background preloader

Conditions de travail

Facebook Twitter

Quelle serait la semaine idéale de la génération Y ? Chez les millenials, l'écart entre rêve et réalité du quotidien professionnel est parfois criant, selon une étude Deloitte.

Quelle serait la semaine idéale de la génération Y ?

Le cabinet Deloitte révèle quelle serait la semaine idéale aux yeux des salariés issus de la génération Y (également nommée Millenials), c'est-à-dire ceux nés à partir de 1982. Ces derniers souhaiteraient notamment passer dans l'idéal 4,6 heures par semaine à échanger autour de nouvelles idées et façon de travailler et 4,5 heures à développer des compétences managériales. Mais le temps consacré à ces activités est respectivement de 3,3 heures et de 2,7 heures.

Les participants à l'étude émettent la volonté d'être coachés ou tutorés 3,6 heures par semaine, contre 2,4 heures en réalité. Ils pointent également le temps perdu à traiter des e-mails (4,8 heures par semaine alors que l'idéal serait selon eux 4,1 heures). Si Carrefour peut être comparé à Auchan, H&M à Zara, ou encore la Macif à la Matmut, ces entreprises sont pourtant différentes et uniques par leur culture, et ce principe s’applique à toutes les organisations quel que soit leur secteur d’activité ou leur taille.

Qu’appelle-t-on culture d’entreprise ? En quoi est-elle si importante ? Eléments de réponse. Zoom sur les composantes de la culture d’entreprise La culture de l’entreprise, aussi appelée culture organisationnelle, se résume en un ensemble d’éléments qui définissent son fonctionnement, son identité, son esprit unique par rapport à ses concurrents. Esprit d'équipe et solidarité. Rendre performante une équipe de travail suppose évidemment un ensemble de facteurs techniques et organisationnels adaptés à son activité.

Esprit d'équipe et solidarité

Mais sa première ressource étant les hommes et les femmes qui la composent, le facteur managérial et relationnel y tient incontestablement un rôle décisif. Les paradoxes de la subordination En effet, plusieurs paradoxes se font jour, qui ne sont pas toujours aisés à surmonter : où se trouve la limite entre un alignement passif aux décisions prises par le manager… et le sens de l’initiative et de l’autonomie demandé à chacun ? 57% des PME sont freinées par leurs difficultés de recrutement. 1 PME sur 5 prévoit de recruter au premier semestre 2015.

57% des PME sont freinées par leurs difficultés de recrutement

Une bonne nouvelle qui traduit des carnets de commande en hausse ? Pas si simple... Le recrutement est en effet très souvent perçu par ces entreprises de taille moyenne comme complexe et risqué. Au point que beaucoup y renoncent, au risque de freiner leur croissance. Fin janvier 2015, la France comptait plus de 5,2 millions de demandeurs d’emploi. Problème : les petites entreprises peinent à trouver des profils en adéquation avec leurs besoins. Alors que les grandes entreprises investissent écoles et universités, l’univers des PME reste assez méconnu des jeunes diplômés, particulièrement des Bac +2. Par ailleurs, beaucoup de PME proposent des emplois qui demandent une grande polyvalence et impliquent de nombreuses responsabilités. La publication d’offres sur les sites d’emploi tend à se répandre dans les petites et moyennes entreprises. Crédit image © Rawpixel | Fotolia. Lean. La performance visée s'obtiendrait-elle au détriment des conditions de travail ? Publié le 23-NOV-12 par ANACT | Imprimer Le Lean s’est largement déployé ces dernières années dans les entreprises.

Lean. La performance visée s'obtiendrait-elle au détriment des conditions de travail ?

Perçu comme un nouveau levier d’action de la performance, il est néanmoins sujet à controverses. Pour favoriser l'échange de points de vue, l'Aract Poitou-Charentes a organisé le 13 septembre 2012 une conférence sur le sujet. Beaucoup de démarches d’amélioration continue des systèmes de production s'appuient sur les valeurs et objectifs du lean : recherche de performance avec des promesses de gains de productivité rapides par la création de valeur et l’élimination des gaspillages, tout en revendiquant une amélioration des conditions de travail. Prévention des TMS : le point de vue des partenaires sociaux. Publié le 27-AUG-10 par ANACT | Imprimer Le Forum « Prévenir les troubles musculo-squelettiques : osons l’innovation », organisé dans le cadre de la 7ème Semaine pour la Qualité de Vie au travail, a rassemblé plus de 800 personnes le 17 juin dernier à Paris.

Prévention des TMS : le point de vue des partenaires sociaux

L'occasion pour les partenaires sociaux de présenter leur approche de la prévention des TMS. Joël Lachevre s'exprime pour la CFTC Philippe Maussion, Sandrine Villalon et Roselyne Jimenez s'expriment pour la CFDT François Pellet s'exprime pour le MEDEF Yves Bongiorno s'exprime pour la CGT Jean Marc Bilquez s'exprime pour FO Voir également des interviews d'acteurs de la prévention Plus d'informations sur la 7ème SQVT sur le site dédié www.qualitedevieautravail.org.

Quand le bureau devient bourreau. Si le stress au travail s’avère relativement fréquent, le burnout en est une variation extrême qui peut mener à une issue tragique.

Quand le bureau devient bourreau

Le travail est-il notre pire ennemi ? Nous met-il en danger de mort ? Depuis plus d’une année, la souffrance dramatique des employés ou les suicides par dizaines de certains professionnels sont relayés par les médias. Comment en est-on arrivé à de telles souffrances ? Comment expliquer (si cela s’avère possible) qu’une détresse professionnelle puisse conduire au suicide ? Premie [ lire la suite... ] Article de 1794 mots. Maître de conférences en psychologie clinique et psychopathologie à l’université de Nantes, psychologue clinicien et psychothérapeute.