background preloader

Le développement des nouvelles technologies

Facebook Twitter

Cultiver sans labour : les méthodes traditionnelles et les nouvelles technologies pour surmonter les défis actuels. Alors que la santé des sols est une priorité du programme politique de l’UE, Euractiv s’est entretenu avec l’agriculteur américain Trey Hill, dont l’approche agricole innovante explore les possibilités qu’offre l’agriculture sans labour.

Cultiver sans labour : les méthodes traditionnelles et les nouvelles technologies pour surmonter les défis actuels

La santé des sols est au cœur du Pacte vert pour l’Europe et des Objectifs de développement durable des Nations Unies. Ces deux feuilles de route ont pour mission de lutter contre la perte de la biodiversité, endiguer le changement climatique et soutenir une utilisation durable des terres. Néanmoins, selon un rapport publié récemment par le comité de mission (Mission Board) « Santé des sols et alimentation » de la Commission européenne, la dégradation des sols est « fréquente et vaste sur le territoire européen ». Selon le document, à l’heure actuelle, 25 à 30 % des sols européens « perdent leur teneur en carbone organique, s’érodent, sont tassés ou mélangés », tandis que 60 à 70 % se sont avérés « en mauvaise santé ». M. Désert : la grande muraille verte. Tech-Innov, la startup nigérienne qui mise sur la télé-irrigation. «L'Afrique détient 60% des terres arables de la planète et les recharges naturelles des nappes phréatiques y sont deux fois plus importantes qu'ailleurs, avec un taux d'ensoleillement d'environ 8 heures par jour», explique l'entrepreneur nigérien Abdou Maman Kané lorsqu'il revient sur ce qui l'a poussé à développer une solution de télé-irrigation pour optimiser l'utilisation de l'eau.

Tech-Innov, la startup nigérienne qui mise sur la télé-irrigation

Optimiser la production et son rendement Au Niger, les agriculteurs sont contraints d'irriguer leurs champs manuellement. Une tâche qui peut prendre jusqu'aux deux tiers de leurs temps. À cela s'ajoute le gaspillage, estimé à 50 voire 60% de l'eau collectée et lié, en grande partie, au manque d'infrastructures et aux transports désuets de l'eau par sceaux et tuyaux. Les pompes à fuel, utilisées pour faire remonter l'eau des nappes phréatiques et irriguer les champs, sont source de pollution et représentent un coût important pour les agriculteurs.

Des MOF pour récupérer l’humidité de l’air dans le désert. Dans le roman de science-fiction Dune, de Frank Herbert, les habitants de la planète désertique Arrakis utilisent des pièges à vent pour capturer l’humidité de l’air et la stocker dans des réservoirs.

Des MOF pour récupérer l’humidité de l’air dans le désert

Ce défi technique est crucial dans les régions désertiques de notre planète pour atteindre une certaine autosuffisance en eau. Plusieurs solutions existent déjà mais elles ne sont pas dénuées d’inconvénients. Par exemple, les « filets à brouillard » condensant les brumes matinales sont efficaces… pour peu que le climat et le relief s’y prêtent. Ils sont notamment utilisés au Pérou ou aux îles Canaries, mais en réalité, peu de régions arides sont concernées ! Inde : la technologie au service de l’agriculture.

L’actu : plateforme d’échanges entre paysans et scientifiques, suivi du cours des marchés par SMS, apprentissage des bons gestes agricoles sur DVD… plusieurs projets lancés ces dernières années en Inde ont amélioré la production agricole grâce aux nouvelles technologies.

Inde : la technologie au service de l’agriculture

Des initiatives qui pourraient être exportées dans le reste de l’Asie ou en Afrique. Les chiffres - 300 millions : nombre d’Indiens vivant en-dessous du seuil de pauvreté (un quart de la population).- 60% : pourcentage d’Indiens travaillant dans le secteur agricole, qui représente 22% du PIB.- 86% : pourcentage d’exploitations agricoles mesurant moins de 2,5 hectares.- 1 sur 4 : proportion d’agriculteurs indiens sachant lire. Une nouvelle technologie solaire pour produire de l'eau potable. Des appareils semblables à des réservoirs appelés alambics solaires utilisent le Soleil pour faire évaporer l’eau sale ou salée et condenser la vapeur en eau potable saine.

Une nouvelle technologie solaire pour produire de l'eau potable

Mais ses grands alambics sont coûteux ne peuvent pas produire suffisamment d’eau même pour une petite famille. Pour remédier à ce problème. des chercheurs ont mis au point un nouveau matériau qui accélère le processus d’évaporation, permettant ainsi à un petit alambic solaire de fournir toute l’eau potable dont une famille a besoin.

Si cette technologie s’avère suffisamment bon marché, elle pourrait fournir à des millions de personnes un accès à de l’eau potable dans les pays en développement. Nouvelle technologie d'irrigation automatisée pour créer des emplois et améliorer le revenu des agriculteurs - Objectif 2030 - Objectif 2030. Objectif n°2 : Sécurité alimentaire Le projet en détail Contexte La gestion de l'eau dans les pays africains est généralement basée sur le code de l'eau.

Nouvelle technologie d'irrigation automatisée pour créer des emplois et améliorer le revenu des agriculteurs - Objectif 2030 - Objectif 2030

Trente-sept pays, dont le Togo, ont ce type de texte qui régit la gestion des ressources en eau sur leur territoire. Les textes traitant plus spécifiquement de la gestion de l'irrigation par l'eau sont rares. Le projet Grâce à une nouvelle technologie d'irrigation, c'est près de 2000 hectares de terres que nous envisageons de rendre plus productive, tout en créant plus de 2100 emplois pour les jeunes et en élargissant la marge de compétitivité des produits agricoles irrigués. Le coût du projet est estimé à 363 935 Euros avec 100 000 Euros en montant de financement de départ sollicité et un taux de rendement interne de 89,45% à partir de la deuxième année, période de récupération en année 3. Niger: l'irrigation à distance par téléphone pourrait changer la vie des paysans.

Arroser son champ à distance avec un téléphone portable: si elle peut paraître curieuse, l'invention du Nigérien Abdou Maman pourrait bien bouleverser l'agriculture dans son pays, où l'accès à l'eau est un combat quotidien.

Niger: l'irrigation à distance par téléphone pourrait changer la vie des paysans

La «télé-irrigation» n'est pas à proprement parler une nouvelle technique d'irrigation.