background preloader

Q10 - L'Etat a-t-il des marges de manoeuvre en termes de politiq

Facebook Twitter

Les banques françaises face à la grande inconnue des taux zéro. La croissance n’aura pas droit à l’erreur en 2016. Le Monde | • Mis à jour le | Par Audrey Tonnelier C’est un trou d’air dont l’économie française, encore engluée dans une reprise atone, se serait bien passée.

La croissance n’aura pas droit à l’erreur en 2016

Au quatrième trimestre 2015, la croissance du PIB hexagonal ne devrait atteindre que 0,2 %, soit deux fois moins que ce que prévoyait l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) il y a encore deux mois, a annoncé celui-ci jeudi 17 décembre. La principale cause de cette décélération imprévue ? Les attentats du 13 novembre, qui vont minorer de 0,1 point de PIB la croissance sur les trois derniers mois de l’année. « Ces attaques meurtrières ont affaibli fortement et instantanément l’hébergement, la restauration, le transport et les loisirs. La consommation des ménages, socle de la reprise tricolore depuis plus d’un an, devrait donc trébucher en fin d’année. Commerce extérieur : pourquoi la France peine à regagner des parts de marché - Les Echos. Accueil Le déficit commercial s'est réduit grâce à la baisse du prix du pétrole, mais s'est accru hors énergie.

Commerce extérieur : pourquoi la France peine à regagner des parts de marché - Les Echos

Les parts de marché de la France à l'intérieur de la zone euro sont presque stabilisées.(...) Cet article est réservé aux abonnés, pour en profiter abonnez-vous. Et aussi sur les Echos Les articles à la une Immobilier - BTP Immobilier : les loyers seront bien encadrés cet été à Paris + VIDEO Le décret paru vendredi confirme que les loyers seront encadrés cet été. Immobilier Encadrement des loyers parisiens : les nouveaux prix. La baisse de l'euro peut-elle sauver l'Union européenne? - L'Express L'Expansion. Les temps changent.

La baisse de l'euro peut-elle sauver l'Union européenne? - L'Express L'Expansion

Il y a un an encore, l'euro était accusé de tous les maux parce qu'il était trop fort pour les économies du sud de l'Europe, dont la France. Bridant leur compétitivité et compromettant leurs chances de sortie de crise, au bénéfice quasi-exclusif de l'Allemagne, dont les excédents commerciaux justifient une devise forte. "L'euro fort est au coeur de la crise grecque" assurait l'économiste Jacques Sapir, auteur de Faut-il sortir de l'euro? (Seuil).

Mais depuis un an, la monnaie européenne ne cesse de perdre du terrain face au dollar. 1 euro vaut aujourd'hui 1,06 dollar, alors qu'en mars 2014 il était à près de 1,40. Deux ans d'euro faible Cette baisse tient à la langueur de l'économie en zone euro, mais elle est aussi un effet de la politique de "quantitative easing" annoncée depuis plusieurs mois par le président de la BCE Mario Draghi. "La Grèce potentiellement avantagée"

"Il faut une Allemagne qui mène une vraie politique de relance" (Macron) En Europe, "il faut des politiques budgétaires plus intelligemment articulées, une Allemagne qui mène une vraie politique de relance et un volontarisme accru en matière d'investissements.

"Il faut une Allemagne qui mène une vraie politique de relance" (Macron)

" Dans une interview publiée mardi 6 janvier dans la soirée sur le site Internet des Échos, le ministre français de l'Économie, Emmanuel Macron a estimé que l'Allemagne et la Banque centrale européenne devaient faire plus pour relancer l'économie européenne. "Responsabilité impérieuse" de la France et de l'Allemagne Au cours de cet entretien, le ministre a notamment déploré un "épuisement démocratique dans les pays soumis à l'austérité", tels que la Grèce, dont "la place est dans la zone euro, quel que soit son prochain gouvernement". Déficits, croissance: l'Europe prendrait-elle enfin la mesure du problème? - L'Express L'Expansion. Faut-il se réjouir, ou pas, de la baisse de l’euro ?

Depuis l’été 2014, la monnaie européenne a reculé de plus de 10 % face au dollar.

Faut-il se réjouir, ou pas, de la baisse de l’euro ?

L’euro faible a des effets positifs pour les économies européennes, mais cette faiblesse a aussi un revers négatif. Mercredi 14 janvier, pour la première fois depuis novembre 2005, l’euro est tombé à 1,1729 dollar, une valeur inférieure à son cour d’introduction, en janvier 1999 (1,1747 dollar). La devise européenne s’est certes ensuite un peu ressaisie. Consommation : le panier moyen de nouveau en baisse en 2014 - Les Echos.

A quoi ressembleront les cartes bancaires de demain ? Budget : Bruxelles devrait demander à Paris de faire davantage d'économies, Monde. Collectivités locales Réforme territoriale : les députés adoptent la carte à 13 régions La carte des 13 nouvelles régions a été adoptée en deuxième lecture à l’Assemblée nationale, dans la nuit de mercredi à jeudi.

Budget : Bruxelles devrait demander à Paris de faire davantage d'économies, Monde

Après un ultime débat... A Mulhouse, Sarkozy veut redessiner la France En meeting à Mulhouse, l’ancien président de la République a apporté son soutien aux élus alsaciens. Afrique - Moyen Orient Etat islamique : nouvelle vidéo de propagande visant la France.