background preloader

1001 feuilles 2017

Facebook Twitter

Nicolas Dickner, romancier montréalais, nous livre ici une intrigue originale sur fond de piratage informatique.

Fruit d'innombrables recherches sur le transport maritime moderne, l'auteur a mis cinq années à construire l'histoire. le titre du livre "Six degrés de liberté" est une expression utilisée en mécanique qui désigne les six mouvements d'un objet dans l'espace. Je dois dire que j'ai eu du mal à entrer dans l'histoire. Celle-ci repose sur des explications bien compliquées pour une personne non passionnée par les nouvelles technologies, l'inconnu de la programmation et la multiplicité des abréviations informatiques (à la fin du livre on retrouve d'ailleurs une longue liste regroupant toutes les abréviations techniques utilisées).L'intrigue débute à Québec et repose en partie sur les personnages de Lisa Routier-Savoie et de Eric le Blanc, deux adolescents.

Lisa habite sur les bords du Saint-Laurent et vit partagée entre ses parents, divorcés. Lien : On vit dans la maison bleue.

Ce n’est pas notre maison, mais on y passe notre enfance. Nos pieds et nos voix retentissent, les directeurs sont obligés de s’énerver et de nous gronder, ce qui est tout à fait normal, même avec des enfants très sages. Madame Morceau nous dirige, avec son mari. Des maîtres viennent la journée. On a quatre cuisinières. . + Lire la suite. « Il m'avait laissé seul à seul avec la parole, avec le désordre de la parole et mille pensées s'embouchant comme dans un entonnoir dont, peut-être, il essayait de comprendre les lois internes de sélection »C'est ça, exactement ça, le dernier livre de Tanguy Viel : il nous laisse seul avec le désordre de la parole.

La parole d'un homme. Durant près de 300 pages, nous allons écouter Gérard Airaudeau.

Stéphanie Hochet L'animal et son biographe Rivages février 2017 ( 191 pages 18€)Les organisateurs de rencontres littéraires ne manquent pas d'imagination.

L'été, ce sont les nocturnes littéraires, festivals, écrivains en bord de mer, lectures sous l'arbre.La narratrice, double de Stéphanie Hochet, est conviée à l'animation culturelle de campings : « littérature en tongs » dans le Lot. Rencontrer un public, c'est toujours une inconnue. Ne redoute-t-elle pas d' « être une curiosité » ? Editions Mercure de FranceMaestro, c'est le 1er roman de Cécile BALAVOINE tout juste sorti des presses.Oh, surprise, à la première page, il est écrit : "A vous.

". Ce roman m'intrigue, il s'adresse à moi ? Lectrice ? Ma curiosité est attisée, je plonge et n'en ressorts qu'en fermant la toute dernière page ! Je vais me livrer à un exercice difficile : chroniquer un coup de coeur.

Attention : gros coup de coeur pour ce roman qui tient à la fois du genre policier et de la critique sociale.

Yvan Gourlet, seize ans, adolescent très mal dans sa peau, est le narrateur de l'histoire. Il faut dire qu'à Montespieux-sur-la-Dourde, petite ville tristounette à une demi-heure de Lille, entre un père ouvrier chez Boulonex qui « cherche l'ivresse pour oublier la grisaille », puis urine sous le lampadaire avant de rentrer chez lui et une mère passionnée par la confection de sculptures d'animaux dans des mottes de beurre (oui, oui, vous avez bien lu !) Et par sa collection d'étiquettes de boîtes de camembert (la tyrosémiophilie… j'ai appris un mot !) Une plongée dans cette écriture trempée dans l'encrier de l'humanité, nous rappelle combien depuis "Les échoués" Pascal Manoukian, nous délivre du foisonnement tous azimuts des médias sur des sujets oh combien douloureux en éclaireur qui connait le terrain.L'histoire nous est connue, celle d'un jeune couple, qui a tout pour être heureux, Karim et Charlotte, et au détour d'un acte haineux, Karim se retrouve à refaire sa vie avec des si....

Karim et Charlotte s'aiment et attendent leur premier enfant, loin des religions, qui pour eux symbolisent plus le parcours de leurs parents que le leur. Ils vivent dans le cosmopolitisme de leur jeunesse et essaient de ne pas heurter les susceptibilités familiales, ils respectent l'éducation reçue mais ils sont eux et vivent comme des jeunes de leur âge.

D .Decoin offre ici aux lecteurs de la Littérature, de la vraie , et tel qu'à son habitude, son roman est d'une lecture captivante.

Il nous fait entrer dans le Japon du XII ième siècle , au climat aussi rugueux que ne le sont ses habitants par l'intermédiaire d'une jeune femme Miyuki ,campagnarde pauvre et fraîchement veuve de son mari Katsuro, mort noyé en pêchant des carpes destinées aux étangs impériaux. C'était le meilleur pêcheur de cette région. Miyuki, se doit de transporter cette dernière pêche vers les hauts dignitaires chargés , dès réception de remercier le village tout entier.

Je me rends compte que je prends goût aux 1ers romans... d'autant qu'il s'agit du dernier crû, de celui de 2017 qui n'est même pas encore sorti en librairie, l'aventure a quelque chose de grisant je l'avoue. Un grand merci aux Editions Fayard et à Netgalley ! Trois femmes que des kilomètres séparent vont être liées à jamais par une une poignée de cheveux, une tresse.Smita habite en lnde, dans le petit village de Badapur.

Issue de la caste des Dalit ( Intouchables ), elle est considérée comme une impure. Les femmes Dalit son condamnées à vivre en marge des castes supérieures et à exercer le « métier » de ramasseuses de déchets organiques. Smita vit avec son mari et sa fille Lalita qui va bientôt avoir six ans. L'âge où elle devra à son tour accompagner sa mère dans ses durs labeurs mais Smita ne veut pas de cet avenir pour sa fille.