background preloader

11. L'énergie

Facebook Twitter

YouTube - Broadcast Yourself. Les Merveilles de la science/La Machine à vapeur. Notions concernant la vapeur dans l’antiquité et le moyen âge.

Les Merveilles de la science/La Machine à vapeur

La plupart des écrivains qui se sont occupés de l’histoire de la machine à vapeur, ont placé dans l’antiquité le berceau de cette invention. Cette opinion nous semble inadmissible. La machine à vapeur est d’origine moderne, et c’est vainement que l’on essayerait de chercher dans les traditions scientifiques de la Grèce et de Rome la trace des idées qui présidèrent à sa création. La science que nous désignons aujourd’hui sous le nom de physique, n’existait pas chez les anciens. Quelques connaissances dues au hasard, ou introduites par la pratique des arts vulgaires, résument toute la physique des Grecs. Placer au sein d’une pareille époque l’origine de la découverte la plus importante des temps modernes, c’est donc fausser les traditions de l’histoire, et le rapide examen des faits montrera sur quelles bases futiles cette opinion s’était fondée. Fig. 2 Ce Mathésius, d’après M. Robert Stuart ajoute : Les Merveilles de la science/L’Électro-magnétisme. Et les La découverte de l’électricité d’induction, due au physicien anglais Faraday, découverte capitale, et dont chaque jour révèle davantage la portée extraordinaire, ne date que d’environ trente ans.

Les Merveilles de la science/L’Électro-magnétisme

Fille de la théorie pure, elle avait été préparée et prévue par le physicien Ampère. La théorie des aimants de l’illustre physicien français, contenait en germe, les découvertes relatives aux phénomènes d’induction, et devait tôt ou tard conduire à les réaliser. « Les époques, écrivait Ampère en 1824, où l’on a ramené à un principe unique des phénomènes considérés auparavant comme dus à des causes différentes ont été presque toujours accompagnées de la découverte d’un très-grand nombre de faits nouveaux, parce qu’une nouvelle manière de concevoir les causes suggère une multitude d’expériences à tenter, d’explications à vérifier. » Ces paroles ont été justifiées de la manière la plus brillante, en ce qui concerne les travaux d’Ampère et sa féconde initiative.

Aussi le physicien allemand J. Les Merveilles de la science/La Pile de Volta. Nous sommes dans la ville de Cosme, en Milanais, pendant les premiers jours de l’année 1800, tout à fait à l’aurore du grand siècle des sciences physiques.

Les Merveilles de la science/La Pile de Volta

Si nous entrons dans le cabinet d’un physicien retiré dans cette ville, à la fin d’une longue carrière d’enseignement, nous y apercevrons un homme déjà âgé, qu’entoure tout un étrange attirail. Des pièces d’argent monnayé, des rondelles ou palets de zinc et de cuivre, sont épars autour de lui. Sur sa table, se dressent trois baguettes de bois, entre lesquelles il vient de superposer avec le plus grand soin, et toujours dans le même ordre, un palet de cuivre, un palet de zinc, une rondelle de drap mouillé ; puis encore, et toujours dans le même ordre, un palet de cuivre, un palet de zinc, une rondelle de drap mouillé. Les Merveilles de la science/Le Paratonnerre. Idées des anciens sur la foudre et les orages. — opinions des philosophes et des physiciens, dans les xviie et xviiie siècle, sur la cause du tonnerre : théorie de descartes, de boerhaave. — théorie classique du xviiie siècle sur la nature de la foudre. — moyens employés chez les anciens pour écarter la foudre. — temps mythologiques : promèthée, salmonée, zoroastre. — temps historiques : numa et tullus hostilius. — sylvius alladas. — aruns. — les médailles de m. laboessière. — le temple de jérusalem. — les vignes blanches et les peaux de veau marin employées chez les romains pour écarter la foudre. — épées plantées en l’air par les compagnons de xénophon. — les thraces déchargent des flèches contre les nuages orageux. — procédé de l’alchimiste abraham de gotha. — les perches plantées en terre, recommandées par gerbert. — conclusion.

Les Merveilles de la science/Le Paratonnerre

Les Merveilles de la science/Machine électrique. L’électricité dans l’antiquité et le moyen âge. — l’électricité pendant le xviie siècle. — travaux de gilbert et d’otto de guericke. — première machine électrique, construite par otto de guericke. — machine électrique de hauksbée.

Les Merveilles de la science/Machine électrique

L’histoire des sciences ressemble à celle des nations. Si les annales des peuples nous montrent quelques-unes de ces périodes brillantes, dans lesquelles les événements semblent se réunir et se presser, comme pour ajouter à la gloire, à la renommée d’un empire, on trouve aussi dans les fastes des sciences quelques-unes de ces époques privilégiées où le nombre, l’importance et la grandeur des découvertes, jettent le plus vif éclat sur le temps qui les vit naître. C’est une période de ce genre que parcourait la physique naissante au milieu du siècle dernier. Par quelle série de circonstances, l’étude de l’électricité, languissante jusqu’à cette époque, avait-elle conduit les physiciens à la découverte qui agitait tant d’esprits ?

« C’est à M.