background preloader

Ressources en ligne

Facebook Twitter

La canicule dévoile des sites archéologiques cachés. L’Inrap et les grands travaux d’aménagement du territoire. Les grands travaux menés dans le cadre de l’aménagement du territoire impliquent la réalisation d’opérations archéologiques d’ampleur.

L’Inrap et les grands travaux d’aménagement du territoire

Ces projets, qui ont abouti à la création de l’Inrap, lui ont permis d’acquérir une place particulière dans l’archéologie préventive par sa grande capacité d’adaptation à différents types de terrains et la constitution d’un référentiel méthodologique et technique. La diversité des sites étudiés et l’important volume de données récoltées ont considérablement modifié et enrichi la connaissance de l’évolution du territoire du Paléolithique à nos jours. Pour concilier au mieux contraintes sociales, économiques, techniques et scientifiques, l’Inrap a très tôt choisi de mettre en place des « coordinations » adaptées à la spécificité de chaque projet.

Grands travaux et archéologie préventive 40 ans d’expérience et de collaboration Le suivi archéologique accompagnant la réalisation de grands travaux s’est largement développé depuis les années 1970. Lire le passé dans les cernes d’arbres. L'incroyable projet Lidar, ou la redécouverte de l'ancien monde. Richard III: l'ADN trahit une infidélité royale... Le visage d'Henri IV reconstitué. Ötzi, "l'homme des glaces", 25 ans de scoops scientifiques. Un squelette vieux de 9900 ans découvert dans une grotte sous-marine au Mexique. Des archéologues ont mis au jour des ossements de femme vieux de 9.900 ans dans une grotte sous-marine de la péninsule du Yucatán.

Un squelette vieux de 9900 ans découvert dans une grotte sous-marine au Mexique

Complet à 30%, le squelette livre des informations précieuses sur les premiers habitants du Mexique. Un "chewing-gum préhistorique" livre ses secrets. La peau et les cheveux bruns, les yeux bleus, des bactéries buccales semblables aux nôtres, et un repas vraisemblablement constitué de canard et de noisettes : en mâchant un morceau de bouleau il y a 5.700 ans, une de nos lointaines aïeules, renommée "Lola", y a laissé de nombreuses informations sous forme d’ADN remarquablement préservé.

Un "chewing-gum préhistorique" livre ses secrets

C'est la première fois qu'un génome humain ancien entier est extrait de tout autre chose que des os humains. Ces travaux danois sont publiés dans la revue Nature Communications. Ecoutez un son prononcé par une momie vieille de 3000 ans. La voix d'un homme mort depuis 3.000 ans s'est élevée dans un laboratoire de recherche.

Ecoutez un son prononcé par une momie vieille de 3000 ans

Des scientifiques américains et britanniques ont réussi à reproduire le son émit par un individu momifié en Egypte. Il ne s'agit pas d'un mot mais plutôt d'un "son sous forme de voyelle" comme l'expliquent les chercheurs dans une étude parue le 23 janvier 2020 dans la revue Scientific Reports. Au cœur de l’ADN des Papous, un trésor de l’humanité. "Il faut rechercher plus à l'Est", s'est dit François Xavier-Ricaut, du Laboratoire Evolution et Diversité Biologique, UMR 5174 (CNRS), de l'Université Toulouse III-Paul Sabatier, alors qu'il débutait en 2016 le Papuan past project* (Archéologie et génétique en Papouasie-Nouvelle Guinée), un projet d'étude concernant les premiers peuplements humains de Mélanésie, un des grands groupes d'îles de l'Océanie.

Au cœur de l’ADN des Papous, un trésor de l’humanité

Des recherches scientifiques menées dans des conditions difficiles. Il y a 170.000 ans, nos ancêtres faisaient rôtir des légumes. Institut national de recherches archéologiques préventives. Inrap - Archéologie de la Ligne à Grande Vitesse Est européenne. Reportages d'actualité - Au coeur de la cité antique de Nîm...

Le mythe de la civilisation perdue de Cahokia enfin brisé. ARCHIVE.

Le mythe de la civilisation perdue de Cahokia enfin brisé

Dès 2018, Sciences et Avenir avait interrogé l'anthropologue A. J. White de l'université de Californie (Berkeley) sur ses travaux d'analyse des matières fécales pour jauger la taille d'une population ancienne, en l'occurence celle du site précolombien de Cahokia en Amérique du Nord. Lundi 27 janvier, ce chercheur et son équipe ont fait savoir dans une publication que des observations supplémentaires apportaient un nouvel éclairage sur l'histoire du site.

À son apogée, au 12e siècle de notre ère environ, Cahokia comptait parmi les plus grandes cités d'Amérique du Nord, terre encore non-foulée par les Européens. Archéologie sous-marine. Archéologie subaquatique et sous-marine. Si dans un premier temps, la récupération des objets perdus en milieu marin s’est plus apparentée à une collecte d’objets voire une chasse au trésor, ce n’est qu’au cours du XXe siècle que les vestiges sous-marins furent compris comme sujets de recherche à part entière.

Archéologie subaquatique et sous-marine

À partir des années 1970, ce champ de recherche s’est réellement développé. Des technologies de pointe au service de l’archéologie sous-marine. Qui croirait que la raréfaction du poisson constitue une menace pour les quelque trois millions d’épaves parsemant le fond des mers du monde ?

Des technologies de pointe au service de l’archéologie sous-marine

C’est pourtant la pêche industrielle au chalut, pratiquée souvent à plus de 1 000 mètres de profondeur et désormais partiellement limitée à 800 mètres en Europe, qui constitue l’une des principales menaces pour le patrimoine immergé des abysses. En quelques secondes, un site plurimillénaire peut être bouleversé, voire anéanti, alors qu’il a été jusqu’à présent remarquablement préservé, notamment par l’obscurité et la basse température, loin des violents courants de marée ou encore des phénomènes météorologiques de surface. Préserver le patrimoine immergé Face à ces menaces, les états doivent urgemment localiser et expertiser leur patrimoine culturel immergé afin d’en préserver la valeur scientifique et culturelle inestimable. Drassm : le futur navire de recherche archéologique s’appellera Alfred Merlin. Australie : découverte du premier site aborigène sous-marin. Quand les premiers humains sont arrivés en Australie il y a au moins 65.000 ans, le niveau de la mer était de 80 mètres inférieur à celui d'aujourd'hui.

Australie : découverte du premier site aborigène sous-marin

L'Australie, alors connectée avec la Nouvelle-Guinée, était, comme de nos jours, essentiellement peuplée sur ses côtes, là où les ressources de la mer comme celles de la forêt se voulaient aisément accessibles. Lors de la fin du dernier âge glaciaire il y a environ 10 à 20.000 ans, avec la fontes des glaciers, ce sont près de 30% de toute l'île-continent qui ont été engloutis sur son pourtour. Avec eux, les traces de ces premiers campements, jamais localisés jusqu'ici. Dans un article publié le 1er juillet 2020 dans la revue PLOS ONE, une équipe d'archéologues internationale rapporte avoir enfin identifié dans le pays, à 160 mètres au large et 2,5 mètres de profondeur, les deux premiers sites préhistoriques sous-marins en Australie.