background preloader

Focus : l'accès à l'eau en Afrique et en Inde

Facebook Twitter

L'eau, enjeu vital pour l'Afrique. L'accès à l'eau potable : plus de 2 milliards de personnes toujours privées de ce droit fondamental (ONU) Plus de deux milliards de personnes dans le monde n’ont toujours pas accès à l’eau potable et à l’assainissement, alerte mardi l’ONU à l’occasion de la publication du dernier Rapport mondial des Nations Unies sur la mise en valeur des ressources en eau.

L'accès à l'eau potable : plus de 2 milliards de personnes toujours privées de ce droit fondamental (ONU)

Avoir accès à l’eau potable et à l’assainissement est un droit de l’homme et un des Objectifs de développement durable (ODD). Malgré d’importants progrès enregistrés ces 15 dernières années, cet objectif reste hors d’atteinte pour une bonne partie de la population mondiale. « L’accès à l’eau est un droit humain vital pour la dignité de chaque être humain. Pourtant, des milliards de personnes en sont toujours privées », a déploré Audrey Azoulay, la Directrice générale de l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO).

Le rapport de l’ONU analyse les ressorts de cette exclusion et explore les moyens de réduire les inégalités. Seulement un Africain sur quatre a accès à une source sûre d’eau potable. Un tiers de la population africaine privée d'eau potable : quelles solutions structurelles ? Laure M. nous dit : « Selon la Banque africaine de développement, l'Afrique devrait consacrer l'équivalent de 11,5 milliards d'euros par an pour créer ou renforcer ses infrastructures de distribution et d'assainissement. » Bigre !

Un tiers de la population africaine privée d'eau potable : quelles solutions structurelles ?

11,5 milliards par an ! Et pendant combien d'années ? J'ai essayé de suivre le lien fourni, mais s'il conduit bien au site de la banque, je n'ai pas su trouver le rapport qui parle de ces 11,5 milliards par an. Comme le dit « Laure M », la mystérieuse auteure de cet article, qui rapporte les paroles du patron de Veolia Afrique : « En Afrique, d'un pays à l'autre ou au sein d'un même pays, le nombre et la qualité des infrastructures et des réseaux d'eau peuvent différer du tout au tout.

Effectivement les situations les plus diverses sont présentes sur le continent. Il faut distinguer d'abord les zones rurales, où habitent encore la moitié des 1,2 milliards d'Africains. Pour les villes c'est beaucoup plus compliqué ! Je voudrais soumettre une proposition : "J'ai survécu par la grâce de Dieu" : en Somalie, des déplacés dans une situation précaire, selon Amnesty International. La grande majorité des familles qui ont fui leurs maisons sont installées dans des camps surpeuplés.

"J'ai survécu par la grâce de Dieu" : en Somalie, des déplacés dans une situation précaire, selon Amnesty International

L’organisation Amnesty International met en garde contre une propagation exponentielle du Covid-19 en Somalie, où une personne sur quatre vit dans un camp de déplacés. Les sites surpeuplés manquent d'eau et les centres de santé tournent au ralenti. Combats, sécheresse, inondations, invasion de criquets… autant de problèmes qui poussent les Somaliens à fuir leurs habitations.

Le nombre de déplacés augmente sans cesse alors que les aides diminuent. Au Sénégal, Dakar manque d’eau et a soif. Pour ne rien manquer de l’actualité africaine, inscrivez-vous à la newsletter du « Monde Afrique » depuis ce lien.

Au Sénégal, Dakar manque d’eau et a soif

Chaque samedi à 6 heures, retrouvez une semaine d’actualité et de débats traitée par la rédaction du « Monde Afrique ». Des pompes à eau traditionnelles sont installées au pied des immeubles par les propriétaires du quartier populaire Yeumbeul, dans la lointaine banlieue de Dakar. Une dizaine de fois par jour, Mimouna Fall vient y remplir ses bassines et bidons pour pouvoir faire le ménage, laver le linge ou cuisiner. « Mais je ne peux pas boire cette eau qui n’est pas potable. J’attends la nuit pour espérer avoir de l’eau qui coule du robinet », explique la mère de famille avant de repartir, sa bassine sur la tête, à travers les rues ensablées. Dans ce quartier, l’eau n’a jamais coulé à flot. « L'Afrique est une terre de défis » Retour Retour.

« L'Afrique est une terre de défis »

L’Inde affronte une crise de l’eau sans précédent. Retour sur terre pour le nationaliste hindou Narendra Modi. Après une campagne électorale tout feu, tout flamme, suivie d’une victoire historique aux législatives, fin mai, le premier ministre indien était sur un petit nuage. Mais à l’orée de son second mandat, il affronte une sécheresse des plus sévères, obligeant son gouvernement à se retrousser les manches plus vite que prévu. Une crise de l'eau sans précédent menace 600 millions de personnes en Inde. Les habitants du désert indien récupèrent les eaux de pluie grâce à une technique ancienne et complexe.

Une crise de l'eau sans précédent menace 600 millions de personnes en Inde

En Inde et au Pakistan, l'accès à l'eau de centaines de millions de personnes est menacé. L'avenir du Pakistan est menacé par la fonte des glaciers.

En Inde et au Pakistan, l'accès à l'eau de centaines de millions de personnes est menacé

Les montagnards d'Hassanabad habitent au cœur d'un paysage majestueux, mais vivent la peur au ventre. Celle du glacier pakistanais Shisper, masse de glace noire et acérée qui progresse vers eux jusqu'à quatre mètres par jour, exposant une région fragilisée par le réchauffement à de multiples dangers. Surplombant ce village situé à 2.100 mètres d'altitude, dans la chaine himalayenne de l'Hindou Kouch, le glacier Shisper, qui fait partie du massif de Karakoram, grandit et s'étend, un phénomène que les scientifiques n'arrivent pas encore à s'expliquer. Cette expansion touche selon la Nasa 200 autres glaciers dans le massif de Karakoram, lequel compte certains des plus hauts sommets du monde, dont le mythique K2 (8.600 mètres). Combinée à la fonte d'autres glaciers, elle entraîne des effets en chaîne qui touchent même le fleuve Indus.