TV

Facebook Twitter

Is the Web Finally Ready to Kill Television? Ever since broadband internet hit the mainstream around the turn of the millennium, we have been hearing how the web would spell the end of traditional TV.

Is the Web Finally Ready to Kill Television?

Rather than the ‘mere’ 500-channel universe offered by cable or satellite, the web was going to be a never-ending smorgasbord of programming. The future of television was supposed to be the web and it was going to be glorious. It would all stream in stunning high-definition. You would never watch an ad again.

Perspectives

La pub ne fait plus recette, Bruxelles s’en inquiète … à sa faço. Mitterrand l’avait voulu au début des années 80, Sarkozy l’a fait, ou plus exactement P. de Carolis… Depuis le début de l’année 2009, l’arrêt de la pub sur le service public lui à fait perdre 5% de recettes publicitaires.

La pub ne fait plus recette, Bruxelles s’en inquiète … à sa faço

L’AFP en faisait état le 27 mai dernier. Mais la question du financement des chaînes du groupe [...] Mitterrand l’avait voulu au début des années 80, Sarkozy l’a fait, ou plus exactement P. de Carolis… Depuis le début de l’année 2009, l’arrêt de la pub sur le service public lui à fait perdre 5% de recettes publicitaires.

L’AFP en faisait état le 27 mai dernier. Un an après, et si la pub revenait sur France Télévisions ? | Ru. Déjà un an de télévision publique sans pub après 20h00.

Un an après, et si la pub revenait sur France Télévisions ? | Ru

Pour fêter ça, le Conseil d’Etat pourrait bien invalider cette mesure, décidée un peu cavalièrement en janvier dernier avant même le passage de la loi au Sénat. Au-delà de ce potentiel revers, un constat : le chambardement annoncé n’a pas vraiment eu lieu. La loi sur l’audiovisuel public a été promulguée le 5 mars 2009, mais la disparition de la publicité des programmes du soir de France Télévisions a été effective deux mois plus tôt, dès le 4 janvier. En court-circuitant ainsi le travail des parlementaires, l’exécutif a provoqué la colère d’un groupe de sénateurs. Lundi, le Conseil d’Etat a ainsi examiné le recours formé par le groupe communiste, républicain et citoyen (CRC) du Sénat, qui demande l’annulation de la suppression de la publicité.

Télé sans pub : ça s’en va et ça revient. Sarkozy cassé par le Conseil d’État. La taxe télécoms, qui doit rapporter 350 des 450 millions d’euros promis à France Télévisions ?

Sarkozy cassé par le Conseil d’État

Bruxelles est en train de la jeter à la baille. La revente de la régie publicitaire publique à Stéphane Courbit, qui compte parmi ses actionnaires l’instigateur même de la suppression de la réclame, Alain Minc ? Elle sent le gaz. La renégociation de la convention collective pour mettre tous les salariés de France Télévisions sous la même bannière de l’entreprise unique ? Laurence Ferrari: "Il ne faut pas se mettre à la remorque du Net. 2009 a-t-elle été l'année d'un calvaire, celui vécu depuis votre arrivée aux commandes du journal de 20 heures de TF1?

Laurence Ferrari: "Il ne faut pas se mettre à la remorque du Net

J'ai envie de comparer cette année à une épreuve du feu. J'ai passé un an de mise à l'épreuve où j'ai pu me tester. Tester ma capacité à endurer, à encaisser les coups, tester également mon aptitude à m'intégrer et à convaincre une rédaction que je découvrais. La mort de la télévision au programme | slate. Deux nouveaux ouvrages de marketing vont réjouir tous ceux qui adorent détester la pub.

La mort de la télévision au programme | slate

Le premier soutient que la publicité telle que nous la connaissons est en voie de disparition. Le second nous engage à aller tous danser la Carmagnole sur sa tombe. Comment TF1 contourne les règles du CSA. TF1 ?

Comment TF1 contourne les règles du CSA

Une "chaîne délinquante" qui "piétine la loi". Rien que ça ! Arnaud Montebourg n'y est pas allé par quatre chemins pour attaquer la chaîne Bouygues, qui a rendu coup pour coup par la voix de son PDG : ces propos "révèlent une inquiétante conception de la démocratie", a répondu Nonce Paolini dans une lettre ouverte diffusée mardi 5 octobre. Le ton monte entre TF1 et Montebourg depuis la mise en ligne sur le net d'une vidéo - extraite d'un documentaire de Pierre Carles qui doit sortir fin octobre - montrant le député socialiste se féliciter de pouvoir "taper sur TF1".

Sans télé mais pas sans écran : portrait d'une génération. Ils font partie des 2% de Français qui ne regardent pas la télévision, pour la bonne raison qu'ils n'en ont pas.

Sans télé mais pas sans écran : portrait d'une génération

Bertrand Bergier, sociologue, professeur à l'université catholique de l'Ouest et professeur associé à l'université de Sherbrooke, directeur de recherche à l'université de Nantes, a rencontré durant trois ans 566 ménages "sans télé". Il a tiré de cette enquête un livre, Pas très cathodique (Editions Eres), dans lequel il évoque notamment une catégorie de population, les "natifs du numérique", pour laquelle internet a remplacé l'écran de télévision. Il nous éclaire sur cette nouvelle tendance, annonciatrice pour lui d'un mouvement de fonds. Quelle part de la population rencontrée lors de votre enquête ne possède pas de téléviseur parce qu'elle se reporte sur internet ? France Télévisions ne pourra pas cacher les secrets de sa régie. Des logos du site Mediapart (DR) France Télévisions exigeait le retrait de documents internes publiés par Mediapart, mais la justice lui a donné tort ce samedi.

France Télévisions ne pourra pas cacher les secrets de sa régie

Selon ces documents, pour mettre la main sur la régie publicitaire du groupe public, Stéphane Courbit et Publicis ne débourseront en fait que 2,6 millions d’euros. Pourquoi les riches sont-ils surreprésentés à la télé ? Blake Carrington, entouré de Krystle Carrington et Alexis Colby, dans la série « Dynasty ».

Pourquoi les riches sont-ils surreprésentés à la télé ?

C’est un des nombreux enseignements du premier « baromètre de la diversité à la télévision », dévoilé mardi par le CSA : les catégories socio-professionnelles les plus favorisées, qui composent un cinquième de la population française, occupent près des deux tiers des programmes. L’ensemble du baromètre, dévoilé pour la première fois cette année (après un « numéro zéro » en 2008) par le président du CSA Michel Boyon et le « sage » et président de l’observatoire de la diversité dans les médias audiovisuels Rachid Arhab, pointe des travers connus, principalement la sous-représentation des femmes et des minorités ethniques.

Plus étonnamment et tout aussi utilement, il détaille aussi la présence dans la lucarne des fameuses « catégories socioprofessionnelles » chères à l’Insee. Avec, donc, cette impressionnante surreprésentation des catégories « supérieures », les CSP+. Orange bloque l'enregistrement de la TV payante. Illégalement ? Les abonnés de Canal+ par Orange sont en colère. Depuis le 10 février, l'enregistrement des programmes de Canal Plus et CanalSat sur un magnétoscope numérique (par disque dur ou DVD) est bloqué. Lorsque le client veut enregistrer un programme pour le regarder plus tard ou l'archiver dans sa vidéothèque personnelle, le décodeur affiche un message laconique : "Impossible d'enregistrer un programme protégé contre la copie". Le problème touche aussi les programmes de l'opérateur diffusés sur son propre bouquet Orange Cinéma Séries.

Sur les forums d'Orange, c'est la consternation. La TV publique norvégienne offre 7 heures de vidéo HD en Creativ. Il y a bientôt deux ans, à l'occasion de l'annonce de la suppression de la publicité sur France Télévisions et Radio France, nous avions publié cinq propositions pour la création d'un service public audiovisuel numérique qui réponde aux préoccupations qui devraient être celles du service public. Malheureusement, la direction de France Télévisions a suivi des directions très opposées, allant même jusqu'à accorder l'exclusivité de son service de VOD à un opérateur privé, Orange, qui est le seul à pouvoir l'offrir à ses abonnés sur sa box ADSL.

Une hérésie. Parmi nos propositions, la deuxième suggérait d'utiliser des licences libres de type Creative Commons pour faciliter la redistribution des œuvres. "Si le service public audiovisuel français ne dépend d'aucune mesure d'audience, on voit mal ce qui justifierait encore de priver les internautes français de la possibilité d'être eux mêmes diffuseurs des œuvres de leur service public", écrivions-nous.