background preloader

Autres

Facebook Twitter

«Après la prison, j'avais l'impression d'être un fantôme» Du jour au lendemain, la porte s’ouvre.

«Après la prison, j'avais l'impression d'être un fantôme»

En grand. Et tout ce qui était défendu hier redevient permis. Certains attendent parfois ce moment depuis plusieurs décennies. Entre temps, le corps a vieilli, les économies se sont envolées, et les familles ont tiré un trait sur un passé hanté. Il n’y a nulle part où aller et la prison désocialise tant qu’il va falloir réapprendre la vie du dehors. Au cœur de l'été, la ministre de la Justice, Christiane Taubira a annoncé un certain nombre de mesures devant limiter au maximum ces sorties sèches «qui accouchent trop souvent d’un drame social». M.france2. Pourquoi êtes-vous pauvres? "Pourquoi êtes-vous pauvres?

Pourquoi êtes-vous pauvres?

" Cette question, William T. Vollmann a pris l'initiative de la poser, de par le monde, à quelques-unes des ces innombrables victimes de la pauvreté dont l'anonymat des statistiques s'entend à rendre "invisible" l'existence singulière, dans l'intention d'entendre, de leur bouche, des réponses susceptibles de jeter, sur un fléau planétaire, un éclairage permettant d'en prendre la juste et pleine mesure. « Mad love in New York » ou « L’opéra de verre » d’un cinéma réaliste !

Je n’étais pas vraiment préparée à voir ce film.

« Mad love in New York » ou « L’opéra de verre » d’un cinéma réaliste !

Presque vierge dans mes sentiments, j’étais restée accro au cinoche des années 50 de Lionel Rogosin. Il avait la verve à coller le train des gens dans la mouise, qu’il aimait et ils lui rendaient bien. Je pense forcément à « On the Bowery » et les bas-fonds de New-York filmés en noir et blanc et avec respect : Quand la fiction dépasse le documentaire ! Comme ici, avec le film des frères Safdie qui repose sur le récit d’Arielle Holmes, actrice principale dans le rôle de Harley, mais aussi écrivaine du récit au quotidien de sa vie de junkie et SDF à New-York. Coup de foudre cinématographique de Josh Safdie lors d’un repérage pour un autre film. . « Un jour, alors que je me dirigeais vers le métro, j’ai vu cette belle jeune fille que j’ai prise pour une assistante d’origine russe. Pour « Mad love in New York », ils ne dérogent pas à la règle.

Addict. Agone. Quelques scènes d’une vie de précaire consignées par un apprenti sociologue retournant la domination et l’exploitation par l’écriture.

agone

Devant moi, un hall gigantesque, divisé en cages grillagées sur toute la hauteur. On ne peut pas passer d’une cage à l’autre, chaque porte est surveillée par un agent de sécurité et seuls les contremaîtres peuvent ouvrir. Je suis devant un tapis roulant. Une boîte tombe du ciel, un carton arrive et je dois mettre la boîte dans le carton. Au bout de cinq minutes, je suis déjà épuisé, comment je vais tenir jusqu’à 21 heures ? Mustapha Belhocine est ce qu’on appelle aujourd’hui un « précaire » : condamné aux contrats courts, il enchaîne des missions d’homme de ménage au pays de Mickey, de manutentionnaire dans un célèbre magasin de meubles ou de « gestionnaire de flux » chez Pôle Emploi – ce dernier poste consistant à renvoyer chez eux les impudents chômeurs venus faire leurs réclamations en direct plutôt que sur Internet.

Sommaire :I. Dossier de presse. Patrick Cingolani, La précarité. 1Patrick Cingolani livre un « Que sais-je ?

Patrick Cingolani, La précarité

» sur la précarité au ton résolument offensif. S'affranchissant des grilles de lecture misérabilistes, il propose de traiter des conditions sociales qui contraignent souvent (et qui inclinent parfois) à la précarité et des expériences vécues par les précaires. Trois chapitres circonscrivent les relations entre emploi et travail précaires (chapitre I), pratiques et tactiques précaires (chapitre II), précarités et pauvretés (chapitre III). Non à la précarité - broché - Pierre Concialdi - Livre - Soldes 2016 Fnac.com. Repenser la pauvreté - Abhijit V. Banerjee, Esther Duflo, Julie Maistre. Amy (film 2015) - Documentaire - Critique. Amy Winehouse est morte à 27 ans, au pic de sa jeunesse, comme Brian Jones, Jimi Hendrix, Jim Morrison et Janis Joplin.

Amy (film 2015) - Documentaire - Critique

La disparition de ces idoles rock, à la fin des années 1960, avait donné prise aux fantasmes et aux légendes les plus folles. Quarante ans plus tard, peu de zones d'ombre demeurent autour de la mort de la diva soul londonienne : les images pullulent et s'échangent à flux continu sur la Toile. La caméra suivait déjà la chanteuse bien avant ses premiers enregistrements, quand elle sortait de l'enfance et prenait des poses de princesse sexy pour chanter Happy Birthday à une copine. Elle ne l'a pas quittée, jusqu'au zoom final sur son cadavre roulé dans un drap, disséminé sur les écrans du monde entier. Amy Winehouse est l'une des premières icônes filmées partout et par tout le monde, de sa naissance (ou presque) à sa mort au coeur de l'été 2011.

Critique : Trainspotting. Trainspotting Grande-Bretagne, 1996 Titre original : – Réalisateur : Danny Boyle Scénario : John Hodge, d’après l’oeuvre de Irvine Welsh Acteurs : Ewan McGregor, Ewen Bremner, Jonny Lee Miller Distribution : Polygram – Sony Durée : 1h34 Genre : Comédie dramatique Date de sortie : 19 juin 1996.

Critique : Trainspotting

De la précarité à l'auto-exclusion - Jean Furtos. Richesse et pauvreté des nations - Pourquoi des riches ? Pourquoi des pauvres ? - Traduit de l'anglais par Jean-François Sené par Landes (David S.) - Jean-Francois Sené (traduction): Albin Michel - Librairie Philoscience. Cake (2015), un film de Daniel Barnz. Le résumé du film A la recherche du bonheur sur M6. Le Grand Partage (film 2015) - Comédie - L'essentiel. Programme TV.

Le Grand Partage (film 2015) - Comédie - L'essentiel

Samba (film 2014) - Comédie dramatique - L'essentiel. C'est une question de philosophie cinématographique : ou vous croyez que la qualité d'un film se mesure à sa gentillesse, et Samba (comme Intouchables, il y a deux ans) est fait pour vous.

Samba (film 2014) - Comédie dramatique - L'essentiel

Ou vous êtes persuadé qu'une oeuvre reflète l'ambiguïté des êtres et la complexité des sentiments. Dans ce cas, évitez Samba : l'excès de sucre risque de vous être fatal. Olivier Nakache et Eric Toledano sont deux addicts des bons sentiments. Qui coulent dans leurs veines comme le sang dans les nôtres. Ils se voudraient généreux, ils ne sont que gentils.