background preloader

Gustave Flaubert

Facebook Twitter

Vidéos Madame Bovary & Flaubert

Madame Bovary, de Flaubert : Analyse et Résumé (1/3) Analyse et résumé : Madame Bovary, de Gustave Flaubert (1/3) Première partie : Biographie et psychologie des personnages de Madame Bovary Gustave Flaubert prétendait, quand il était réaliste, l’être absolument, sans mélange et sans diversion, et il s’imposait cette loi. Or cela était absolument nouveau en France. Madame Bovary a fondé le réalisme dans notre pays. On était excédé de littérature d’imagination. Or, en 1850 le romantisme proprement dit était épuisé. Madame Bovary donne expression de la vie elle-même, à la fois dans sa complexité et dans son détail précis. Mais à l’ordinaire le personnage et ses entours sont peints d’ensemble et forment ensemble, comme dans la réalité nous voyons le personnage, et à cause de lui, et par rapport à lui, les objets qui l’entourent ou le paysage sur lequel il se détache.

Flaubert vit tellement avec ses personnages et comme en ses personnages qu’il ne peut voir que ce qu’ils voient ni sentir que ce qu’ils sentent. Les personnages M. Pied bot Hippolyte. Uvres - Madame Bovary. Madame Bovary Charpentier, 1873. Édition numérique établiepar Danielle Girard et Yvan Leclerc. Première partie Nous étions à l'Étude, quand le Proviseur entra, suivi d'un nouveau habillé en bourgeois et d'un garçon de classe qui portait un grand pupitre. Ceux qui dormaient se réveillèrent, et chacun se leva comme surpris dans son travail. Le Proviseur nous fit signe de nous rasseoir ; puis, se tournant vers le maître d'études : — Monsieur Roger, lui dit-il à demi-voix, voici un élève que je vous recommande, il entre en cinquième. Resté dans l'angle, derrière la porte, si bien qu'on l'apercevait à peine, le nouveau était un gars de la campagne, d'une quinzaine d'années environ, et plus haut de taille qu'aucun de nous tous.

On commença la récitation des leçons. Mais, soit qu'il n'eût pas remarqué cette manœuvre ou qu'il n'eût osé s'y soumettre, la prière était finie que le nouveau tenait encore sa casquette sur ses deux genoux. . — Levez-vous, dit le professeur. Il se leva ; sa casquette tomba. Résumé de la deuxième partie de Madame Bovary - Madame Bovary | Madame Bovary. Chapitre 1 : Attendus au Lion d’Or, une petite auberge tenue par Mme Lefrançois dans la petite commune d’Yonville-l’Abbaye, le couple Bovary est en route. Pendant ce temps, la veuve Lefrançois met tout en place pour l’arrivée de ses invités. Emma et Charles arrivent en retard et expliquent que ce retard est dû à la fuite de la chienne de la jeune femme lors du trajet.

Malgré les recherches, impossible de la retrouver, ce qui attriste encore plus Emma, que l’on tente de consoler après cette perte. Chapitre 2 : À table, Charles s’entretient avec M. Homais, pharmacien de la ville, à propos de l’exercice de la médecine tandis qu’Emma engage une conversation littéraire avec Léon Dupuis, un clerc de notaire habitué de l’auberge. Chapitre 3 : Emma donne alors naissance à une fille qui sera prénommée, après de nombreuses recherches, Berthe.

Chapitre 4 : La vie se poursuit avec la même monotonie à Yonville, tandis qu’Emma guette chaque jour le passage de Léon. Les personnages dans Madame Bovary - Madame Bovary | Madame Bovary. « Madame Bovary » est un roman écrit par Gustave Flaubert, paru en 1857. Ce livre ne compte pas moins de quinze personnages qui ont tous un rôle particulier.

Après les avoir présentés, nous verrons dans quelle mesure ils ont une importance dans le déroulement de l’histoire. Tout d’abord, la famille Bovary : Elle se compose de la mère, Emma Bovary, qui est le personnage principal de l’histoire. Charles Bovary, son mari et leur fille Berthe. Notons que Charles a épousé en premières noces, Héloïse. Il héritera de sa fortune à sa mort. La bonne d’Emma Bovary : Félicité. Les amants : Léon Dupuis et Rodolphe Boulanger. Les personnages de Yonville : Mme LeFrançois, propriétaire de « l’auberge du Lion d’Or », et veuve. Hippolyte, le garçon d’écurie de cette auberge. Homais, le pharmacien. Binet, percepteur et Capitaine des Pompiers. Notons aussi : M.

Emma Bovary : Le bovarisme est devenu un nom commun. Félicité : A la mort d’Emma, elle emportera la garde-robe de celle-ci et partira. Charles Bovary : Homais : À propos du pied bot d’Hippolyte | Les Amis de Flaubert et de Maupassant. Les Amis de Flaubert – Année 1956 – Bulletin n° 9 – Page 26 À propos du pied bot d’Hippolyte Dans le chapitre XI de Madame Bovary, on lit que Homais, ayant appris dernièrement l’éloge d’une nouvelle méthode pour la cure des pieds bots, conçut l’idée patriotique que Yonville, pour se mettre au niveau, devait avoir des opérations de Stréphopodie. Et il suggéra d’abord à Emma, puis à Charles Bovary, de tenter cette opération sur Hippolyte, le domestique de l’Auberge du Lion d’Or. Charles Bovary fit donc venir de Rouen le volume du docteur Duval et, tous les soirs, se prenant la tête entre les mains, il s’enfonçait dans cette lecture.

Or, au Musée Flaubert et d’Histoire de la Médecine situé à l’Hôtel-Dieu de Rouen, dans la maison natale de Gustave Flaubert nous venons de réintégrer les 1.200 volumes formant la Bibliothèque qu’Achille Flaubert fils avait léguée à l’Internat de l’Hôtel-Dieu. Il est curieux de comparer certains passages de ce livre aux pages du roman consacrées au pied bot. Dossier Mme Bovary : le Bal de la Vaubyessard. Le procès de Mme Bovary & Ses réécritures. Le procès de Madame Bovary | Les Amis de Flaubert et de Maupassant. Les Amis de Flaubert – Année 1978 – Bulletin n° 52 – Page 30 Le procès de Madame Bovary Le 31 janvier 1857 s’ouvrait devant le Tribunal Correctionnel de Paris l’un des plus curieux procès littéraires que la France ait connu.

Le procès de Madame Bovary . Au banc des accusés s’asseyaient trois prévenus : le gérant de la revue de Paris, l’imprimeur, et un jeune auteur encore inconnu, Gustave Flaubert. Celui-ci n’avait pas encore publié, Madame Bovary était sa première œuvre. Âgé de 35 ans, il était le fils du docteur Achille Flaubert, chirurgien-chef de l’Hôtel-Dieu de Rouen.

Après les décès de son père et de sa sœur, survenus la même année, il vivait seul avec sa mère dans le pavillon de Croisset, près de Rouen ; ce pavillon que Maupassant a si bien décrit : « C’était une jolie maison blanche de style ancien, plantée tout au bord de la Seine, au milieu d’un jardin magnifique qui s’étendait par-derrière et escaladait la grande côte de Canteleu. Il critique d’abord le titre. — « Pourquoi ? Dérivés - Madame Bovary - Réécritures et expansions. Ce titre, Strip-tease de Madame Bovary, à première vue, semble avoir à peu près autant de rapport avec le contenu du livre que La Cantatrice chauve. Recyclant les vagabondages érudits à l'ancienne dans les codes d'une esthétique résolument postmoderne, Paul Bouissac nous offre un roman écrit à la première personne, auquel il donne de surcroît la forme désuète du roman épistolaire.

Un anonyme voyageur-narrateur adresse vingt-six lettres (mais la quinzième manque) à une anonyme destinataire qu'il appelle simplement : « chère ». Il l'entretient pêle-mêle d'amis communs, d'une certaine Alice à qui font cortège d'autres improbables personnages nommés l'architecte, ou Algane, ou Lady Pamela, la Contessa, ou encore Lendurci. Edition génétique des manuscrits de Madame Bovary : le procès. L’année 1857 est restée célèbre dans les annales des procès intentés à la littérature : à quelques mois d’intervalle, Flaubert et Baudelaire comparaissent devant la sixième chambre du tribunal correctionnel de la Seine, sous le chef d’inculpation d’outrage à la morale publique et religieuse et aux bonnes mœurs, et en face du même procureur impérial, Ernest Pinard.

Madame Bovary est acquitté et Les Fleurs du mal condamné, mais dans les deux jugements se retrouvent identiquement le blâme pour excès de réalisme. Pendant la rédaction de son roman, Flaubert mesure l’effet social de son œuvre : il est très conscient d’écrire un livre qui scandalisera une partie de son public. Le procès à venir s’ouvre déjà dans le roman lui-même, par les discussions entre Charles et sa mère, qui veut interdire à Emma les « mauvais livres », et menace « d’avertir la police, si le libraire persistait dans son métier d’empoisonneur ». Le jugement est rendu huit jours après le procès, le 7 février 1857.

Gustave Flaubert - Textes de jeunesse I - texte intégral. Le lendemain en effet, par un beau lever de soleil, — le chasseur partit accompagné de sa grande levrette favorite, — de ses deux chiens bassets et du garde qui portait dans une large carnassière la poudre, les balles, le plomb, tous les ustensiles de chasse et un énorme pâté de canards que notre fiancé avait commandé lui-même depuis deux jours. Le piqueur sur son ordre donna du cor et ils s’avancèrent à grands pas vers la plaine. Aussitôt à une fenêtre du second étage un contrevent vert s’ouvrit et une tête entourée de longs cheveux blonds apparut à travers le jasmin qui montait le long du mur et dont le feuillage tapissait les briques rouges et blanches du château. Paul se détourna et après avoir regardé longtemps cette tête d’enfant fraîche et pure au milieu des fleurs, après avoir réfléchi que tout cela serait bientôt à lui et les fleurs et la jeune fille et l’amour qu’il y avait dans tout cela — il dit… Elle est gentille.

Tout redevint silencieux et calme. À dix heures, — M. Gustave Flaubert - Textes de jeunesse I - texte intégral. C’était par une folle nuit d’Italie au mois d’août, à Florence. Le palais ducal était illuminé, le peuple dansait sur les places publiques. Partout c’était des danses, des rires et du bruit. Pourtant la peste avait exercé ses ravages sur Florence et avait décimé ses habitants. Au palais aussi c’était des danses, des rires et du bruit mais non de joie. Or c’était Cosme de Médicis qui donnait toutes [ces] réjouissances publiques parce que son fils chéri François de Médicis était nommé Cardinal. Peut-être qu’au milieu de la danse dans le salon du duc quelqu’un des danseurs allait tomber sur le parquet et se convulsionner à la lueur des lustres et des glaces. La fête était resplendissante et belle. On lui jetait des couronnes, des fleurs, des odes, des vers. Dans un coin de la salle on voyait à un des groupes les plus considérables un homme vêtu de noir dont le maintien sérieux annonçait sans doute quelque profession savante.

C’était un singulier homme que le docteur Roderigo. Madame Bovary - Flaubert - Le Bal de la Vaubyessard (extrait de la première partie, chapitre VIII) Introduction : Gustave Flaubert (1821-1880). Très influencé par Balzac. Flaubert est un travailleur acharné qui "accouche" de son œuvre dans la douleur, et témoigne d'un souci du détail et d'un style de grande qualité. Trois œuvres à connaître : L'éducation sentimentale, roman d'apprentissage, Salaambo, grande fresque épique du temps des guerres de Carthage contre Rome, et Madame Bovary. - Madame Bovary fait scandale à sa sortie. L'œuvre subira un procès pour immoralité où le rôle du procureur est tenu par M.

Pinard (qui, quelques années plus tard, prononcera un réquisitoire contre Les Fleurs du Mal de Charles Baudelaire). Lecture du texte : Télécharger cet extrait de Madame Bovary - de Flaubert en version mp3 (clic droit - "enregistrer sous... ")Lu par Victoria - source : litteratureaudio.com Annonce des axes du commentaire Analyse : I. Focalisation interne : le lecteur connaît les pensées d'Emma, observant les moindres détails, percevant son passé comme « évanoui ». II. Conclusion : Le personnage de Monsieur Homais dans Madame Bovary de Flaubert. Le personnage de Monsieur Homais dans Madame Bovary de Flaubert Une étude de Jean-Luc. Bien que le titre du roman de Flaubert nous indique à l’évidence que le personnage principal est Emma Bovary, le sous-titre « Mœurs de province » nous apprend que l’auteur voulait brosser le portrait de la France provinciale du milieu du XIXe siècle.

Aussi n’est-il pas étonnant qu’il nous dépeigne les différentes classes sociales et au premier chef la petite bourgeoisie, au travers d’une galerie de personnages où se détache la figure du pharmacien Homais. Un sot prétentieux et pédant Ce personnage qui prendra ultérieurement de plus en plus d’importance dans le roman n’apparaît que dans la 2e partie. Avec son bonnet grec et son visage "quelque peu marqué de petite vérole" qui "n’exprimait rien que la satisfaction de soi-même", le pharmacien d’Yonville nous apparaît d’abord comme un sot prétentieux et pédant. Un scientiste voltairien inefficace et couard Un être retors, méprisable et dangereux Conclusion. Édition des manuscrits de Madame Bovary de Flaubert | Transcriptions | Classement génétique.

Deuxième partie Chapitre 1 46 - Description d'Yonville 47 - L'auberge du Lion d'or 48 - Présentation de Homais 49 - Binet - Léon 50 - Le curé 51 - Arrivée de l'Hirondelle Chapitre 2 52 - Arrivée des Bovary 53 - Discours d'Homais sur le climat 54 - Conversation entre Emma et Léon 55 - Maison des Bovary, la nuit Chapitre 3 56 - Présentation de Léon 57 - Homais : pratique illégale de la médecine 58 - La clientèle ne vient pas 59 - Accouchement d'Emma 60 - Baptême de Berthe 61 - En allant chez la nourrice 62 - Visite chez la nourrice 63 - Emma - Léon : retour à Yonville 64 - Ennui de Léon à Yonville Chapitre 4 65 - Léon sous les fenêtres d'Emma 66 - Soirées chez Homais 67 - Cadeaux entre Léon et Emma 68 - Léon hésite à se déclarer Chapitre 5 69 - Visite à la fabrique 70 - Emma compare Léon à Charles 71 - Emma se découvre amoureuse de Léon 72 - Visite de Lheureux 73 - Arrivée de Léon 74 - Attitude vertueuse d'Emma 75 - Calme apparent d'Emma 76 - Exaspération contre Charles.

Madame Bovary - Texte. Pour trouver un mot, tapez CTRL + F Première partie Nous étions à l'Étude, quand le Proviseur entra, suivi d'un nouveau habillé en bourgeois et d'un garçon de classe qui portait un grand pupitre. Ceux qui dormaient se réveillèrent, et chacun se leva comme surpris dans son travail. Le Proviseur nous fit signe de nous rasseoir ; puis, se tournant vers le maître d'études : – Monsieur Roger, lui dit-il à demi-voix, voici un élève que je vous recommande, il entre en cinquième.

Si son travail et sa conduite sont méritoires, il passera dans les grands, où l'appelle son âge. Resté dans l'angle, derrière la porte, si bien qu'on l'apercevait à peine, le nouveau était un gars de la campagne, d'une quinzaine d'années environ, et plus haut de taille qu'aucun de nous tous. Il avait les cheveux coupés droit sur le front, comme un chantre de village, l'air raisonnable et fort embarrassé. Une nuit, vers onze heures, ils furent réveillés par le bruit d'un cheval qui s'arrêta juste à la porte.