background preloader

Chapitre 2 : la réponse immunitaire adaptative

Facebook Twitter

Activités, corrections et cours. Au coeur des organes : L'immunité adaptative. COURS - La réponse immunitaire adaptative. Leuco War. Les grandes pandémies de l'histoire : la grippe espagnole. À l'origine de la grippe espagnole - #CulturePrime. Covid-19 : que sait-on du "cocktail expérimental" prescrit à Donald Trump ? Hospitalisé après avoir été testé positif, le président américain a reçu un traitement à base d'anticorps de synthèse développé par la firme Regeneron.

Covid-19 : que sait-on du "cocktail expérimental" prescrit à Donald Trump ?

"Je vais bien, je crois ! Merci à tous ! " Dans son premier tweet depuis son arrivée dans un hôpital militaire dans la banlieue de Washington, vendredi 2 octobre, Donald Trump s'est montré rassurant. Testé positif au Covid-19 quelques heures plus tôt, à l'instar de son épouse Melania, le président des Etats-Unis "souffre de fatigue mais a le moral", selon les mots de son médecin, Sean Conley. Dans un bulletin de santé transmis à la presse, ce dernier donne quelques précisions sur le traitement reçu par Donald Trump : les médecins lui ont injecté une dose de 8 grammes du cocktail expérimental d'anticorps de synthèse développé par la société Regeneron.

Il imite la réponse immunitaire de l'organisme Il n'a pas encore été autorisé sur le marché Il coûte très cher et il est difficile à produire. Les lymphocytes T cytotoxiques : de véritables tueurs ? Le système immunitaire est constitué d’une diversité de cellules et de molécules, toutes impliquées dans la protection de l’organisme contre les éléments reconnus comme étrangers tels que les agents infectieux (e.g. bactéries, virus, parasites…) ou les cellules cancéreuses.

Les lymphocytes T cytotoxiques : de véritables tueurs ?

Suite à la reconnaissance de l’agent étranger, des réponses immunitaires sont rapidement mises en place, en moins de quelques heures : ces premières réponses correspondent à l’immunité innée, et font intervenir des cellules et molécules particulières (e.g. cellules dendritiques, macrophages, neutrophiles, protéines du complément…) ainsi qu’un phénomène d’inflammation. Toutefois, si le corps étranger n’est pas éliminé par les réponses innées, une deuxième vague de réponse intervient alors, quelques jours plus tard : c’est l’immunité adaptative, qui repose sur l’action des lymphocytes B et lymphocytes T (LT). Le caractère de « tueur » des LTc constituait jusqu’ici la vision paradigmatique. 1. 1.2. 2. 3. 3.1. 3.2. 4. Les formes sévères de Covid-19 seraient liées à une réponse anticorps de type...

Durant les premiers temps de la pandémie, de nombreux immunologistes, dont moi-même, ont supposé que les patients qui produisaient de grandes quantités d’anticorps suffisamment tôt au cours de l’infection par le coronavirus SARS-CoV-2 ne développeraient pas la maladie.

Les formes sévères de Covid-19 seraient liées à une réponse anticorps de type...

Nous nous sommes trompés. Après plusieurs mois passés à étudier la Covid-19, comme d’autres scientifiques, j’ai fini par réaliser que la situation est en réalité bien plus compliquée que ce que je pensais initialement. Je suis immunologiste à l’Université Emory d’Atlanta, aux États-Unis, où je travaille sous la direction du Dr Ignacio Sanz, responsable du département de rhumatologie de notre établissement. Combien de temps les anticorps anti-Covid-19 restent-ils dans l’organisme ? Dès l’apparition du SARS-CoV-2 il y a environ dix mois, une question s’est rapidement posée : les anticorps développés par l’organisme contre le nouveau coronavirus restent-ils longtemps présents dans le corps ?

Combien de temps les anticorps anti-Covid-19 restent-ils dans l’organisme ?

De la réponse, longtemps débattue, dépend en partie la durée de protection contre une éventuelle réinfection, la possibilité d’utiliser le plasma de convalescents pour soigner les malades ainsi que l’efficacité des tests de diagnostic. Il importe donc d’en savoir plus sur le devenir des anticorps anti-Covid-19. Deux études récentes apportent des éléments de réponse. Dans la première, Richelle Charles, de la faculté de médecine de Harvard, à Boston, aux États-Unis, a avec ses collègues suivi pendant 122 jours après l’apparition des symptômes les quantités sanguines en anticorps de 343 malades du Covid-19 dont 93 % avaient été hospitalisés.

Pandémie de grippe russe : une COVID du XIXe siècle ? En termes de pandémie virale respiratoire, il est fréquent d'évoquer la grippe espagnole de 1918 comme point de référence.

Pandémie de grippe russe : une COVID du XIXe siècle ?

Pourtant, dans le contexte de la COVID-19, il semble plus pertinent d'évoquer une autre pandémie, plus ancienne : la grippe russe qui sévit à travers le monde entre l'automne 1889 et le printemps 1894 (voire 1895). Également appelée grippe de Saint-Pétersbourg, grippe asiatique ou influenza, cette pandémie, la première de l'ère industrielle à être richement documentée, est particulièrement intéressante car elle évoque par de très nombreux aspects celle que nous traversons aujourd'hui.

De plus, un faisceau d'éléments génétiques et épidémiologiques permettent d'évoquer la possibilité qu'elle ait été due, non pas à un virus grippal, mais à un coronavirus transmis par un animal, coronavirus qui est toujours présent parmi nous. Animalier / animalière de laboratoire - Onisep. (25) Immunité adaptative 1 : Cellules de l'Immunité Adaptative - SVT - SANTÉ 1ère spé #8 - Mathrix. (25) Immunité adaptative 2 : Lymphocytes B et Anticorps - SVT - SANTÉ 1ère spé #9 - Mathrix.

Immunité adaptative 3 : Test d'Ouchterlony - SVT - SANTÉ 1ère spé #10 - Mathrix. (25) Immunité adaptative 5 : Lymphocytes T8 et T4, Le SIDA - SVT - SANTÉ 1ère spé #12 - Mathrix. (25) Immunité adaptative 6 : Schéma Bilan- SVT - SANTÉ 1ère spé #13 - Mathrix.