background preloader

La sur-information

Facebook Twitter

Information et surinformation - VR2 Formation. N°51 - La Newsletter VR2 - Dossier « La société se caractérisera par une surabondance d'informations.

Information et surinformation - VR2 Formation

Le défi sera de ne pas confondre l'accessoire et l'essentiel. » – Aurélie Royet-Gounin L'information est utile, voire nécessaire. Mais trop d'informations peuvent générer une surinformation. Il en résulte un stress nuisible. Des moyens d'information nombreux et puissants. Le contenu d'un seul journal réputé sérieux contient aujourd'hui peut-être plus d'informations qu'une personne du XVIIe siècle n'en aurait reçues en une vie. Pour ne parler encore que de la presse, il faut ajouter les autres quotidiens, hebdomadaires, revues et magazines divers. Bien entendu, viennent aussi les livres, innombrables, les médias modernes sur supports électroniques et, évidemment, le champion toutes catégories de l'information : internet. Comprendre la désinformation. De l'importance de maîtriser l'information. De l’information à la surinformation. La surinformation médicale avec Internet conduit-elle à une désinformation ?

Info-boulimique ou Info-anorexique, l’infobèsité apprivoisée ! Que vous soyez gourmand, glouton ou frugal, la surcharge informationnelle nous touche tous mais nous fait tous réagir différemment.Certains l’évitent et se privent.

Info-boulimique ou Info-anorexique, l’infobèsité apprivoisée !

D’autres avalent tout et n’importe quoi. L’avantage est que l’infobésité ne nous fait pas grossir. Pas directement du moins ! Du repas gourmet à la malbouffe, les "infovores" que nous sommes découvrent de nouveaux risques pour notre santé : la saturation cognitive, la perte d’attention et la superficialité facebookienne. A côté de l’opulence informationnelle, l’ignorance est comme la malnutrition, elle demeure le plus grand fléau de tous les temps ! Que vous soyez de style anorexique ou de style boulimique, il existe des traitements contre l’infobésité. Ordonnances en 5 prescriptions. #1 Individus marque et Marque médias Le tableau clinique Tous le monde peut maintenant partager des contenus au monde entier en toute mobilité.

Chacun peut générer des contenus, partagés et repartagés. Les remèdes pour info-boulimiques : Like this: L’infobésité, un fléau dans le monde du travail - Carrière Informatique. L’arrivée de la surinformation Aujourd’hui, un cadre reçoit environ 10 fois plus d’informations qu’il y a 15 ans.

L’infobésité, un fléau dans le monde du travail - Carrière Informatique

Cette tendance a des impacts négatifs non négligeables et nous sommes et restons toutefois très attachés à l’information. La mondialisation et les nouvelles technologies de l’information et de la communication sont à la base de ce phénomène et ont engendré des échanges de plus en plus intenses dans le monde entier. De plus, les moyens et supports de communication se sont multipliés. C’est pourquoi, aujourd’hui, nous pouvons avoir accès à l’information partout et sous plusieurs formes : smartphone, tablette, ordinateur. Quels en sont les impacts ? Le courrier électronique est devenu un outil indispensable au sein des sociétés. Comment lutter contre ce phénomène ? Les entreprises sont les premières à pouvoir lutter contre la surcharge de mail. Ces offres d'emploi devraient vous intéresser.

Surcharge informationnelle. Quantité d’informations supérieure à la capacité de traitement et/ou d’analyse d’un système ou d’un individu.

Surcharge informationnelle

Pour faire face à l’infobésité, il faut utiliser la veille et la cura… La surcharge informationnelle dans l’organisation : les cadres au bord de la « crise de nerf » La surcharge informationnelle dans l’organisation : les cadres au bord de la « crise de nerf » Caroline Sauvajol-Rialland, auteure de « Mieux s'informer pour mieux communiquer », Dunod Télécharger le Magazine pour plus de confort de lecture de cet article.

La surcharge informationnelle dans l’organisation : les cadres au bord de la « crise de nerf »

L’infobésité (surinformation) coûterait aux entreprises 900 milliards $ Entre les popups de Outlook qui s’affichent à chaque réception de mail, la messagerie instantanée, Twitter, Facebook, Google…il y a forcément une perte de temps pendant les heures de travail.

L’infobésité (surinformation) coûterait aux entreprises 900 milliards $

Et elle est estimée selon le cabinet Basex, à près de 900 milliards de dollars américains. Ce coût lié principalement aux interruptions est équivalent à 28% du temps passé au travail. (voir aussi le calculateur d’infobésite « Information Overload Calculator » de Basex) Pourquoi un coût élevé lié à l’interruption ? Parce que le temps nécessaire à atteindre son niveau de concentration est estimé entre 10 et 20 fois le temps de la distraction elle même.

La sur-information ou l’infobésité (information overload en anglais) est désormais l’un des plus grands problèmes à résoudre pendant les 10 proochaines années : contenus de plus en plus volumineux, déstructurés, diffusés par le multi-canal (sms, mail, mobile, papier…) La solution ? Affaire à suivre… Articles similaires: Surcharge informationnelle. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Surcharge informationnelle

Surcharge informationnelle au niveau d'un panneau d'affichage. La surcharge informationnelle, surinformation ou infobésité[1] (terme francisé d'invention québecoise, issu de l'anglais, information overload) est un concept désignant l'excès d'informations reçues par une personne qu'elle ne peut traiter ou supporter sans porter préjudice à elle-même ou à son activité. Cette expression, également évoquée par le sociologue Edgar Morin sous le terme de « nuage informationnel », est quelque peu différente du brouillard informationnel en temps de guerre[2]. Causes générales[modifier | modifier le code] Ce concept peut recouvrir plusieurs concepts de surcharge[3] : surcharge cognitivesurcharge sensoriellesurcharge communicationnellesurcharge de connaissances Effets néfastes[modifier | modifier le code]