background preloader

Solution alimentaires

Facebook Twitter

Calendrier_fruit1.jpg (Image JPEG, 759x858 pixels) - Redimensionnée (70%) Les jus qui guérissent. Depuis vingt ans, une véritable folie s’est emparée du mouvement bio aux Etats-Unis mais, curieusement, elle n’a toujours pas vraiment traversé l’océan : la folie du « juicing ». Le « juicing » vient du mot « juice », jus, et consiste tout simplement à fabriquer chez soi des jus frais à partir de légumes et fruits crus, consommés quotidiennement, voire plusieurs fois par jour pour les personnes cherchant à obtenir un effet particulier sur leur santé. En effet, il ne s’agit pas seulement de se faire plaisir, bien que de nombreux cocktails soient absolument délicieux. Le but est également de guérir. Selon les spécialistes des jus, il existe des cocktails : contre la migrainepour un meilleur sommeilcontre les boutonsun « élixir de jeunesse »contre les ballonnementspour bien se préparer à déguster un copieux repaspour se reminéraliseretc… Juste un exemple de cocktail tout simple que j’ai fait hier soir et que j’ai trouvé délicieux : Mélanger deux pommes avec 1 grosse côte de céleri en branche.

Guide_vegetarien.pdf (Objet application/pdf) Pourquoi devenir végétarien ? Raison 1 : l’environnement « Végébon. Cet article est le premier d’une série sur les raisons pour lesquelles on peut vouloir être végétarien. Je commence par la raison écologique, non pas parce que c’est la plus importante (à chacun de voir) mais parce que ça a été un sujet d’actualité pendant tout le début de l’hiver, avec le sommet de l’ONU pour le climat, tenu en décembre à Copenhague.

A cette occasion, certains d’entre vous ont peut-être aperçu cette bannière sur des blogs, pour alerter sur l’importance de la consommation de viande (poisson inclus) sur le changement climatique. J’ai voulu éviter la simple traduction de vieux chiffres portant sur l’élevage aux USA, et je vous présente ici ce que j’ai pu trouver de plus récent et adapté à la France, en cherchant sur des sites internationaux comme celui de la FAO (branche de l’ONU qui promeut l’agriculture), des sites français gouvernementaux, des sites de professionnels de l’élevage en France et des articles publiés dans des revues scientifiques (notamment cet article).

A. Spiruline ou l'algue miracle. Le topinambour. Topinambours sautés : une fois qu'ils sont cuits et épluchés, coupez les topinambours en gros cubes et faites-les sauter avec du beurre ou de l'huile d'olive dans une poêle. Salez et poivrez-les. Saupoudrez-les de ciboulette ou de cerfeuil frais ciselé. Purée de topinambours : une fois qu'ils sont cuits et épluchés, passez les topinambours au moulin à légumes, ajoutez un peu de beurre, salez et poivrez, mélangez. Soupe de topinambours : lavez 1 kilo de topinambours en les frottant soigneusement (sans les éplucher). Disposez-les dans une casserole, ajoutez un litre de lait, salez légèrement et portez à ébullition. Faites cuire à petit frémissement pendant 30 minutes. Au bout de ce temps, mixez le tout jusqu'à l'obtention d'une texture veloutée. Les amis du topinambour : l'ail, la ciboulette, le cerfeuil, le poireau, les volailles, l'amande. Les vertus du topinambour : moyennement calorique (44 kcal/100g), le topinambour est très riche en fibres, pauvre en protéines et en graisses.

Légumes d'antan, retour gagnant. ESPÈCE DE CUCURBITACÉ ! ~ Dossier ~ Tomate Cerise ~ Les légumes anciens interdits à la vente - Ariège. Ils égayent nos marchés avec leurs couleurs années « 70 » et leurs formes improbables, à mi-chemin entre des mini Barbapapa amusantes et des sex toys turgescents. Sauf que… vendre de vieux légumes ou légumes anciens peut nous mener tout droit au panier à salade. À tout le moins au regard de la loi. En effet, le commerce de fruits, légumes et semences de plantes potagères est soumis à une réglementation des plus strictes. Les maraîchers n'ont pas le droit d'acheter des graines de vieux légumes, a fortiori de les vendre ni même de les échanger. Ne pas respecter cet état de fait s'apparente à un acte répréhensible par la loi, passible d'amendes particulièrement dissuasives, voire de peine d'emprisonnement.

Certes, la loi n'est pas véritablement appliquée mais à tout moment sur le marché, la direction de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes pourrait envoyer des contrôleurs et sévir. Culture. R.I.B. Coordonnées bancaires. S'inscrire à la lettre d'information de François Couplan En notant votre adresse e-mail dans le cadre ci-dessous, vous recevrez régulièrement, gratuitement et sans engagement, des informations sur les plantes et leurs usages, avec des recettes, ainsi que les dernières nouveautés concernant nos projets, nos stages et les nouveaux livres de François Couplan. À très bientôt ! Cliquez ici pour télécharger notre première lettre d'information. Si elle vous plaît, inscrivez-vous gratuitement en entrant ci-dessus votre adresse e-mail. Bientôt, tous obligés d'être végétariens? ALIMENTATION Selon des experts des ressources en eau, l'humanité va devoir considérablement changer son mode d'alimentation...

Audrey Chauvet Créé le Mis à jour le Mots-clés alimentation On ne s’en rend pas compte, mais manger un steak revient à boire beaucoup d’eau. Ce n’est pas que les vaches soient de grandes assoiffées, mais les milliers de litres qui ont servi à produire la nourriture pour le bétail impactent considérablement «l’empreinte eau» de nos assiettes de carnivores. De 20% à 5% de viande dans l’assiette De 20% de nos assiettes, la part d’aliments carnés devrait être portée à 5% seulement si l’on veut que les deux milliards d’humains supplémentaires en 2050 aient aussi accès à la viande. Une nouvelle recette pour nourrir le monde Il va donc falloir faire un choix: manger de la viande ou produire de l’électricité grâce à la force hydraulique, et des compromis en partageant équitablement les ressources avec les pays en forte croissance démographique.

Étiquetez-les vous-mêmes: nouvelle campagne contre les OGM. USA / / Amérique du nord Si les militants ont perdu la bataille pour l’étiquetage obligatoire des OGM en Californie cette année, ils n’abandonnent pas leur combat. Malgré l’échec de la campagne Yes on Prop 37 (« Oui à la Proposition 37 »), elle a permis de donner naissance à un nouveau mouvement de « campagne décentralisé et autonome » qui encourage les citoyens à assurer l’étiquetage des OGM, eux-mêmes, dans leurs supermarchés locaux. © Label It Yourself Une défaite mais pas la fin du combat La Californie aurait pu devenir le premier état américain à autoriser l’étiquetage des OGM.

La mesure a toutefois été rejetée par 53,7 % des électeurs contre 46,3 % qui l’ont soutenue. Devant ce faible écart, les militants américains n’ont pas dit leur dernier mot. Il faut savoir qu’environ 90 % du maïs et du soja américains comportent des gènes modifiés – souvent pour leur permettre de tolérer l’herbicide Roundup de Monsanto. Comment étiqueter les aliments ? Mangezdesmauvaisesherbes. Plantes sauvages et comestibles. Comment mieux manger en dépensant moins -Les ventes directes court-circuitent les intermédiaires. A la ferme, dans des boutiques de producteurs, sur Internet… Les solutions pour acheter des produits locaux et de qualité se multiplient. Souvent plus savoureux que les aliments de supermarché, mais pas forcément plus chers. Les primeurs, la viande ou le fromage, tout vient du coin. C’est abordable et meilleur qu’à l’hypermarché !»

Danièle, une retraitée de Grenade, en grande banlieue de Toulouse, ne tarit pas d’éloges sur son magasin favori, Soyons fermes, où elle fait toutes ses courses d’alimentation depuis l’ouverture il y a deux ans. Bien que située en zone commerciale, la supérette est d’un genre nouveau : une boutique de producteurs gérée et approvisionnée par un groupement d’agriculteurs de la région. Comme le raconte Danièle, il est donc possible, sans se ruiner, de manger bien mieux qu’en faisant ses courses à l’hyper, en passant par ce que les professionnels appellent les «circuits courts».

Pour partie, cette tendance recouvre des pratiques séculaires. Film « Vers une restauration collective bonne, propre et juste » Le film « Vers une restauration collective bonne, propre et juste – produits frais et bonnes pratiques » présente le portrait de deux chefs de cuisine de restauration scolaire dont les pratiques sont remarquables à bien des égards, André Parra et Dominique Valadier.

Parmi les bonnes pratiques mises en œuvre par ces deux cuisiniers on retrouve l’utilisation de produits frais, bruts, de saison, en provenance de producteurs locaux et en partie issus de l’agriculture biologique. Ils brisent ainsi certaines idées préconçues sur la restauration collective et donnent de nombreuses pistes permettant de tendre vers une cuisine gastronomique en collectivité.

L’éducation au goût est aussi une dimension abordée dans ce document (présentation des plats, gestion des déchets, sensibilisation des professeurs et des élèves, etc.). Bref, une voie vers une restauration collective bonne, propre et juste ! André Parra travaille au lycée Paul Héraut de Gap dans les Hautes-Alpes. Slow Food vvv.

Végétarien ?

« On peut nourrir 10 milliards d’humains en bio sans défricher un hectare »