background preloader

Nouveau bonheur et bonheur collectif

Facebook Twitter

Eudémonisme : c’est le terme technique qui qualifie toute pensée qui a pour but principal la recherche du bonheur, qu’il soit individuel ou collectif. De cette manière, on peut dire que la philosophie stoïcienne ou le marxisme sont des eudémonismes.

Le bonheur n'est pas au bout du chemin, le bonheur est le chemin. Et si un proverbe tibétain devenait la base de toute vision d'entreprise ?

Le bonheur n'est pas au bout du chemin, le bonheur est le chemin

Produire du bonheur, parce que le bonheur selon Joseph Stiglitz doit devenir un indicateur macroéconomique, et si nous en faisions déjà une norme ISO pour toutes les entreprises ? Produire du bonheur, ce n'est pas seulement ouvrir un cadeau, faire plaisir à ses proches. "Marketingment" parlant, c'est imaginer, étudier, concevoir puis tester et lancer... Le marketing doit aujourd'hui être plus que cela, être plus holistique, plus global. Daniel Kahneman: The riddle of experience vs. memory. MMI : L'innovation, la technologie et le bonheur: Andreù Solé et la conception du bonheur. Revenons sur cette notion de monde.

MMI : L'innovation, la technologie et le bonheur: Andreù Solé et la conception du bonheur

Qu’est ce qu’un monde ? Pour Andreù Solé, un monde est une conception du bonheur. Chaque nouveau monde est une réinvention du bonheur. Introduire la nouvelle stratégie du bonheur des consommateurs en marketing. Les consommateurs ne veulent plus juste être satisfaits, mais être plus heureux.

Introduire la nouvelle stratégie du bonheur des consommateurs en marketing

Aujourd’hui, concevoir la raison d’être et la raison de vivre orchestre la nouvelle stratégie du bonheur-consommateur. Le succès de votre produit à long terme dépend des expériences-client et est l’alternateur de sa fidélisation. Les marques peuvent-elles nous apporter du bonheur ? Thèmes et marques abordés Marques, bonheur, bien-être, stratégie, marché, clients, consommateurs, crise, prix, distribution, moral, Résumé du document Avant d'étudier la question du bonheur de façon plus précise, il convient d'observer le mot de façon globale, bien que "sur la nature même du bonheur, on ne s'entend pas" (Aristote, Ethique à Nicomaque).

Les marques peuvent-elles nous apporter du bonheur ?

Pour cela, une analyse étymologique permet de véritablement comprendre la portée de ce terme, et de mieux appréhender les deux sens déjà évoqués dans l'introduction quant à la définition du bonheur. L'idée de bonheur associe deux éléments essentiels : Bonheur et croissance économique - Economiedubonheur.com, le site francophone de référence sur l'économie du bonheur. Dans la théorie économique traditionnelle, davantage de croissance, c’est davantage de bien-être matériel et donc davantage de bonheur.

Bonheur et croissance économique - Economiedubonheur.com, le site francophone de référence sur l'économie du bonheur.

Or, les recherches sur le relation entre revenu et bonheur montrent que ce n’est pas forcément vrai. D’abord, que ce soit entre pays ou à l’intérieur des pays, la relation entre bonheur et revenu paraît curvilinéaire : l’augmentation du revenu, lorsque le revenu est faible, aide à l’amélioration du bonheur, puis, à partir d’un seuil qui varie selon les études, l’augmentation du revenu n’a plus d’incidence sur le bonheur. Ensuite, dans les pays riches, la croissance économique n’a pas permis une augmentation du bonheur. Pour expliquer ce phénomène, les économistes du bonheur utilisent les arguments de la comparaison sociale et de l’adaptation. La comparaison sociale est ici le fait de comparer ses revenus aux revenus des autres. La vision philosophique du Bonheur. A l’origine du questionnement sur le bonheur, il y a les réflexions des philosophes de l’Antiquité.

La vision philosophique du Bonheur

Chez les Grecs, Aristote (382-322 av. J.

Pyramide des besoins