background preloader

GAFAM

Facebook Twitter

« Les Gafam défient désormais les principaux Etats du globe. Et ces derniers contre-attaquent » Chronique.

« Les Gafam défient désormais les principaux Etats du globe. Et ces derniers contre-attaquent »

Longtemps, le marché passé par les géants du Web avec le public est resté obscur. Forts de la promesse d’un monde sans frontières, vaste forum où toutes les libertés pourraient s’épanouir et les droits humains prospérer, où le travail serait enrichi par l’automatisation des tâches d’exécution, les promoteurs du numérique nous ont offert un univers fabuleux de messageries instantanées, de réseaux sociaux, de « nuages » aux capacités de stockage illimitées. Nous nous épanchons sur des visiophones planétaires, nous roulons malin grâce aux GPS participatifs, nous retrouvons en deux clics le nom ou l’idée oubliée, et partageons avec le monde entier nos enthousiasmes et nos colères. « Beaucoup de consommateurs croient qu’Internet est gratuit.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Pourquoi Google est dans le collimateur de 50 procureurs américains Il n’en est rien. Tristan Harris, l’ex-ingénieur qui veut empêcher la technologie de « dégrader l’humain » Et si, derrière l’actuelle « cacophonie » des « scandales » touchant les technologies numériques, il y avait une raison principale ? C’est la thèse exposée mardi 23 avril par Tristan Harris, le fondateur du Center for Humane Technology, une organisation à but non lucratif créée pour combattre les maux engendrés par la technologie. Pour lui, la technologie « dégrade l’humain », parce qu’elle a installé « une économie de l’extraction de l’attention », « une course pour pirater nos instincts » et transformé nos smartphones en « machines à sous ». Il voit là « la source » de la plupart des dangers de l’époque connectée : « la baisse de notre attention », « l’addiction de nos enfants aux écrans », « la polarisation du débat démocratique », « la transformation de la vie en une compétition de “J’aime” et de “partages” »… Silencieux depuis quelques mois, Tristan Harris est de retour pour proposer rien de moins « qu’une nouvelle direction pour la tech ».

Alexandre Piquard. Comment Facebook peut influencer le résultat d'une élection. Les GAFAM, des amis qui nous veulent du bien ? Scandale Facebook-Cambridge Analytica. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Scandale Facebook-Cambridge Analytica

Le scandale Facebook-Cambridge Analytica ou la fuite de données Facebook-Cambridge Analytica renvoie aux données personnelles de 87 millions d'utilisateurs Facebook[1] que la société Cambridge Analytica (CA) a commencé à recueillir dès 2014. Ces informations ont servi à influencer les intentions de vote en faveur d'hommes politiques qui ont retenu les services de CA. À la suite de la révélation de la fuite, les publics américain et britannique ont exprimé leur indignation. Même si la société Facebook s'est excusée, la valeur de ses titres boursiers a sensiblement décliné[2]. Historique[modifier | modifier le code] En juillet 2015, l'implication de CA dans les primaires présidentielles du Parti républicain américain de 2016 est dévoilée[4]. GAFAM. GAFAM est l'acronyme des géants du Web — Google, Apple, Facebook, Amazon et Microsoft — qui sont les cinq grandes firmes américaines (fondées entre le dernier quart du XXe siècle et le début du XXIe siècle) qui dominent le marché du numérique, parfois également nommées les Big Five, ou encore « The Five ».

GAFAM

Cet acronyme correspond au sigle GAFA initial, auquel le M signifiant Microsoft a été ajouté. Bien que, dans certains secteurs, une partie des cinq entreprises puissent être en concurrence directe, elles offrent globalement des produits ou services différents tout en présentant quelques caractéristiques en commun qui méritent de les réunir sous un même acronyme : par leur taille, elles sont particulièrement influentes sur l'Internet américain et européen, tant au niveau économique et politique que social, et sont régulièrement l'objet de critiques ou de poursuites sur le plan fiscal, sur des abus de position dominante et sur le non-respect de la vie privée des internautes. Qui sont les GAFAM ? Enjeux et problématiques de l’ogre du XXIe siècle.

L’histoire : Léa fait un rêve qui vire au cauchemar.

Qui sont les GAFAM ? Enjeux et problématiques de l’ogre du XXIe siècle

Un ogre prend de plus en plus de place à Troupaumé. Au départ il est gentil et rend plein de services. A la fin du rêve, il a pris toute la place et installé une quasi dictature à Troupaumé. Faut-il avoir peur des GAFA ? GAFA : ce sigle ne vous dit peut-être rien, mais vous avez bien deux minutes pour tenter d’y voir plus clair ?

Faut-il avoir peur des GAFA ?

GAFA, c’est l’acronyme utilisé pour désigner les 4 super-puissances que sont Google, Amazon, Facebook et Apple. Surfant entre l’admiration des uns, la suspicion des autres et les polémiques fiscales, les 4 géants américains, dont trois ont leurs sièges dans la Silicon Valley, donnent depuis une décennie le ton du marché mondial du numérique. Les GAFA, les ogres du numérique Côté finances, le quatuor représentait, en 2014, un chiffre d'affaires cumulé de 350 milliards de dollars, soit l'équivalent du PIB du Danemark.

Quant à leur capitalisation boursière, les GAFA pèsent plus lourd que l'ensemble des entreprises du CAC 40. Les GAFA dominent le marché et écrasent la concurrence : Apple traite 45 % du trafic web sur smartphone de la planète. Les GAFA, rois de l'optimisation fiscale Réalisateur : Maxime Chappet Producteur : Corner Prod Année de copyright : 2016 Année de production : 2016.