background preloader

Révolution francaise

Facebook Twitter

Leçon 5 : L'évolution politique de la France (1815-1914) 1 Les Etats Généraux. 2 La prise de la Bastille. 3 La marche des femmes sur Versailles. 4° - Année 1789. Le 14 Juillet 1789 - partie 1. Le 14 Juillet 1789 - partie 2. Le 14 Juillet 1789 partie 3. Ouverture des Etats Généraux (5 mai 1789) Le 14 Juillet 1789 - HD. Les montagnards se divisent sur la suite de la Terreur 1794. La Révolution française (2 minutes d'histoire)

C est Pas Sorcier La Révolution Française 1. Cest Pas Sorcier_ La Révolution Française 2. La fuite du roi à Varennes (20-21 juin 1791) Allô prof - La Révolution française (1789) La révolution Française. La Prise de la Bastille (14 juillet 1789) La prise de la Bastille (14 juillet 1789) : ses causes. Prise de la Bastille - 14 juillet 1789 - Les Années Lumières. Les montagnards se divisent sur la suite de la Terreur 1794. 1789 : La fin de la monarchie absolue.

Bv000007.jpg (JPEG Image, 784 × 612 pixels) La caricature au XVIIIème siècle. - L'évolution de la caricature en France. La caricature au XVIIIème → Le XVIIIème siècle ou siècle des Lumières amène en France, des idées révolutionnaires contre la monarchie du Duc d’Orléans et ensuite contre Louis XVI.

La caricature au XVIIIème siècle. - L'évolution de la caricature en France

Les bases de la société sont alors complétement remises en cause. Ainsi, une littérature d’idée se met progressivement en place et les écrivains luttent pour la liberté d’expression. Catherine II, un despote éclairé face à la Révolution française. Contexte historique Une autocrate, financière des Lumières puis de la contre-Révolution Depuis 1762, Catherine II règne en autocrate (unique détentrice d’un pouvoir dit de droit divin) sur une population essentiellement composée de serfs dans l’immense Empire russe.

Catherine II, un despote éclairé face à la Révolution française

Admiratrice des Lumières françaises, surnommée la « Sémiramis du Nord » par Voltaire, elle finance l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert. Lectrice de L’Esprit des lois (où Montesquieu considère que son prédécesseur Pierre le Grand avait donné « les mœurs et les manières de l’Europe » à la nation russe), elle s’attelle à la promotion des valeurs d’ordre public, de progrès matériel et d’éducation pour définitivement ancrer le pays à l’Europe occidentale. C’est cette image de despote éclairé qu’elle entend donner d’elle quand Johann Baptist Lampi, portraitiste de la cour d’Autriche, la peint à Saint-Pétersbourg en 1793.