background preloader

Bénéfice Comptable et Fiscal

Facebook Twitter

Les amortissements comptables : calcul, durée et méthodes. La valeur des immobilisations est répartie, en comptabilité, sur leur durée d’utilisation probable au moyen d‘amortissements.

Les amortissements comptables : calcul, durée et méthodes

Voici les principales caractéristiques des amortissements comptables d’immobilisations : qu’est-ce qu’un amortissement ? Quels sont les biens amortissables ? Quelles durées choisir pour amortir une immobilisation ? Quelles sont les différentes méthodes d’amortissement ? Comment calculer une dotation aux amortissements ? Précision : un autre article traite de manière plus détaillée la comptabilisation des amortissements d’immobilisations.

Qu’est-ce qu’un amortissement comptable ? Un amortissement correspond à une constatation de perte de valeur d’un bien, du fait de son usage (usure physique), de l’évolution technique (obsolescence de l’actif) ou bien tout simplement du temps. Faire le tableau d'amortissement linéaire d'une immobilisation. Comment faire un tableau d’amortissement d’immobilisation (mode linéaire) en comptabilité ?

Faire le tableau d'amortissement linéaire d'une immobilisation

Compta-Facile vous dévoile les points essentiels pour construire un tableau d’amortissement linéaire (également appelé plan d’amortissement). Règles générales sur l’amortissement linéaire Application de l’amortissement linéaire L’amortissement linéaire peut être pratiqué sur toute immobilisation amortissable. Il consiste à répartir de manière égale les amortissements sur la durée de vie de l’immobilisation.

Taux d’amortissement linéaire = 1 / durée d’amortissement (en années) Pour plus d’informations : durées d’amortissement en comptabilité. Fiscalement, le mode d’amortissement linéaire constitue le mode d’amortissement normal d’un bien. Date de départ de l’amortissement linéaire La date de départ de l’amortissement linéaire est la date de début de consommation des avantages économiques que procure le bien. En fiscalité, la même règle s’applique. Les amortissements - Leur calcul.

Cette feuille a été mise à jour en octobre 2010 Elle est extraite de notre "Cours de comptabilité...

Les amortissements - Leur calcul

" et elle est reprise dans le livre "Le culte et la législation" Le rôle de l'amortissement est de constater comptablement la dépréciation irréversible d'un actif, sa " consommation ". L'amortissement s'enregistre donc au débit d'un compte de charges : L'amortissement est le fait : · de l'usure physique ; · de l'évolution technique ; · et, dans le cas des immobilisations incorporelles, de règles juridiques (durée de protection légale ou juridique). Parmi les actifs qui se déprécient, il y a les immobilisations corporelles : ce sont les biens durables que l'association utilise pour son activité. Tous les actifs ne sont pas amortissables : Les terrains, par exemple, ne se déprécient pas (habituellement) par l'usage et le temps.

De façon plus générale, un actif n'est amortissable que si son usage est limité dans le temps. Chapitre 3 - Amortissement d'une immobilisation. Les amortissements comptables : calcul, durée et méthodes. Base d'imposition - Rectifications extra-comptables. 5709-PGPBIC - Base d'imposition - Rectifications extra-comptables3 BIC - Base d'imposition - Rectifications extra-comptables Pour obtenir le résultat net fiscal, il convient parfois en raison de l'existence de certaines dispositions spécifiques, de faire subir au résultat net comptable des rectifications extra-comptables positives (réintégrations) ou négatives (déductions). ll y a lieu également de tenir compte, pour la détermination du résultat fiscal, des abattements fiscaux et des déductions dont peuvent bénéficier certaines entreprises.

Ces rectifications et abattements apparaissent dans le tableau n° 2058 A (CERFA n° 10951) de « détermination du résultat fiscal » qui doit être joint à la déclaration annuelle des résultats des entreprises placées sous le régime d'imposition du bénéfice réel normal ou dans le tableau n° 2033 B (CERFA n° 10957) joint à la déclaration annuelle des résultats des entreprises placées sous le régime simplifié d'imposition.

A. . - déficits antérieurs ; B. 1. 2. Le résultat fiscal imposable à l’impôt sur le revenu. L’impôt sur le revenu est l’une des deux modalités d’imposition des bénéfices des entreprises.

Le résultat fiscal imposable à l’impôt sur le revenu

Le résultat de l’entreprise est dans ce cas intégré dans la déclaration de revenus dans la catégorie des bénéfices industriels et commerciaux (BIC), ou bénéfices non commerciaux (BNC) ou bénéfices agricoles (BA), selon l’activité de l’entreprise. La notion de résultat fiscal. Comment Calculer Le Résultat Fiscal ? Le résultat fiscal est le montant du résultat de l'entreprise (bénéfice ou perte) utilisé pour calculer ses impôts.

Comment Calculer Le Résultat Fiscal ?

Le résultat fiscal s'obtient à partir du résultat comptable : résultat fiscal = résultat comptable + réintégrations - déductions Déterminer le résultat comptable : la formule De manière très simple et presque scolaire, pour déterminer le résultat comptable il suffit de faire la différence entre la somme des produits et la somme des charges de l'exercice. Résultat fiscal et résultat comptable : des divergences à retraiter.

Résultat comptable et résultat fiscal : définitions Le résultat comptable a vocation à déterminer le montant du bénéfice comptable ou de la perte comptable de l’exercice et donc l’enrichissement économique ou l’appauvrissement économique de l’entreprise au cours de l’exercice.

Résultat fiscal et résultat comptable : des divergences à retraiter

La comptabilité enregistre les opérations financières de l’entreprise et notamment les opérations qui entraînent des produits ou des charges. Comment déterminer le résultat fiscal d'une entreprise ? - professionnels. L'impôt dû sur la période d'imposition est calculé en multipliant le résultat fiscal dégagé par l'entreprise par le taux d'imposition.

Comment déterminer le résultat fiscal d'une entreprise ? - professionnels

Le résultat fiscal ne doit pas être confondu avec le résultat courant ou résultat comptable de l'entreprise (correspondant à la différence entre les produits et les charges). Il existe en effet des différences entre les règles comptables, déterminées par le plan comptable général (PCG), ou règlement n°99-03 du comité de la réglementation comptable, et les règles fiscales, précisées par le code général des impôts (CGI).