background preloader

Manipulation

Facebook Twitter

Non, les photos d'Aylan n'ont pas été mises en scène. Robert Ménard : "La photo d'Aylan aussi a été recadrée et modifiée" "Ils arrivent !

Robert Ménard : "La photo d'Aylan aussi a été recadrée et modifiée"

" L'exclamation s'étale sur toute la largeur de la une du "journal de Béziers". Une nouvelle fois, le bulletin municipal dirigé par Robert Ménard, daté du 15 septembre, ne s'embarrasse d'aucune précaution déontologique : le cliché qui illustre la couverture est un photomontage qui laisse croire à l'arrivée de trains de migrants... directement en gare de Béziers. Grossier et malhonnête. Cette photo, prise en réalité le 18 juin par le photographe de l'AFP Robert Atanasovski, montre des migrants montant à bord d'un train macédonien en direction de la frontière serbe.

Migrants : la guerre des images. Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Samuel Laurent Ils se disent « français de souche », invoquent la « résistance au Grand Remplacement » ou plus généralement à l’islam et à l’immigration.

Migrants : la guerre des images

Sans être forcément encartés ou militants d’un parti, ils sont actifs sur Internet pour exprimer leurs idées, que ce soit sur les réseaux sociaux ou sur des sites « d’information alternative », qui forment ce qu’ils appellent la « réinfosphère ». De fdesouche à Dreuz en passant par Riposte laïque, cette « réacosphère », comme on la nomme parfois, se mobilise fortement depuis jeudi 3 septembre. Avec un objectif : tenter de contrecarrer la mobilisation qui naît en solidarité avec les réfugiés, et que la diffusion de la photo d’Aylan Kurdi, trois ans, mort noyé au large des côtes turques, semble avoir avivée. Tous les moyens sont bons pour y parvenir, y compris la manipulation. 1. Dès l’apparition de la photo, de très nombreux comptes et sites ont agité le spectre de la « propagande ». Si vous croisez cette photo sur Facebook, passez votre chemin. Que se disent-ils ?

Si vous croisez cette photo sur Facebook, passez votre chemin

« You say you want a revolution ? – Well, You know, we all want to change the world... » La photo circule sur Facebook et Twitter. Algérie-Belgique : quand l'extrême droite fait dans l'intox. Le match Algérie-Belgique, remporté par la seconde mardi soir 17 juin, n'a pas occasionné de débordements particuliers en France.

Algérie-Belgique : quand l'extrême droite fait dans l'intox

Au grand dam de certains. Depuis plusieurs jours en effet, dans les milieux de droite « dure » et d'extrême droite, on pariait sur des troubles à l'issue du match. Voire les appelait de ses voeux. Ainsi, le Bloc identitaire a été coller des affiches à la station de métro Barbès (quartier du 18e arrondissement de Paris à forte population issue de l'immigration maghrébine), assorti d'un commentaire sur son site : « À chaque match de l'équipe d'Algérie, Barbès est le théâtre de rassemblements haineux, provocateurs et anti-français de milliers de supporters algériens ».

Quand Hollande regarde le ciel, l'internaute regarde le cadrage. Après les images désastreuses du discours de Hollande, sous la pluie, à l’île de Sein, les pourfendeurs du président de la République s’en sont à nouveau donné à cœur joie lors du sommet de l’Otan à Newport au Pays de Galles.

Quand Hollande regarde le ciel, l'internaute regarde le cadrage

Deux photos, où il semble en complet décalage avec les autres dirigeants, ont beaucoup tourné sur les réseaux sociaux et certains sites d’infos. Cette photographie n'a rien à voir avec les enlèvements au Nigéria. Elle a été totalement sortie de son contexte et correspond en réalité à une image prise en 2000, en Guinée-Bissau, par la photojournaliste Ami Vitale.

Cette photographie n'a rien à voir avec les enlèvements au Nigéria

Depuis une semaine, les réseaux sociaux se mobilisent sous le slogan #Bringbackourgirls («Rendez-nous nos filles») pour tenter de faire libérer les 276 adolescentes nigérianes kidnappées par le groupe islamiste Boko Haram. Ne vous fiez pas à la bouleversante photo du petit garçon syrien traversant seul le désert. Cette photo est bouleversante: UN staff found 4 year-old Marwan crossing desert alone after being separated from family fleeing #Syria. pic.twitter.com/YdCt7gZrcN — Hala Gorani (@HalaGorani) February 17, 2014 Le Parisien, qui la reprend, comme de journaux français ou internationaux, la décrit ainsi: «L'enfant traîne un sac plastique, seul dans le vaste désert.

Ne vous fiez pas à la bouleversante photo du petit garçon syrien traversant seul le désert

Il est retrouvé par des membres d'une équipe de l'agence des Nations unies pour les réfugiés (HCR). La photo de cette scène, largement diffusée sur la toile, a ému les réseaux sociaux. Le quotidien français rapporte «l'issue heureuse»: Marwan retrouve ses proches. Mais sur Twitter, le représentant de l'UNHCR (agence des Nations unies pour les réfugiés), Andrew Harper, qui a le premier posté cette photo émouvante, a ensuite tweeté ceci («Merci à Jared pour cette photo montrant Marwan à l'arrière de ce groupe de réfugiés.

Re 'Marwan' from @And_Harper another image w context. Associated Press efface un photographe photoshopeur. La charte déontologique de l’agence Associated Press (AP) était pourtant claire : «Les photos doivent toujours dire la vérité.

Associated Press efface un photographe photoshopeur

Nous n’altérons ni ne manipulons, en aucune manière, le contenu d’une photographie. Aucun élément ne doit être numériquement ajouté ou retiré d’une photographie.» Pour avoir violé cette règle, le photographe free-lance Narciso Contreras sera donc interdit de collaboration avec l’agence américaine pour avoir retouché l’un de ses images prises en Syrie. Photo Narciso Contreras. AP Le cliché montre un rebelle dans le village syrien de Telata, le 29 septembre 2013.