qui remboursera cette somme en 2011. En France, une enquête fut ouverte à propos des rétrocommissions (interdites par la loi), mais les juges se sont vus opposer le secret défense par les gouvernements de droite comme de gauche.

Affaire des écoutes de l'Élysée. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Affaire des écoutes de l'Élysée

L’affaire des écoutes de l’Élysée est une affaire française d’écoutes téléphoniques illégales qui s'est déroulée de 1983 à 1986 sous le premier septennat de François Mitterrand. Lors d'une interview en 1993, une équipe belge de la RTBF posa des questions à Mitterrand sur les écoutes de l'Élysée, ce qui fit sortir le président de ses gonds, et le décida à interrompre l'interview. L'affaire fut portée en justice, et finalement tranchée par la Cour européenne des droits de l'homme qui a conclu le 7 juin 2007 que « la condamnation des journalistes s'analyse en une ingérence disproportionnée dans leur droit à la liberté d'expression ».

Origines et contexte[modifier | modifier le code] La cellule antiterroriste de l’Élysée dirigée par Christian Prouteau est créée par François Mitterrand en 1982. Comme la presse l'a rapporté, ce ne furent pas les premières écoutes téléphoniques effectuées par les services de la République. Affaire Dominique Strauss-Kahn. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Affaire Dominique Strauss-Kahn

Compte tenu de la gravité des actes invoqués, la juridiction de l'État de New York procède à la mise en détention provisoire de Dominique Strauss-Kahn et engage une procédure pénale. Celui-ci nie les accusations et fait savoir qu'il plaidera « non coupable ». Contexte[modifier | modifier le code] Arrestation et mise en accusation[modifier | modifier le code] Le 14 mai 2011, Dominique Strauss-Kahn déjeune avec sa fille dans un restaurant proche du Sofitel de New York, juste avant de se rendre en taxi à l'aéroport international John-F.

Mis en état d'arrestation au commissariat de Harlem[18], il est accusé d'avoir, quelques heures auparavant[19], agressé sexuellement une femme de chambre, Nafissatou Diallo, dans la suite no 2806 de l'hôtel Sofitel de New York. Affaire du Rainbow Warrior. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. L’ est une opération à laquelle le gouvernement et les services secrets français prennent part, en 1985 , en coulant le navire amiral de l'organisation écologiste Greenpeace , le , qui faisait route vers Mururoa pour protester contre les essais nucléaires français . Le photographe Fernando Pereira périt dans le naufrage. En juillet 1985 , le (le « Guerrier Arc-en-ciel » en anglais), bateau de l’organisation écologiste Greenpeace est amarré à Auckland en Nouvelle-Zélande . Son but est d’emmener d’autres bateaux vers l’atoll de Mururoa pour protester contre les essais nucléaires français et les gêner dans la mesure du possible.

L’opération se déroule le 10 juillet 1985 . Les faux époux Turenge sont facilement arrêtés par la police néo-zélandaise d’ Auckland à cause de la camionnette qu’ils ont louée pour récupérer les plongeurs chargés de placer les explosifs. Affaire du sang contaminé. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Affaire du sang contaminé

L'affaire du sang contaminé est un scandale ayant touché plusieurs pays dans les années 1980 et 1990 relativement à des infections ayant eu lieu par des transfusions sanguines.