background preloader

Autres

Facebook Twitter

Qu'allons-nous faire de vous ? - Marie de Hennezel, Edouard de Hennezel. Séniors. Ce vieillard meurt dans un hospice, une infirmière trouve cette lettre qu'il a laissée et fond en larmes. Que voyez-vous, infirmières?

Ce vieillard meurt dans un hospice, une infirmière trouve cette lettre qu'il a laissée et fond en larmes

Que voyez-vous ? À quoi pensez-vous lorsque vous me regardez ? À un vieil homme grincheux, pas très sage, aux habitudes hésitantes et au regard perdu dans le lointain ? Qui bave en mangeant et ne répond jamais aux questions. Qui, lorsque vous criez "J'aimerais que vous fassiez un effort ! " Semble ne pas réagir du tout à toutes ces choses que vous faites. Un homme qui perd toujours une chaussette ou une chaussure ? Qui, en résistant parfois vous laisse faire ce que vous voulez, pour le nourrir et le baigner et pour remplir ces longues journées ? Est-ce que c'est à cela que vous pensez ? Alors ouvrez les yeux, infirmières. Je vais vous dire qui je suis, alors que je suis assis ici, alors que je vous obéis, alors que je mange ce que vous me donnez. Je suis un enfant de dix ans. Je suis un garçon de 16 ans vif et motivé, qui n'a qu'un espoir : rencontrer au plus vite celle qu'il aimera. Je suis un futur marié de vingt ans au coeur palpitant.

Je me tourne vers le futur . Notre société est-elle préparée à la vieillesse ? Jeudi 11 septembre dernier, Alexandre Meyer recevait dans Le Débat du Soir, Pascal Champvert, président de l’AD-PA et auteur de "Prendre soin de nos aînés, c’est déjà prendre soin de nous” (Carnet Nord, 2011), pour répondre à cette question.

Notre société est-elle préparée à la vieillesse ?

En 2000, les plus de 65 ans étaient 9,5 millions en France, et ils seront près de 18,2 millions en 2050. La vieillesse de la population est donc un problème qui se pose de manière pressante en France. Mais Pascal Champvert nous explique que le problème avec les personnes âgées est avant tout lié à l’idée du vieillissement : Mais bien plus qu'un problème de considération, c'est aussi un problème de discrimination. Pour Pascal Champvert, l’agisme est une forme de discrimination, tout comme le sont le racisme, l’homophobie ou l’antisémitisme. Cependant, l'auteur appelle à ne pas dévaloriser les jeunes par rapport aux personnes âgées, et vice-versa. Cette loi permet notamment quelques avancées sur la question du maintien à domicile. La Maladie d'Alzheimer, le guide - Serge Gauthier, Judes Poirier.

Le fil de la vie, en VOD. Réalisateur : Dominique GrosProducteur : ARTE France, Les Films d'Ici Une enquête dans trois pays européens qui ont choisi des approches différentes pour légiférer sur "la fin de vie".

Le fil de la vie, en VOD

Un voyage entre la Belgique, qui a légalisé l'euthanasie médicale depuis 2002, la Suisse, qui autorise le suicide assisté depuis 1996, et la France, qui a développé une pratique spécifique de soins palliatifs depuis 2005. Trois pays qui abordent de manière différente ces questions de fin de vie et qui illustrent les trois types d'approche que l'on retrouve en Europe. ENQUÊTE HUMANISTE Quelles sont les conséquences des progrès de la médecine sur notre rapport à la fin de vie ? La mort naturelle existe-t-elle encore dans nos sociétés ?

Critique : La Planète des singes : les origines (2011) La Planète des singes : les origines USA : 2011 Titre original : Rise of the Planet of the Apes Réalisateur : Rupert Wyatt Scénario : Rick Jaffa Acteurs : James Franco, Freida Pinto, John Lithgow Distribution : Twentieth Century Fox France Durée : 2h00 Genre : Science fiction, Action Date de sortie : 10 août 2011 Globale : [rating:3.0] [five-star-rating] Plus de quarante ans après La Planète des singes, de nombreuses suites et même une série TV, la Twentieth Century Fox cède à la mode des préquels de saga pour nous livrer une nouvelle version de l’origine du mythe.

Critique : La Planète des singes : les origines (2011)

La Planète des singes : les origines débarque sur les écrans en sérieux outsider du film de l’été après les déceptions qu’ont été Super 8 et Transformers 3. Verdict ? Synopsis : Dans un laboratoire, des scientifiques expérimentent un traitement sur des singes pour vaincre la maladie d’Alzheimer. L’action occultée par l’aspect dramatique Une mise en scène au service des effets spéciaux. Critique : Still Alice. Still Alice Etats-Unis, 2014 Titre original : Still Alice Réalisateur : Richard Glatzer et Wash Westmoreland Scénario : Richard Glatzer et Wash Westmoreland, d’après le roman de Lisa Genova Acteurs : Julianne Moore, Alec Baldwin, Kristen Stewart Distribution : Sony Pictures Releasing Durée : 1h41 Genre : Drame de maladie Date de sortie : 18 mars 2015 Rien ne garantit avec plus de certitude de remporter l’Oscar dans les catégories d’interprétation que de s’approprier un personnage handicapé ou gravement malade.

Critique : Still Alice

La preuve de ce constat cynique a été doublement fournie lors de la cérémonie de cette année, lors du sacre de Eddie Redmayne, côté masculin, et de Julianne Moore, côté féminin. Tandis que la victoire de l’épopée sur Stephen Hawking nous laisse toujours un arrière-goût amer, celle de cette histoire intimiste sur la maladie d’Alzheimer n’aurait pas pu nous enchanter davantage. Une histoire d’amour Les moments marquants ne manquent pas au fil du récit de Still Alice.

Julianne forever.