background preloader

Différencialisme

Facebook Twitter

Chaîne de salaamsp. Les Jeudis de l'IMA - Que veut dire être féministe islamique ? "Les féministes blanches et l’empire", ou le récit d’un complot féministe fantasmé. Sociologue et militante féministe, coordinatrice des Cahiers du féminisme (1977-1998), Josette Trat a souhaité proposer une réponse au livre de Félix Boggio Ewanjé-Epée et Stella Magliani-Belkacem - Les féministes blanches et l'empire - dont nous avons publié des "bonnes feuilles" sur notre site. Nous avons hésité avant de répondre à cet essai par souci de ne pas relancer une polémique qui a divisé la gauche radicale depuis plusieurs années. Mais après réflexion, il nous a semblé impossible d’ignorer ce pamphlet qui accumule les contrevérités historiques et les calomnies. Nous pensions avoir apporté dans notre livre collectif Cahiers du féminisme, dans le tourbillon du féminisme et de la lutte des classes des données suffisantes pour la clarification des enjeux de nos luttes et de nos choix en tant que féministes « luttes de classe » dans les quarante dernières années.

Ce n’est pas le cas, du moins, pour les auteur.es de ce livre. Le rapport à l’histoire Commentaire proprement délirant. « Les femmes musulmanes sont une vraie chance pour le féminisme ». Entretien avec Zahra Ali. Zahra Ali est engagée depuis de nombreuses années au sein de dynamiques musulmanes, féministes et antiracistes.

« Les femmes musulmanes sont une vraie chance pour le féminisme ». Entretien avec Zahra Ali

Elle est doctorante en sociologie à l'EHESS et à l'IFPO. Elle vient de publier Féminismes islamiques où elle donne la parole à des chercheuses et militantes investies dans les mouvements du féminisme islamique (Omaima Abou-Bakr, Zainah Anwar, Margot Badran, Asma Barlas, Malika Hamidi, Saida Kada, Hanane al-Laham, Asma Lamrabet et Ziba Mir-Hosseini). Dans cet ouvrage, elle défend la nécessité de « décoloniser le féminisme » afin de le renouveler. Contretemps : La parution de ton livre paraît d'autant plus importante aujourd’hui que parler de féminisme islamique suscite en France des réactions immédiates de surprise voire d’incompréhension. On se rappelle par exemple le tollé suscité par les propos d'Olivier Besancenot, qui avait affirmé, au moment de la de la candidature d'Ilham Moussaïd au NPA, « on peut être féministe et voilée ».

Zahra Ali : Effectivement. Faut-il réformer l'islam ? Mais la spécificité de Tareq Oubrou est d'avoir théorisé de la manière la plus aboutie une série de notions et de concepts qui formeront, peu ou prou, la trame de la plupart des discours réformistes diffusés jusqu'à ce jour en France, et les interventions écrite ou publique sur le réformisme islamique en France se positionnent généralement pour ou contre les positions du Girondin.

Faut-il réformer l'islam ?

Dès les années 2000, l'imam promeut une approche méthodologique à la fois d'ordre soufie dans son inspiration ésotérique, et orthopratique. Nourrie aujourd'hui par trente années d'imamat à Bordeaux, la démarche de Tareq Oubrou consiste à hiérarchiser rigoureusement les questions, les thèmes de réflexion et les priorités cultuelles qui se posent aux musulmans de France dans le double contexte sociétal et historique qui est le leur.

Tariq Ramadan donne des leçons aux Français à l'Assemblée Nationale en France. Tariq Ramadan vs Charlie Hebdo et Gilles-William Goldnadel. La PIR-idéologie, vertébrée par l'antisémitisme. Souvenirs.

La PIR-idéologie, vertébrée par l'antisémitisme.

Quand j'avais 14 ou 15 ans et que je commençais à vouloir agir pour changer le monde, le racisme faisait partie des motifs de mon opposition à l'ordre existant. La principale forme de racisme que je connaissais visait les gens dits de couleur, des noirs aux basanés, et sa forme la plus dangereuse visait les Arabes ou supposés tels (ils pouvaient être, en fait, berbères ou méridionaux en général). L'aspect religieux était secondaire, faisant partie d'un mépris plus général de leur culture et de leurs mœurs réelles ou supposés (et je précise qu'ayant grandi dans un pays de domination catholique et de l'école privée, et appartenant à la minorité laïque et mécréante, je l'aurai aperçu si il avait été central).

Ma première manif antiraciste doit dater du tout début des années 1980. Il s'agissait, clairement, de défendre les potes arabes ou basanés – et le slogan « Touche pas à mon pote » n'était pas encore apparu. A propos de l'antisémitisme. La PIR-idéologie. Le style-PIR. Résumé.